Game of Thrones : 7 éléments juifs sur la série à succès
Rechercher

Game of Thrones : 7 éléments juifs sur la série à succès

Depuis les créateurs de la série jusqu'à l'affinité avec Anne Frank partagée par deux actrices, la série regorge de liens avec la religion juive

Emilia Clarke incarne Daenerys Targaryen dans laseptième saison de "Game of Thrones". (Crédit : Macall B. Polay/HBO)
Emilia Clarke incarne Daenerys Targaryen dans laseptième saison de "Game of Thrones". (Crédit : Macall B. Polay/HBO)

JTA – L’été est là, et avec lui, la reprise des séries télévisées.

Le premier épisode de la septième saison du succès de HBO « Game of Thrones », très attendu, a été diffusé début juillet.

La série, basée sur la série de romans de Fantasy Le Trône de Fer, par George R.R. Martin, regorge de symbolisme religieux (la Foi des Sept, les Sparrow, la Corneille à trois yeux etc…), rien sur l’écran ne semble d’emblée avoir trait au judaïsme.

Cependant, ce que les fans ne réalisent pas, c’est que « Game of Thrones » a, hors écran, des myriades de liens avec le judaïsme, depuis l’identité culturelle des créateurs de la série jusqu’à l’affection pour Anne Frank qu’entretiennent deux actrices principales.

Pendant que vous aiguisez vos épées en acier valyrien et que vous dépoussiérez votre meilleure bouteille de vin Dornish, voici quelques éléments juifs sur la plus grande série télévisée du moment.

Les deux créateurs de la série sont juifs

Les scénaristes David Benioff et D.B. Weiss se sont rencontrés durant les études de littérature au Trinity College de Dubin en 1995, et, selon Weiss, se sont liés d’amitiés parce qu’ils étaient « deux juifs américains à Dublin », sans « aucune racine irlandaise ».

Benioff, né David Friedman (très visionnaire, il utilise le nom de famille de sa mère pour se différencier de ses homonymes David Friedman, notamment l’actuel ambassadeur américain en Israël) est le fils de Stephen Friedman, ancien directeur du Conseil de la réserve fédérale de New York. Weiss, qui a grandi à Chicago, a travaillé pendant des années comme assistant personnel à Hollywood. En 2011, Benioff avait goûté au succès avec son roman La 25e heure et Weiss avait travaillé sur plusieurs scénarios. En avril de la même année, leur adaptation de « Game of Thrones » à été diffusée et a remporté un succès dithyrambique. Et leur carrière a décollé avec la fulgurance du feu qui sort de la bouche d’un dragon.

George R.R. Martin a été inspiré par un auteur juif français

Martin a écrit qu’il était un fan absolu des Rois Maudits, de Maurice Druon, une fiction basée sur la guerre des Cent ans, qui a vu s’opposer les royaumes de France et d’Angleterre entre 1337 et 1453.

« Je pense que Druon est le meilleur écrivain historique de France depuis Alexandre Dumas », avait-il écrit dans le Guardian en 2013. « Que vous soyez féru d’histoire ou fan de fantasie, la saga de Druon vous tiendra en haleine. C’est la version originale de Game of Thrones. »

Druon, décédé en 2009, à l’aube de son 91ème anniversaire, était membre de l’Académie française et ministre de la Culture dans les années 1970. Il était le fils d’immigrants juifs de Russie, et s’était battu dans la résistance contre les nazis.

Deux acteurs israéliens ont fait une apparition dans la série

L’apparition d’Ania Bukstein et Yousef Sweid dans la sixième saison avait fait les unes de la presse juive. Bukstien, qui est également chanteuse et mannequin, incarnait Kinvara, la Grande Prêtresse du Temple Rouge de Volantis, la plus haute autorité religieuse de R’hllor, qui soutient Daenerys Targaryen dans sa quête pour le trône de fer, dans le cinquième épisode.

L'actrice israélienne Ania Bukstein incarne Kinvara dans la dernière saison de "Game of Thrones". (Crédit : Ania Bukstein Facebook page)
L’actrice israélienne Ania Bukstein incarne Kinvara dans la dernière saison de « Game of Thrones ». (Crédit : Ania Bukstein Facebook page)

Sweid, un arabe israélien originaire de Haïfa, qui a également joué dans « Homeland », incarnait Ash, un esclave affranchi de la ville de Mereen.

