Funérailles des deux victimes du crash d’un avion de l’armée de l’air
Rechercher

Funérailles des deux victimes du crash d’un avion de l’armée de l’air

Lihu Ben-Bassa, 19 ans, décrit comme un adolescent modeste qui rêvait de devenir pilote et Itay Zayden, 42 ans, père de famille dévoué, ont été enterrés mercredi

Shlomi Ben-Bassa en pleurs devant la tombe de son fils Lihu, mort dans un accident d'avion et enterré dans le cimetière militaire de Rishon Lezion, le 25 novembre 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Shlomi Ben-Bassa en pleurs devant la tombe de son fils Lihu, mort dans un accident d'avion et enterré dans le cimetière militaire de Rishon Lezion, le 25 novembre 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Un pilote de l’armée de l’air et un cadet en formation ont été enterrés mercredi lors de cérémonies émouvantes, un jour après avoir été tués dans un accident d’avion en feu dont la cause reste inconnue.

L’instructeur Itay Zayden, 42 ans, et le cadet Lihu Ben-Bassa, 19 ans, étaient les deux seuls à bord du Grob G120A, surnommé Snunit en Israël, lorsqu’il s’est écrasé dans un champ près de la ville de Rahat, au sud du pays, au cours d’un vol d’entraînement de routine.

Itay Zayden, un major de réserve de l’armée de l’air qui a précédemment servi dans un escadron de F-16, a été commémoré par ses amis comme un père de famille charismatique qui a récemment quitté le service actif pour élever ses quatre enfants. Lihu Ben-Bassa est resté dans les mémoires comme un étudiant humble et ambitieux, qui rêvait de devenir pilote dès son plus jeune âge.

« Mon cher fils Lihu, j’écris ces mots illogiques… depuis ta petite chambre. Devant moi, sur l’étagère, se trouvent des avions miniatures que tu m’as demandé de t’acheter. Des avions que tu aimais assembler avec une patience infinie », a déclaré le père de ce dernier, Shlomi, dans un discours ému prononcé lors de son enterrement dans sa ville natale de Rishon Lezion.

« À quoi as-tu pensé pendant ces dernières secondes ? As-tu souffert ? », a demandé le père.

« Pardonne-moi mon fils », a ajouté Shlomi Ben-Bassa. « À partir de maintenant, tu seras dans chacune de mes larmes et tu continueras à vivre dans chaque cellule de mon corps. »

« J’ai fait de mon mieux en tant que père, mais je suis désolé de ne pas avoir fait plus », a-t-il poursuivi.

Dans son annuaire du lycée, selon le Yedioth Ahronoth, Lihu Ben-Bassa avait écrit : « Dans 10 ans, je serai pilote ».

Les victimes de l’accident d’avion de l’armée israélienne le 24 novembre 2020 : le commandant Itai Zayden (à droite) et le caporal Lihu Ben-Bassa (à gauche). (Crédit
: Facebook)

« Il est venu en classe et a dit d’un ton désinvolte qu’il avait réussi le test [pour intégrer la formation de pilote], et on était surexcités, ce qu’il ne comprenait pas – il était modeste et retenu », a déclaré un ami de lycée à la chaîne publique Kan mercredi matin.

« C’était un type à part et humble », a commenté un autre ami à la radio de l’armée. « Bien qu’il ait rêvé dès son plus jeune âge d’intégrer la formation de pilote, il n’a pas ressenti le besoin de dire à tout le monde qu’il avait été sélectionné. On était heureux et excités pour lui ».

Il avait dix-neuf ans. Il avait été incorporé il y a seulement quelques mois pour accomplir ses obligations militaires….

Posted by Esther Benbassa on Wednesday, November 25, 2020

Itay Zayden a été enterré dans le Kibboutz Shoval dans le Néguev lors d’un enterrement fermé à la presse.

