Gilad Kariv, député hospitalisé pour le COVID : « C’est effrayant, stressant »
Rechercher

Gilad Kariv, député hospitalisé pour le COVID : « C’est effrayant, stressant »

Le rabbin du Parti travailliste, entièrement vacciné, affirme avoir du mal à respirer sans oxygène et craint que ses poumons aient subi des dommages permanents

Le député travailliste Gilad Kariv s'est adressé à la Treizième chaîne depuis son lit d'hôpital dans le service de coronavirus de l'hôpital Sheba, le 18 août 2021. (Crédit : capture d'écran/Treizième chaîne)
Le député travailliste Gilad Kariv s'est adressé à la Treizième chaîne depuis son lit d'hôpital dans le service de coronavirus de l'hôpital Sheba, le 18 août 2021. (Crédit : capture d'écran/Treizième chaîne)

Le député travailliste Gilad Kariv, hospitalisé dans un état grave à cause du coronavirus, a déclaré avoir du mal à respirer sans oxygène.

« C’est effrayant, c’est stressant », a déclaré Gilad Kariv à la Treizième chaîne dans une interview diffusée mercredi soir depuis sa chambre de l’hôpital Sheba de Tel Hashomer. « Il m’est difficile de respirer sans oxygène. »

Kariv, un rabbin réformé, est âgé de 47 ans et entièrement vacciné. Il a déclaré que sa femme, ses enfants et de nombreux autres parents – tous vaccinés – avaient également été testés positifs, mais que ses symptômes avaient été les plus graves.

Le député travailliste a déclaré à la chaîne d’information qu’il avait quitté une réunion au ministère de la Diaspora au début du mois quand il a commencé à se sentir mal. Au même moment, a-t-il dit, sa femme l’a appelé pour lui dire que leur fils avait une forte fièvre. Ils ont tous été testés positifs à la COVID.

« C’est moi qui l’ai le plus mal vécu », a-t-il déclaré. « Ma femme a été testée positive, mon fils cadet, les parents de ma femme, ma belle-sœur et ses enfants – ça s’est propagé très rapidement, et nous sommes tous vaccinés. À partir de ce moment-là, a-t-il dit, tout s’est passé très vite. »

Interrogé sur ce qui l’a conduit à appeler une ambulance et à se rendre à l’hôpital lundi, Kariv a répondu : « J’avais l’impression de ne pas avoir d’air. » Le simple fait d’entrer dans la salle d’urgence, a-t-il dit, était difficile. « Vous faites trois ou quatre pas, puis vous vous arrêtez pour essayer tant bien que mal de respirer. »

Le député travailliste Gilad KariV lors d’une réunion de la commission des Finances à la Knesset, le 22 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Tous ceux qui écartent cette maladie ne savent pas de quoi ils parlent », a-t-il ajouté.

Le militant de longue date du mouvement réformé a été élu à la Knesset avec le Parti travailliste plus tôt cette année. En tant que président de la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset, il a mené des discussions animées sur les restrictions contre le coronavirus.

Au début du mois, il a fait l’objet de critiques lorsque, au cours d’une audience à laquelle des centaines de personnes assistaient à distance, une personne a pu être entendue sur Zoom en train d’insulter la responsable du département de santé publique du ministère de la Santé, Sharon Alroy-Preis. M. Kariv a demandé que tous les microphones des participants à distance soient coupés, mais certains observateurs ont estimé qu’il n’était pas allé assez loin dans sa tentative d’identifier l’individu.

« Je comprends les sentiments du Dr. Alroy-Preis », a-t-il déclaré à la Treizième chaîne. « Elle traverse une période difficile d’attaques – et je peux vous dire qu’elle m’a envoyé un message WhatsApp ce matin pour me demander comment je me sentais. »

Le Premier ministre Naftali Bennett a lui aussi appelé le député ce jeudi pour lui souhaiter un prompt rétablissement.

Interrogé sur son retour au travail, Kariv a répondu qu’il ne savait pas encore quand cela aurait lieu. « Je ne sais pas encore. J’ai l’impression qu’il y a des dégâts », a-t-il dit, en montrant ses poumons d’un geste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...