Galant : la politique de gouvernement est de ne pas construire en Cisjordanie
Rechercher

Galant : la politique de gouvernement est de ne pas construire en Cisjordanie

Le ministre du Logement indique que des individus et d’autres ministères n’agissent pas ainsi malgré l’accord pour limiter la construction ; il suggère qu’Israël devrait considérer un plan de paix unilatéral

Yoav Galant, ancien général, député Koulanou et ministre du Logement, le 20 janvier 2015. (Crédit : Danielle Shitrit/Flash90)
Yoav Galant, ancien général, député Koulanou et ministre du Logement, le 20 janvier 2015. (Crédit : Danielle Shitrit/Flash90)

Le ministre du Logement Yoav Galant (Koulanou) aurait déclaré à des dirigeants juifs américains la semaine dernière que la politique officielle du gouvernement israélien était de ne pas construire en Cisjordanie.

Les remarques de Galant rompent avec le soutien du gouvernement de droite aux implantations israéliennes en Cisjordanie, bien qu’il ait admis que des constructions étaient en cours sous l’égide d’autres ministères.

« Fondamentalement – je suis la politique du gouvernement et elle est que nous ne construisons pas en Judée et Samarie. Mais je ne suis pas le seul à pouvoir construire », a déclaré Galant, selon Haaretz. Il y a des personnes privées et d’autres parties du gouvernement qui travaillent selon différents ministres. »

S’exprimant pendant une réunion à huis clos de la Conférence des présidents des organisations juives américaines majeures, Galant a déclaré que le gouvernement israélien se conformait aux accords conclus avec l’administration Bush, dans le cadre desquels Jérusalem peut construire à l’intérieur des blocs d’implantations. L’administration Obama a démenti que de tels accords entre Washington et Jérusalem existent.

Alors que le ministre du Logement contrôle les offres de construction à l’ouest de la ligne verte, la plupart des constructions de Cisjordanie doivent être approuvées par le ministère de la Défense, qui était jusqu’à la semaine dernière dirigée par Moshe Yaalon, soutien de la construction d’implantations.

Photo illustrative d'un chantier de construction dans l'implantation de Tekoa, en Cisjordanie, le 7 septembre 2014. (Crédit : Flash90)
Photo illustrative d’un chantier de construction dans l’implantation de Tekoa, en Cisjordanie, le 7 septembre 2014. (Crédit : Flash90)

L’association de surveillance des implantations La Paix Maintenant a déclaré que le nombre de logement qu’Israël prévoit de construire dans des implantations de Cisjordanie a plus que triplé au premier trimestre 2016 comparé à la même période de 2015.

En avril, La Paix Maintenant avait annoncé que le gouvernement avait donné son feu vert à la construction d’au moins 229 logements en Cisjordanie, qui en sont à différents étapes du processus d’approbation.

Le ministère du Logement et le bureau du Premier ministre avaient démenti l’information, disant que « presque toutes les approbations concernaient des améliorations de bâtiments existants ».

Le ministre du Logement ne s’est pas exprimé sur les constructions à Jérusalem Est, qui ont été condamnées par les Etats-Unis, mais sont soutenues par le gouvernement, qui a dans les faits annexé la partie est de la ville en 1967.

Galant, ancien général et membre du parti centriste Koulanou, a également signalé son soutien à des mesures unilatérales vis-à-vis des Palestiniens.

« D’autre part, il y a la question de ce qui arriverait si nous retirions nos mains du volant et laissions l’avion planer. Ce qui arriverait dans une génération. Nous connaissons les chiffres, a déclaré Galant. Ces chiffres ne sont pas très prometteurs. Une solution à un état est une très mauvaise idée pour Israël – nous avons vu ce qui est arrivé dans les Balkans […]. Penser au futur nous oblige en tant que gouvernement à apporter une solution, même si les autres ne l’aiment pas. »

L’ancien général israélien a également rendu hommage au président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi, qu’il a décrit comme « Moubarak avec un lifting », qui est « bien plus libéral que Morsi » et « aussi puissant que Nasser et intelligent comme Sadat ».

« Je pense que Sissi est à nos yeux le bon homme au bon endroit, mais il affronte des problèmes spectaculaires. Nous aimerions l’aider. Nous travaillons pour les Egyptiens aux Etats-Unis en ce qui concerne l’aide militaire. Nous voulons que l’Egypte soit forte et sous le bon régime. Sissi fait partie de la solution et nous sommes chanceux de l’avoir. »

Le ministre a également parlé des efforts de réconciliation avec la Turquie, déclarant que « nous devons garder la Turquie à nos côtés, peu importe à quel point c’est problématique. Nous savons que les Turcs ne se comportent parfois pas de la manière que nous voudrions, mais nous savons à quel point c’est important. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...