Deux acteurs de « Game of Thrones » ont joué dans des spots publicitaires pour SodaStream.

Au début de la semaine, Hodor (Kristian Nairn) a fait ses débuts dans un rôle typique d’Hodor dans un spot publicitaire pour le fabricant d’eau pétillante.

Nairn incarne un homoschlepien, une espèce qui ne peut pas boire d’eau qui ne provienne pas d’une bouteille en plastique. (Dans la publicité, ils sont « découverts » par une anthropologue incarnée par la neuroscientifique et actrice juive Mayim Bialik.)

Nairn est le deuxième acteur de « Game of Thrones » à jouer pour SodaStream, une entreprise fustigée il y a quelques années pour avoir des usines en Cisjordanie (fermées en 2015). Durant le printemps 2016, l’acteur et culturiste islandais Haftor Bjornsson, qui incarne le géant Gregor Clegane, a fait une apparition dans une vidéo YouTube qui faisait la promotion des « Heavy Bubbles », une boisson conditionnée dans des bouteilles en formes d’haltères. Cette vidéo était en réalité un canular pour le 1er avril.

« Je suis toujours ouvert à de nouvelles techniques pour m’entraîner, mais vous devez admettre que transporter des bouteilles depuis le supermarché est fatiguant, et assez stupide », avait déclaré Bjornsson dans un communiqué.

La série a inspiré un livre pour enfants juifs sur Noël

En faisant ses achats pour les cadeaux de Hanoukka à Belfast, l’acrtrice Amanda Peeet et Andrea Troyer ont eu l’idée d’écrire Dear Santa, Love, Rachel Rosenstein, qui évoque le sentiment de passer à côté de quelque chose que ressentent de nombreux juifs le 25 décembre. Mais que faisaient Peet et Troyer à Belfast ? Elles sont mariées à Benioff et Weiss, respectivement, et de nombreux sites de la capitale de l’Irlande du Nord servent de lieu de tournage pour la série, notamment Winterfell, le siège de la maison Stark. (Peet a confié à nos amis de Kveller que les familles des créateurs de la série ont passé leurs étés à Belfast pendant les tournages.)

« Nous parlions de ce qu’est Noël pour des enfants juifs, sur leur sentiment d’être marginalisés », avait déclaré Peet « Initialement, nous voulions écrire ce qui expliquait à quel point Hanoukka était génial. Mais cela s’est révélé très difficile. »

Mélisandre avait fait la voix du livre audio Anne Frank : Journal d’une jeune fille 

Carice Van Houten, l’actrice hollandaise qui incarne Mélisandre, aussi appelée la Femme Rouge, prêtresse de R’hllor, qui aime dire que « la nuit est sombre et pleine de terreur », a prêté sa voix à une version audio du célèbre journal d’Anne Frank.

La contribution de Van Houten s’inscrivait dans le lancement d’une application en 2014, qui comprenait des frises chronologiques interactives et des interviews avec Miep Gies, qui avait aidé la famille Frank à se cacher. Van Houten avait 14 ans quand elle a lu le livre pour la première fois, avait-elle confié à la télévision hollandaise.

« Cela m’avait vraiment saisie », avait-elle dit. « J’en avais fait des cauchemars dont je me souviens encore. »

Meera Reed avait joué dans une mini-série sur l’histoire d’Anne Frank

En 2010, l’actrice britannique Ellie Kendricj, la chasseuse expérimentée dans la série, qui a aidé Bran Stark à s’échapper de l’armée des Morts, avait excellé en tant qu’Anne Frank dans une mini-série très acclamée produite par la BBC. Initialement conçue sur 5 épisodes, la série a été ensuite transformée en film de 2 heures qui a été diffusé sur PBS à l’occasion de la Journée Internationale de la Commémoration de la Shoah.

« Je ne pense pas que nous essayions de faire d’Anne Frank quelque chose qu’elle n’était pas, ni de l’adapter à un nouveau personnage », avait expliqué Kendrick au Los Angeles Times. « C’était une fille très moderne et très intelligente, vivace. Elle pouvait être énervante, ce qui fait d’elle une adolescente tout à fait normale. Le fait qu’elle se disputait avec sa mère et sa sœur la rend d’autant plus poignante et efficace. Tout le monde a déjà vécu ces moments. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...