Gadi Eizenkot, ancien chef d’état major, ne se présentera pas aux élections
Rechercher

Gadi Eizenkot, ancien chef d’état major, ne se présentera pas aux élections

Le général à la retraite a déclaré aux chefs de partis qu’il n’allait pas entrer en politique maintenant

L'ancien chef d’état-major Gadi Eizenkot durant une conférence à Netanya, le 18 mars 2019. (Crédit : Flash90)
L'ancien chef d’état-major Gadi Eizenkot durant une conférence à Netanya, le 18 mars 2019. (Crédit : Flash90)

L’ancien chef d’état-major Gadi Eizenkot a décidé de ne pas se présenter aux prochaines élections, ont rapporté mercredi les médias.

Eizenkot en a informé les dirigeants des partis avec lesquels il avait été en contact en vue de rejoindre l’un d’entre eux.

Alors qu’Eizenkot serait éligible pour siéger à la Knesset, il lui est interdit de servir en tant que ministre avant 2022 en raison de la législation exigeant une période de « réflexion » pour les anciens hauts fonctionnaires.

Le général à la retraite était l’une des personnalités les plus voulues par les partis dans le cadre de ce nouveau cycle électoral, et son nom a été cité dans plusieurs articles concernant un éventuel ralliement. Selon la presse, il aurait été en contact avec Tikva Hadasha de Gideon Saar, Yesh Atid, Telem, Yamina et le nouveau parti du maire de Tel Aviv, Ron Huldai, HaIsraelim.

Eizenkot, chef d’état-major de l’armée de 2015 à 2019, travaille maintenant pour un certain nombre de think-tanks. La semaine dernière, il avait semblé laisser entendre qu’il était sur le point de se lancer en politique.

« Je suis l’ancien chef qui commettra la prochaine erreur », avait-il déclaré lors d’un événement organisé par l’Institut israélien de la démocratie.

De nombreux chefs d’état-major de l’armée se sont engagés en politique après avoir quitté l’armée, les plus récents étant le ministre de la Défense Benny Gantz, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et le député de Yesh Atid-Telem Moshe Ya’alon.

Gabi Ashkenazi a de son côté annoncé mercredi qu’il quittait Kakhol lavan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...