Fin du programme proposé par un ancien réfugié du Kindertransport
Rechercher

Fin du programme proposé par un ancien réfugié du Kindertransport

L’ancien parlementaire britannique Alf Dubs recommande vivement au gouvernement de ne pas mettre un terme au programme au mois de mars, qui n'a permis de réinstaller que 350 enfants

Cette photo prise le 4 mai 2016 montre Lord Alfred Dubs posant pour un portrait devant le Palais de Westminster au centre de Londres (Crédit : AFP/Adrian Dennis)
Cette photo prise le 4 mai 2016 montre Lord Alfred Dubs posant pour un portrait devant le Palais de Westminster au centre de Londres (Crédit : AFP/Adrian Dennis)

Le Royaume Uni est en train de mettre un terme à un programme d’accueil d’enfants réfugiés qui avait été proposé par un politicien arrivé dans le pays grâce au Kindertransport durant la Seconde Guerre mondiale.

Les partisans du programme avaient voulu que le Royaume Uni accueille 3 000 enfants réfugiés, mais le gouvernement a annoncé mercredi que cette initiative prendrait fin au mois de mars après la réinstallation de 350 enfants, selon le Guardian.

Alf Dubs, né en Tchécoslovaquie et arrivé lorsqu’il était très jeune à Londres grâce à l’opération de secours du Kindertransport, avait proposé ce projet l’année dernière devant la Chambre des Lords.

Dubs, qui a occupé dans le passé un siège à la Chambre des communes pour le Parti travailliste, a appelé la Première ministre Theresa May à continuer ce programme, rapporte le Guardian.

« Durant le Kindertransport, Sir Nicky Winton a sauvé 699 enfants des persécutions. Il était presque seul », a-t-il déclaré, se référant à l’Oskar Schindler britannique, qui était venu au secours d’enfants Juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

Sir Nicholas Winton accompagné de quelques enfants sauvés (Crédit : Menemsha Films)
Sir Nicholas Winton accompagné de quelques enfants sauvés (Crédit : Menemsha Films)

« J’ai eu la chance d’être l’un d’entre eux. Ce serait une trahison terrible de son héritage si nous étions incapables de faire plus pour venir en aide à une nouvelle génération de réfugiés », a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Immigration Robert Goodwill a expliqué que les autorités locales avaient établi qu’elles ne pourraient réinstaller que seulement 400 enfants isolés avant la fin du mois de mars et que le gouvernement ne s’était jamais engagé à secourir un nombre spécifique d’enfants en détresse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...