Gantz répète qu’il se présentera au mois de mars
Rechercher

Gantz répète qu’il se présentera au mois de mars

Le chef de Kakhol lavan dit avoir promis de ne pas rejoindre Netanyahu quand les circonstances étaient différentes et que son parti aidera à déterminer le futur Premier ministre

Le ministre de la Défense Benny Gantz en visite à la municipalité de Jérusalem, le 10 novembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Défense Benny Gantz en visite à la municipalité de Jérusalem, le 10 novembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a répété, jeudi, qu’il se présentera aux prochaines élections du mois de mars en tant que leader du parti Kakhol lavan tout en démentant toute négociation en cours avec Ron Huldai, maire de Tel Aviv, ou avec le chef de Yamina, Naftali Bennett, sur une éventuelle fusion de sa formation avec leurs factions.

« J’ai la conviction de faire ce qui est bon pour Israël. Et je continuerai donc » à tenter d’écarter du pouvoir le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a-t-il déclaré dans un entretien accordé à la Douzième chaîne.

De récents sondages indiquent que Kakhol lavan passerait tout juste le seuil électoral. Gantz était entré en politique il y a deux ans, jurant de remplacer Netanyahu. Il avait alors fusionné sa propre formation, Hossen LeYisrael, avec Yesh Atid, formant Kakhol lavan – et il avait échoué de peu à former une coalition sans le Likud de Netanyahu lors de trois scrutins successifs.

Si Gantz avait fait campagne sur la promesse qu’il n’intégrerait jamais un gouvernement avec Netanyahu tant que ce dernier serait accusé de corruption, il avait fait volte-face à la fin du mois de mars et formé un gouvernement d’unité avec Netanyahu au mois de mai. Furieux, Yesh Atid et une deuxième faction mineure (Telem, un mouvement dirigé par Moshe Yaalon) avaient quitté l’alliance Kakhol lavan et rejoint l’opposition. Depuis, le parti de Gantz a vu sa popularité s’effondrer, ce qui a entraîné de nombreux départs de législateurs de la formation depuis que l’organisation de nouvelles élections a été annoncée, le mois dernier.

« J’ai agi honnêtement là où d’autres ont agi malhonnêtement », a déclaré un Gantz amer lors de l’interview accordée jeudi. « Quand j’avais annoncé que je ne siégerais jamais avec Netanyahu, les circonstances étaient différentes – il n’y avait pas de pandémie, il n’y avait pas eu trois confinements successifs. Si j’ai intégré ce gouvernement, ce n’est pas parce que j’aime Netanyahu mais bien parce que j’aime Israël », a-t-il ajouté.

Alors qu’il lui était demandé d’expliquer les raisons de son maintien dans la course électorale – ce qui pourrait potentiellement entraîner un gaspillage de votes s’il devait échouer à franchir le seuil électoral – Gantz a estimé que les bulletins au nom de sa formation « ne seront de toute façon pas perdus. Kakhol lavan va continuer à se développer ».

Il a par ailleurs indiqué que son parti aiderait à décider de l’identité du prochain Premier ministre.

Il a aussi démenti des informations concernant des pourparlers avec Ron Huldai, du parti HaIsraelim, à sa gauche, ou avec Naftali Bennett de Yamina, à sa droite, sur une possible fusion. Il a qualifié ces informations de « bubbe-meises, » le terme yiddish désignant les « contes fantastiques ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...