Gantz appelle à un gouvernement d’union rapide, et Netanyahu à négocier
Rechercher

Gantz appelle à un gouvernement d’union rapide, et Netanyahu à négocier

Le chef de file de Kakhol lavan déclare ne pas avoir "reçu de réponse sérieuse" du Premier ministre à sa proposition d'entamer des négociations pour former une coalition d'urgence

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz tient une conférence de presse à Kfar Maccabiah, le 7 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)
Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz tient une conférence de presse à Kfar Maccabiah, le 7 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)

Le chef de Kakhol lavan, Benny Gantz, a déclaré vendredi que la formation d’un gouvernement d’unité d’urgence pour faire face à la crise du coronavirus en pleine expansion « est la bonne chose pour l’État d’Israël actuellement », mais qu’il attend encore une réponse du Premier ministre Benjamin Netanyahu sur le début des négociations.

Jeudi soir, Netanyahu a semblé tendre la main à ses rivaux politiques pour former un gouvernement d’urgence afin de lutter contre la propagation du virus, en invitant Gantz à des pourparlers. Dans un discours télévisé en prime time depuis son bureau à Jérusalem, le Premier ministre a appelé le chef de Kakhol lavan à accepter la main tendue après une impasse politique d’un an durant laquelle aucun des deux n’a réussi à former une coalition gouvernementale.

« Ce serait un gouvernement d’urgence pour un temps limité, et nous nous battrons ensemble pour sauver la vie de dizaines de milliers de citoyens », a expliqué Benjamin Netanyahu dans sa déclaration à la presse, au cours de laquelle il a émis des avertissements terrifiants sur le nombre élevé de décès potentiels dus au virus et a annoncé que les écoles israéliennes seraient fermées à partir de vendredi.

Benny Gantz a ensuite indiqué qu’il était prêt à discuter d’un gouvernement d’urgence, mais a ajouté qu’il devrait inclure des éléments de tous les bords politiques, ce qui laisse entendre qu’il insisterait sur l’inclusion de la Liste arabe unie.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 12 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)

Dans une publication Facebook vendredi après-midi, le dirigeant centriste a écrit que Kakhol lavan « a l’intention de se joindre à la lutte contre le coronavirus, tout comme nous nous sommes toujours engagés pour l’État d’Israël. Depuis le début de la crise, nous avons pleinement soutenu les actions du gouvernement et nous continuerons donc à le faire, quelles que soient les circonstances politiques ».

Mais en ce qui concerne la possibilité d’un gouvernement d’union, le chef de l’opposition a reproché au Premier ministre de « s’adresser à moi par l’intermédiaire des médias, comme d’habitude », et a fait savoir qu’il n’avait pas reçu de réponse sérieuse à sa demande d’entamer des négociations officielles.

« Lors d’une conversation que j’ai eue avec lui après son discours, je lui ai dit que nous continuerions à soutenir tous les efforts visant à prévenir la propagation du coronavirus en Israël et j’ai suggéré que nos équipes de négociation se rencontrent et discutent de la nécessité et de la possibilité d’établir un gouvernement d’urgence pour la période à venir », a rapporté Benny Gantz.

« Jusqu’à présent, je n’ai pas reçu de réponse sérieuse de sa part. J’attends toujours – parce qu’un gouvernement d’urgence est la bonne chose pour l’État d’Israël en ce moment », a-t-il souligné.

Des sources proches de Gantz ont déclaré au site d’information Ynet que la question d’un gouvernement d’unité ne progressait pas, car Kakhol lavan réclamait une réunion des équipes de négociation avant tout tête-à-tête entre les dirigeants pour voir ce que Netanyahu proposait, tandis que le Likud a assuré qu’il voulait une réunion immédiate entre les deux chefs de parti.

Dans une autre référence possible à l’inclusion de la Liste arabe unie dans ce gouvernement d’urgence, le numéro un de Kakhol lavan a également appelé vendredi à « un gouvernement [Netanyahu] destiné à combattre le virus qui ne fasse pas de distinction entre la droite et la gauche, entre les religieux et les laïcs, et entre les Juifs et les Arabes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...