Explosion d’un réservoir de gaz à Téhéran près d’un site militaire
Rechercher

Explosion d’un réservoir de gaz à Téhéran près d’un site militaire

D'autres images ont montré les conséquences de l'explosion, avec au moins deux grands réservoirs cylindriques endommagés par le feu ainsi qu'un champ brûlé non loin

Une explosion près de Téhéran dans une vidéo publiée en ligne par l'agence de presse nationale Fars, le 26 juin 2020. (Capture écran/Twitter)
Une explosion près de Téhéran dans une vidéo publiée en ligne par l'agence de presse nationale Fars, le 26 juin 2020. (Capture écran/Twitter)

Un réservoir de gaz a explosé à Téhéran dans la nuit de jeudi à vendredi, près d’un site militaire inspecté en 2015 par l’AIEA, a indiqué le ministère iranien de la Défense.

« L’incident s’est produit au sud-est de Téhéran dans l’espace public de Parchin en raison de la fuite de réservoirs de gaz, qui a provoqué l’explosion », a indiqué à la télévision d’Etat Davoud Abdi, le porte-parole du ministère de la Défense.

« Dieu merci, il n’y a eu aucune victime », s’est réjoui M. Abdi.

Selon l’agence Fars, proche des ultra-conservateurs, l’éclair a été provoqué par « l’explosion d’un réservoir de gaz industriel » près d’installations du ministère de la Défense, bien que le site où a eu lieu l’incident n’appartienne pas à l’armée.

Le site de Parchin a été inspecté par l’Agence internationale de l’énergie atomique avant la signature d’un accord nucléaire international en 2015.

Le lieu était en particulier soupçonné d’avoir abrité des tests d’explosions conventionnelles applicables au nucléaire, ce que la République islamique avait alors démenti.

La télévision d’Etat a retransmis vendredi des vidéos amateurs montrant ce qui semble être une énorme boule de feu orange montant dans le ciel, au milieu de la nuit.

D’autres images ont montré les conséquences de l’explosion, avec au moins deux grands réservoirs cylindriques endommagés par le feu ainsi qu’un champ brûlé non loin.

L’agence Fars a aussi indiqué plus tôt qu’une « lumière orange dans l’est de Téhéran » avait été aperçue « après minuit » dans la nuit de jeudi à vendredi et était restée « visible quelques secondes ».

« Devant l’entrée de la zone militaire de Parchin, il n’y a pas de mouvement ni d’allées et venues de véhicules de pompiers ou de secours », a-t-elle noté tôt vendredi.

Une autre agence de presse, Mehr, a rapporté qu’un « bruit terrible » avait été entendu clairement « à Pardis et à Bumehen (à l’est de Téhéran) et dans des zones proches » de la capitale iranienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...