Facebook somme Netanyahu de ne plus collecter d’infos sur les usagers – média
Rechercher

Facebook somme Netanyahu de ne plus collecter d’infos sur les usagers – média

Le géant des réseau sociaux aurait averti le Likud que les questions des chatbots en messagerie privée contreviennent aux politiques mises en oeuvre sur la plateforme

Un graffiti anti Facebook sur un mur de Jérusalem. (Crédit : Sophie Gordon/Flash90)
Un graffiti anti Facebook sur un mur de Jérusalem. (Crédit : Sophie Gordon/Flash90)

Facebook a contacté le parti du Likud en demandant que la page officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu cesse de collecter des informations sur les utilisateurs, a fait savoir lundi la Douzième chaîne.

Le reportage a noté que le géant des réseaux sociaux s’était plaint d’un chatbot envoyant des messages automatiques aux usagers qui interagissent avec la page de Netanyahu pour collecter des informations, ce qui contrevient aux politiques mises en place par la plateforme.

Le chatbot envoie ainsi un message privé créé pour ressembler à un message personnel de Netanyahu lui-même, interrogeant les usagers sur, par exemple, leur intention de voter pour le Likud lors du scrutin du 9 avril.

Facebook a demandé au Likud de mettre immédiatement un terme à cette pratique, mais Netanyahu continue à l’employer, a annoncé le reportage.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à une réunion de la faction du Likud au Menachem Begin Heritage Center à Jérusalem, le 11 mars 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le manager de campagne du Likud a répondu en disant que la formation « ne fait pas de commentaires sur les activités de sa campagne ».

Pour sa part, Facebook a refusé de commenter le reportage.

La semaine dernière, Facebook a annoncé que le réseau déployait son outil de transparence de la publicité, une initiative visant à réduire la circulation des Fake news et les éventuelles ingérences étrangères dans le processus électoral.

Cet outil contraint les sponsors des publicités à s’identifier et vise à garantir que tous ces promoteurs sont Israéliens.

Il a pour objectif d’éviter la répétition des événements survenus en 2016, lorsque le géant technologique avait été blâmé pour ne pas avoir empêché l’intervention russe dans le scrutin présidentiel américain.

Au début du mois, Facebook a annoncé établir un partenariat avec une organisation de fact-checking israélienne pour aider à réduire la désinformation et améliorer la qualité des informations présentées sur sa plateforme.

Sue Surkes a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...