Flug : Israël doit investir plus dans le capital humain pour rester compétitif
Rechercher

Flug : Israël doit investir plus dans le capital humain pour rester compétitif

La gouverneure de la Banque d'Israël estime que combler les lacunes du système éducatif et dans la politique du marché du travail peut accroître la productivité

Karnit Flug, gouverneure de la Banque d'Israël, présente le rapport 2016 de la banque au ministre des Finances, Moshe Kahlon, le 28 mars 2018 (Crédit : Mark Neiman / GPO)
Karnit Flug, gouverneure de la Banque d'Israël, présente le rapport 2016 de la banque au ministre des Finances, Moshe Kahlon, le 28 mars 2018 (Crédit : Mark Neiman / GPO)

Réduire les écarts entre Israël et les autres économies avancées en termes de productivité du travail, d’inégalité de revenus et d’incidence de la pauvreté sont quelques-uns des principaux défis auxquels sont confrontés les décideurs israéliens, a déclaré mercredi la gouverneure de la Banque d’Israël en présentant le rapport annuel 2017 au gouvernement.

Une « partie essentielle » de la gestion de ces défis est « l’amélioration du capital humain de l’ensemble de la population et la réduction des écarts entre ces différents groupes », a déclaré Karnit Flug dans une lettre présentant le rapport. À cette fin, l’ensemble du système éducatif devrait être revu pour améliorer les résultats des élèves, et un effort concerté devrait être fait pour réduire les écarts de connaissances entre les étudiants de divers groupes démographiques et socioéconomiques et les origines géographiques variées.

« Israël ne sera pas en mesure de maintenir son avantage concurrentiel » dans une économie mondiale hautement compétitive, a-t-elle écrit, à moins d’améliorer constamment le capital humain et d’accroître la participation de divers sous-groupes de la population dans ses industries avancées. Cela, a-t-elle ajouté, ne peut se faire qu’avec une amélioration des résultats des élèves de tous les milieux.

A software developer at an Israeli start-up works on a project (Photo credit: Gili Yaari/Flash90.
Illustration d’un développeur de logiciels dans une start-up israélienne travaillant sur un projet (Crédit : Gili Yaari / Flash90)

Le rapport note qu’il existe une limitation des travailleurs professionnels dans l’économie israélienne, en particulier dans les domaines technologiques. Dans le domaine des logiciels et des ordinateurs, le taux de postes vacants est très élevé et les salaires augmentent rapidement. L’augmentation de la demande pour ces travailleurs est plus rapide que l’augmentation de l’offre. Cela est dû à une pénurie de diplômés dans les domaines de l’ingénierie et des sciences, et cette pénurie « limite le potentiel de croissance » de l’économie israélienne.

L’industrie de la haute technologie, l’un des principaux moteurs de la croissance de l’économie, ne devrait pas être le seul objectif du gouvernement, a souligné Flug.

Selon le rapport, les industries non technologiques en Israël, qui représentent en fait la majeure partie de l’activité et de l’emploi, souffrent d’une faible productivité. L’augmentation de la productivité dans le reste de l’économie dépend non seulement de l’amélioration des résultats dans le système éducatif, mais aussi de l’amélioration du capital humain grâce à une politique active du marché du travail, qui comprend la formation professionnelle.

« Pour accroître la productivité dans l’ensemble de l’économie, il faut investir largement dans l’infrastructure, principalement dans les transports en commun. Un tel investissement contribuera également à réduire les inégalités, car il est plus facile pour les différents sous-groupes de la population d’accéder aux centres d’emploi », a écrit Flug.

Un chantier de construction de nouveaux immeubles d’appartements à Beit Shemesh le 21 février 2017. (Yaakov Lederman/Flash90)

Flug a également déclaré que les prix des maisons ont augmenté cette année à un rythme plus lent que celui des années précédentes et que le nombre de transactions a continué de baisser — poursuivant la baisse amorcée à la fin de l’année 2016, en raison des politiques gouvernementales en mettant à disposition des terrains et en réduisant la demande des investisseurs.

« Il est important que le gouvernement continue d’agir pour créer les conditions qui permettent un niveau d’approvisionnement élevé, notamment en créant un vaste inventaire de plans de construction qui sont facilement disponibles pour l’exécution, en particulier dans les zones de forte demande, et en profitant pleinement du potentiel inhérent au renouvellement urbain », écrit-elle.

L’économie israélienne a augmenté de 3,4 % en 2017 et le taux de chômage a continué de baisser, atteignant son plus bas niveau depuis des décennies, indique le rapport. Le taux d’inflation pour l’ensemble de l’année était de 0,4 %, la première année depuis 2014 où le taux est positif.

Le faible niveau d’inflation était principalement dû à l’appréciation du shekel et à une concurrence accrue dans l’économie — en raison de la politique gouvernementale et d’une augmentation des achats en ligne et des réductions de prix initiées par le gouvernement, a déclaré Flug.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...