Israël en guerre - Jour 291

Rechercher

Gallant : Les habitants de certaines villes proches de Gaza pourront revenir dès janvier

Le ministre de la Défense souligne que le gouvernement continuera à soutenir les personnes qui ne peuvent pas rentrer chez elles, tant au nord qu'au sud d'Israël

Les ravages causés par les terroristes du Hamas dans le kibboutz Beeri, près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 14 octobre 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
Les ravages causés par les terroristes du Hamas dans le kibboutz Beeri, près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 14 octobre 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré jeudi qu’il s’attend à ce que certains résidents des communautés de la frontière de Gaza dévastées lors de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre puissent rentrer chez eux au début de l’année 2024.

Dans un communiqué de son bureau, Gallant indique qu’une réunion a eu lieu avec de hauts responsables du ministère de la Défense sur la manière de permettre à ceux qui vivent à une distance de 4 à 7 kilomètres de la frontière de Gaza de rentrer chez eux au début de 2024 « après la réhabilitation des villes et la création des conditions de sécurité requises ».

« Toute personne qui ne peut pas retourner chez elle continuera à recevoir le soutien et l’appui total du gouvernement », affirme Gallant. « Il est très important de souligner que notre engagement envers les habitants du nord est identique à notre engagement envers les habitants du sud. Nous nous engageons pleinement pour tout le monde. »

« Nous travaillons actuellement pour parvenir à une situation dans laquelle certaines villes seront de nouveau habitables à partir du 1er janvier, celles qui se trouvent à une distance de 4 à 7 kilomètres » de Gaza, ajoute Gallant, précisant que toutes les données en matière de sécurité pointent vers une telle possibilité.

Le 7 octobre, quelque 3 000 terroristes du Hamas ont fait irruption dans le sud d’Israël par la frontière de Gaza, sous un déluge de milliers de roquettes, et ont pris pour cible plus de 20 communautés dans le sud du pays.

Au moins 1 200 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées dans ces attaques, des milliers d’autres ont été blessées et quelque 240 personnes ont été prises en otage.

Des effets personnels gisent parmi les débris d’une maison détruite lors de l’attaque du 7 octobre par des terroristes du Hamas dans le kibboutz Kfar Aza dans le sud d’Israël près de la bande de Gaza, le 18 octobre 2023. (Crédit : Gil COHEN-MAGEN / AFP)

Certaines des scènes de destruction les plus graves ont eu lieu dans les kibboutzim de Beeri, Nir Oz et Kfar Aza. Mais le chaos s’est étendu bien au-delà des communautés situées à proximité immédiate de Gaza, atteignant des villes situées à 24 kilomètres de la frontière, y compris la ville d’Ofakim, dans le sud du pays, où plus de 40 personnes ont été assassinées.

Le kibboutz Kfar Aza se trouve à un peu plus de deux kilomètres de la frontière de Gaza et le kibboutz Nir Oz est encore plus proche, à seulement 1,6 kilomètre de la barrière frontalière. Le kibboutz Be’eri se trouve à environ quatre kilomètres, ce qui signifie que les résidents de la communauté dévastée pourraient potentiellement rentrer chez eux, s’ils le souhaitent.

Mais comme plus de 10 % des membres de la communauté ont été tués ou capturés, certains ont exprimé des doutes quant à la possibilité de rentrer chez eux, même s’ils reçoivent le feu vert des autorités, sur le plan sécuritaire.

Après les massacres du 7 octobre, des tirs de roquettes incessants et des hostilités répétés avec le Hezbollah et les factions palestiniennes à la frontière libanaise, environ 105 communautés du sud et du nord d’Israël ont été évacuées, et d’autres ont choisi de partir d’elles-mêmes, ce qui a entraîné le déplacement à l’intérieur du pays de quelque 200 000 Israéliens.

Parmi les personnes évacuées, plus de 60 000 se sont installées dans la ville d’Eilat, la plus méridionale, qui ne compte elle-même qu’environ 52 000 habitants.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.