Fièvre du Nil: 68 hospitalisations dont un ado dans un état critique
Rechercher

Fièvre du Nil: 68 hospitalisations dont un ado dans un état critique

Le ministère de la Santé a recensé deux fois plus de cas que l'an dernier ; les examens confirment la présence de moustiques porteurs de maladies dans les régions côtières

Image illustrative d'une piqûre de moustique (iStock par Getty Images/nechaev-kon)
Image illustrative d'une piqûre de moustique (iStock par Getty Images/nechaev-kon)

Un adolescent est dans un état critique et 67 autres personnes ont été hospitalisées pour cause de fièvre du Nil occidental, ce qui, selon les autorités sanitaires, représente le plus grand nombre de cas au cours des dernières années.

Le jeune homme de 18 ans, résident du sud d’Israël, souffre de défaillance d’organes et est maintenu sous sédatif et sous respirateur au centre médical Soroka de Beer Sheva, où il est traité depuis deux jours, selon les rapports.

Six autres personnes ont été hospitalisées dans un état grave avec cette maladie transmise par les moustiques ce mois-ci, selon le site Web d’information Ynet, en plus des douzaines qui ont été traitées pour la maladie et qui étaient dans un état léger ou modéré.

Cela représente un doublement du nombre de cas par rapport à l’année dernière.

En début de semaine, des tests ont confirmé que des moustiques porteurs du virus ont été identifiés dans les zones côtières, notamment au Conseil régional de Menashe, au Conseil régional d’Alona, à Pardes Hannah, à Binyamina et à Césarée.

Le ministère de la Protection de l’Environnement a appelé les habitants à se protéger contre les piqûres d’insectes et a demandé aux autorités locales de pulvériser de l’insecticide dans les zones où il y a un grand nombre de moustiques ou de larves.

Le pic de la fièvre du Nil occidental en Israël se situe entre août et octobre. La période d’incubation chez l’homme est de 3 à 15 jours.

Les symptômes sont notamment de la fièvre, des éruptions cutanées, des maux de tête et, rarement, des effets secondaires plus graves comme la méningite peuvent se développer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...