Gantz présente ses conditions indispensables à son soutien à l’annexion
Rechercher

Gantz présente ses conditions indispensables à son soutien à l’annexion

Le ministre de la Défense, fustigé par l'ONG La Paix maintenant, pense que l'extension de la souveraineté israélienne en Cisjordanie pourra entraîner des violences

Le ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion habdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 7 juin 2020 (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)
Le ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion habdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 7 juin 2020 (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a signalé, mardi, qu’il pourrait soutenir une annexion unilatérale de certains territoires de Cisjordanie, citant les refus persistants opposés par les Palestiniens de conclure un accord avec l’Etat hébreu, tout en répétant qu’il demandait expressément que cette initiative ne mette pas en péril les accords de paix existants.

« Nous ne continuerons pas à attendre les Palestiniens. S’ils nous opposent un ‘non’ définitif à tout, alors nous serons dans l’obligation d’avancer sans eux », a déclaré Gantz dans un point-presse. Il a qualifié le rejet continu des Palestiniens de « m.erdier profond », ajoutant que l’Etat juif ne s’y laisserait pas traîner.

Il n’a pas précisé de date pour une éventuelle déclaration de soutien à une initiative unilatérale, ni dit s’il appuierait le lancement du processus d’annexion la semaine prochaine, comme le Premier ministre Benjamin Netanyahu l’a promis à maintes reprises.

Selon l’accord de coalition conclu entre Netanyahu et Gantz, le Premier ministre pourra commencer, dès le 1er juillet, à annexer les quelque 30 % de la Cisjordanie qui ont été alloués à Israël par la proposition de paix soumise fin janvier par le président américain Donald Trump. La proposition, d’emblée rejetée par l’Autorité palestinienne (AP), envisage la création d’un État palestinien sur le reste du territoire (70 %).

Gantz a souligné son attachement à garantir qu’Israël reste « un pays sûr, Juif et démocratique, et économiquement prospère » – ce qui est assuré au mieux, a-t-il continué, par le plan de paix de Trump.

Benny Gantz, au centre, s’exprime devant les journalistes pendant une visite dans la Vallée du Jourdain, le 21 janvier 2020 (Crédit : Elad Malka/Kakhol lavan)

« Nous devons non seulement gérer le conflit, mais également lui donner une forme. Nous ferons en sorte de minimiser, autant que possible, le risque de faire de l’Etat d’Israël un État binational tout en sauvegardant la sécurité de l’Etat, en discutant étroitement avec les Etats-Unis, avec les pays du monde – et avec les Palestiniens, dans la mesure où ils souhaiteront intégrer les discussions », a-t-il dit.

Gantz a présenté les conditions qui, selon lui, sont indispensables pour l’annexion, jurant qu’il y aura un « processus organisé » en coordination avec l’armée israélienne et les autres services de sécurité.

Il a dit s’opposer à des annexions de territoires comptant de nombreux habitants palestiniens, ajoutant qu’il fallait offrir l’égalité des droits à tous les Palestiniens qui vivraient dans les secteurs concernés par l’annexion.

Il a souligné la nécessité de maintenir la liberté de mouvement pour les Palestiniens, en Cisjordanie, déclarant que l’annexion devait être coordonnée avec tous les acteurs concernés – une référence à la Jordanie, à l’Egypte et à d’autres pays de la région.

« Nous ne ferons pas entrer de force des Palestiniens sur notre territoire, nous ne nuirons ni aux droits de l’Homme, ni au droit de se déplacer, nous travaillerons en coordination avec les pays de la région et nous sommes en contact avec chacun d’entre eux – nous ne mettrons pas en péril les accords de paix », a-t-il dit.

Gantz serait aussi favorable à une annexion qui prendrait place dans le contexte d’une offre plus large faite aux Palestiniens, selon un reportage diffusé mardi soir par la Treizième chaîne.