« La chance a toujours été à tes côtés, mon fils », a déclaré Shlomi Ben-Bassa lors des funérailles, racontant comment son fils avait failli s’étouffer alors qu’il était bébé et avait été sauvé par sa grand-mère. « Tu as pris [l’incident] comme si ce n’était rien. Je me souviens de toi avec ton sourire. Même là, tu m’as appris une leçon importante : les enfants peuvent surmonter les difficultés rapidement et n’en font pas nécessairement tout un plat ».

« Tu resteras avec moi à chaque seconde de ma vie. Repose en paix, mon fils, tu ne seras jamais seul », a-t-il conclu.

La famille, les amis et des soldats israéliens participent aux funérailles du Cpl. Lihu Ben-Bassa, mort dans un accident d’avion dans le sud du pays, au cimetière militaire de Rishon Lezion le 25 novembre 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

S’adressant aux médias israéliens au nom de la famille, son ami proche Lior Reiser a décrit Itay Zayden comme « le sel de la terre, un père de famille, un homme qui relie tout le monde, un homme dont le charisme et l’humilité sont une chose merveilleuse. Sa mort est une lourde tragédie pour tout le monde ».

« Ses enfants l’adoraient. C’était une figure très dominante dans la famille », a-t-il indiqué, ajoutant que le soldat avait quitté prématurément le service actif afin d’aider sa femme à élever leurs enfants. « Il était fier de ce qu’il avait fait. »

« Sa mort soudaine est tout simplement inimaginable. Je ne suis pas sûr que nous puissions digérer une telle tragédie. Cela prendra du temps. Sa mort nous a tous fait ressentir un profond sentiment de vide. C’est comme ça que c’était quand Itay nous a quittés. Nous ressentons un vide – un vide infini. Tout est fini », a ajouté M. Reiser.

L’accident s’est produit à quelques kilomètres de la maison d’Itay Zayden, dans un champ appartenant au kibboutz voisin Mishmar Hanegev.

Scène du crash d’un avion près du kibboutz Mishmar Hanegev, le 24 novembre 2020. (Crédit ; Dudu Greenspan/Flash90)

L’armée n’a annoncé aucun résultat de son enquête sur l’origine du crash soudain de l’avion environ 30 minutes après son décollage de la base aérienne de Hatzerim.

Les militaires enquêteraient sur diverses causes possibles, de l’erreur mécanique à l’erreur humaine, y compris la possibilité qu’il y ait eu un problème avec le gouvernail, ou qu’un oiseau ait heurté l’avion léger.

Selon la Douzième chaîne, l’avion a subi un dysfonctionnement technique deux mois avant le crash, mais on ne sait pas s’il y a un lien avec le crash.

Sans fournir de source, la Treizième chaîne a révélé que le chef des forces aériennes israéliennes, Amikam Norkin, avait décidé de clouer au sol tous les avions Snunit suite à un incident survenu en septembre.

« On ne sait pas si cela a été causé par un dysfonctionnement technique ou une erreur humaine », a indiqué le porte-parole de Tsahal, Hidai Zilberman, lors d’un briefing avec les journalistes mardi. « D’après ce que nous savons, il n’y a pas eu de discussion entre l’avion et la tour de contrôle, et les conditions météorologiques étaient bonnes ».

Zilberman a expliqué que cette absence d’échange entre l’avion et la tour de contrôle entravait l’enquête, car cela empêche de déterminer précisément quand les problèmes à bord de l’avion ont commencé. Il a annoncé que les militaires évoqueraient le crash avec tous les cadets dans le cadre du cours de pilotage.

Cet incident est le plus mortel depuis 2008, lorsqu’un formateur et un cadet ont été tués à bord d’un autre type d’avion d’entraînement.

Yisrael Shaffir, l’ancien responsable du programme d’entraînement au vol de Tsahal, a indiqué à la radio de l’armée que « c’était l’une des deux choses suivantes : une défaillance mécanique ou une perte de contrôle de l’avion. Dans le cas présent, le manque de communication avec le sol n’aide pas ».

Judah Ari Gross et Alexander Fulbright ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...