Grèce : 3 conteneurs incendiés lors d’une action de protestation de migrants
Rechercher

Grèce : 3 conteneurs incendiés lors d’une action de protestation de migrants

65 890 réfugiés et migrants sont actuellement bloqués en Grèce après la fermeture des frontières en Europe au début de l'année

Des enfants derrière une clôture, dans le camp pour migrants de Moria, transformé par la police en centre de détention, à Mytilene, sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 3 avril 2016. (Crédit : Aris Messinis/AFP)
Des enfants derrière une clôture, dans le camp pour migrants de Moria, transformé par la police en centre de détention, à Mytilene, sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 3 avril 2016. (Crédit : Aris Messinis/AFP)

Trois conteneurs abritant des employés du service d’asile ont été incendiés et « presque détruits » lundi lors d’une action de protestation d’un groupe de 70 migrants dans le camp de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, a-t-on appris de source policière.

Les employés sont aussitôt sortis des conteneurs et aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat, a précisé à l’AFP cette source ayant requis l’anonymat.

Les incidents, qui ont duré environ une heure en fin de matinée, ont commencé quand « des migrants, en majorité des Pakistanais et Bangladais, ont jeté des pierres contre des policiers et mis le feu à des couvertures qu’ils ont jetées sur des conteneurs abritant des services d’asile », a expliqué cette source.

Les pompiers ont aussitôt circonscrit le feu, selon leur service de presse, tandis que la police a procédé à « une dizaine d’interpellations », a-t-elle ajouté.

Un canot transportant des réfugiés débarque sur une plage de l'île de Lesbos au nord de la Grèce (Crédit : Boaz Arad/IsraAID)
Un canot transportant des réfugiés débarque sur une plage de l’île de Lesbos au nord de la Grèce (Crédit : Boaz Arad/IsraAID)

Comme dans les quatre autres camps situés sur des îles grecques en mer Egée, les mouvements de protestations des migrants et réfugiés sont récurrents à Moria où sont entassés plus de 5 000 migrants pour 3 500 places. Ils protestent à la fois contre leur rétention et les conditions misérables du camp.

Le 19 septembre un incendie provoqué lors des affrontements entre migrants et policiers avait fait d’importants dégâts dans une partie du camp de Moria et des milliers des réfugiés avaient dû le quitter, avant d’y revenir deux jours plus tard.

Actuellement plus de 15 000 migrants pour 8 000 places sont bloqués dans les centres d’enregistrement sur les îles. Ils sont censés être renvoyés en Turquie en vertu de l’accord UE-Turquie signé le 18 mars.

Toutefois, le rythme des renvois est lent car la plupart des migrants ont demandé l’asile en Grèce pour éviter d’être renvoyés en Turquie et les autorités doivent procéder à un examen au cas par cas.

L’accord UE-Turquie a fortement endigué le flux migratoire en provenance des côtes turques vers la Grèce. Cependant le rythme d’arrivées des migrants a commencé à reprendre ces derniers mois et les centres sur les îles sont débordés.

Athènes est en quête de solutions et tente de convaincre ses partenaires européens d’autoriser le transfert d’un certain nombre des migrants et réfugiés dans des camps en Grèce continentale.

Au total, 65 890 réfugiés et migrants sont actuellement bloqués en Grèce après la fermeture des frontières en Europe au début de l’année, selon des chiffres officiels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...