Ezra Saidoff condamné à une peine avec sursis
Rechercher

Ezra Saidoff condamné à une peine avec sursis

L'ancien directeur du bureau de Netanyahu devra aussi payer une amende et effectuer des heures de travaux d'intérêt général

Ezra Saidoff, l'ancien directeur assistant du Bureau du Premier ministre, vu au tribunal e Jérusalem pour entendre le verdict de son procès le 25 septembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)
Ezra Saidoff, l'ancien directeur assistant du Bureau du Premier ministre, vu au tribunal e Jérusalem pour entendre le verdict de son procès le 25 septembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Mercredi, le tribunal de Jérusalem a condamné un ancien directeur assistant du Bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu à une peine de 30 jours de prison, à des travaux d’intérêt général et à une amende dans l’affaire concernant le recours illégal aux services de traiteurs dans la Résidence du Premier ministre.

Dans le cadre d’un accord passé avec les procureurs, Ezra Saidoff, un ancien directeur assistant du Bureau du Premier ministre, a reconnu avoir dépensé 175 000 shekels (45 000 euros) de fonds publics pour des repas de traiteur alors qu’il y avait un chef employé à temps plein dans l’équipe. Il s’agit du même type d’accord que celui passé avec la femme du Premier ministre, Sara Netanyahu.

Le tribunal a accepté que la peine de Saidoff soit prononcée avec sursis, en plus d’une amende de 10 000 shekels (2 600 euros) et 150 heures de travaux d’intérêt général pour avoir profité injustement de l’erreur d’autrui.

Dans la condamnation, le juge a écrit que Saidoff et Sara Netanyahu ont « agi ensemble pour exploiter délibérément l’erreur des officiels compétents en poste ».

Sara Netanyahu, la femme du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et son avocat Yossi Cohen, attendent l’arrivée du juge au tribunal de Jérusalem, le 16 juin 2019. (Photo par DEBBIE HILL / AFP)

Les procureurs du bureau du tribunal de Jérusalem ont déclaré au quotidien Haaretz que la condamnation était une preuve que les fonctionnaires doivent répondre uniquement devant le public et pas aux exigences d’officiels élus.

« Saidoff a consenti [aux exigences] et commis des actes criminels avec [Sara Netanyahu] pour lui permettre de recevoir des fonds publics afin de régler des dépenses privées. Le message envoyé aujourd’hui par le tribunal est que les fonctionnaires devraient être vigilants et dire ‘non’ et ‘cela suffit’ à leurs supérieurs, en se souvenant que le public est leur ‘maître’ ou ‘maîtresse’, et personne d’autre », ont déclaré les procureurs Erez Peden et Jenny Avni.

Plus tôt cette année, Sara Netanyahu a également été condamnée pour le même délit d’avoir profité injustement d’une erreur, dans le cadre d’un accord négocié avec les procureurs. L’accord lui a permis d’échapper à une condamnation pour fraude aggravée, mais elle a dû accepter de plaider coupable pour une charge moins grave. Elle doit payer 55 000 shekels d’amende (14 000 euros) – 10 000 shekels d’amende, et le reste en restitution.

Selon la loi, la Résidence du Premier ministre n’est pas autorisée à commander de la nourriture préparée s’il y a un cuisinier présent. Les deux condamnés ont menti sur la présence du chef entre septembre 2010 et mars 2013, afin de demander des fonds publics pour commander des repas chez le traiteur.

Le procès de Sara Netanyahu constitue une affaire distincte des déboires judiciaires de son mari, qui est impliqué dans plusieurs affaires de corruption et pour avoir accepté des cadeaux illégaux de riches hommes d’affaires.

Sara Netanyahu était suspectée dans l’une de ces affaires, mais les procureurs n’ont pas recommandée qu’elle soit poursuivie.

Les Netanyahu ont nié toute malversation, affirmant être les victimes d’une chasse aux sorcières politique menée par des médias gauchistes hostiles et les tribunaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...