Gantz a également déclaré lors de la conférence de presse avoir examiné avec les militaires les possibles réponses à l’annexion – à laquelle l’armée israélienne se prépare -, admettant que l’initiative pourrait entraîner des violences de la part des Palestiniens de Cisjordanie.

« Il y a un défi sécuritaire à relever en Judée-Samarie et il pourrait y avoir un défi encore plus grand suite à l’application de cette loi, si et quand elle sera mise en oeuvre », a-t-il noté, utilisant le nom biblique de la Cisjordanie.

Les forces de sécurité ont été largement tenues à l’écart du plan d’annexion de Netanyahu, entravant leurs capacités à prévoir des réponses appropriées à d’éventuelles violences. Selon un reportage télévisé diffusé ce week-end, les responsables de la sécurité devraient découvrir cette semaine les cartes des zones que le Premier ministre souhaite annexer.

La Paix maintenant, un groupe de veille anti-implantations et farouchement opposé à l’annexion, a fustigé Gantz pour ses commentaires.

« Après être revenu sur sa promesse de remplacer Netanyahu, Gantz est maintenant devenu son collaborateur officiel. L’homme qui avait promis d’apporter la paix est volontaire dans un projet qui mettra le feu au Moyen-Orient », a fait savoir le groupe dans un communiqué.

Selon diverses informations, les propositions envisagées par Netanyahu vont de l’annexion d’une petite partie de la Cisjordanie seulement à une initiative largement symbolique qui consisterait à étendre la souveraineté israélienne sur toutes les implantations et sur la vallée du Jourdain.

Les chaînes de télévision ont fait savoir mardi soir que Netanyahu espère obtenir l’approbation de la Maison Blanche pour une première phase d’annexion qui ne comprendrait qu’un bloc d’implantations majeur – ou plus – comme Maale Adumim, Ariel ou le Gush Etzion, mais également une implantation ou plus relativement « isolée », au coeur de la Cisjordanie, pour « transmettre le message » que ces implantations plus reculées ne feront jamais partie d’une future entité palestinienne.

Une deuxième phase d’annexion prévue serait plus importante – conforme à la promesse faite par Netanyahu de faire appliquer la loi israélienne aux 132 implantations et à la Vallée du Jourdain.

Des sources politiques proches de Netanyahu et citées par la Treizième chaîne ont exprimé leur frustration face à Gantz et au ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, critiqués pour leur manque de soutien au plan d’annexion de Netanyahu.

De l’autre côté, des sources proches des deux leaders de Kakhol lavan, qui ont témoigné sous couvert d’anonymat, ont affirmé que Netanyahu devait encore préciser très exactement les secteurs qu’il avait l’intention d’annexer et le moment qu’il choisirait pour le faire, et que les deux hauts-responsables n’avaient donc pas pu, pour l’instant, adopter un positionnement ferme et définitif sur le sujet.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu regarde la vue depuis un hélicoptère alors qu’il s’apprête à visiter la nouvelle barrière entre Israël et le territoire de Cisjordanie dans la zone de Tarqumiyah, le 20 juillet 2016 (Crédit :Marc Israel Sellem/POOL)

La perspective d’une annexion unilatérale a été condamnée dans le monde entier : l’Europe et les Etats arabes – ainsi que les responsables du parti Démocrate américain – mettent en garde le gouvernement israélien contre une telle initiative.

Netanyahu a expliqué que le soutien des Etats-Unis à l’annexion représentait une opportunité historique et les Etats-Unis ont fait savoir qu’ils ne s’opposeraient pas à l’élargissement de la souveraineté israélienne. Ils se sont toutefois montrés beaucoup plus réservés, ces derniers temps, sur le moment choisi pour mener à bien cette initiative.

Les responsables de l’administration Trump devraient organiser, cette semaine, une réunion décisive sur l’approbation des projets de Netanyahu. Des informations transmises par Reuters dans la journée de lundi ont indiqué que la Maison Blanche réfléchirait à appuyer l’annexion d’un petit nombre d’implantations dans le secteur de Jérusalem, inquiète des répercussions sur les liens régionaux d’une action plus large.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...