HaBayit HaYehudi et l’Union nationale vont-ils s’allier ?
Rechercher

HaBayit HaYehudi et l’Union nationale vont-ils s’allier ?

Un accord entre les partis de droite religieux augmenterait leurs chances d'entrer à la Knesset

A gauche, le rabbin Rafi Peretz, chef d’HaBayit HaYehudi, s’exprimant à la convention du parti à Ramat Gan le 4 février 2019. A droite, Bezalel Smotrich célèbre son élection à la tête du parti Union nationale, à l’hôtel Crown Plaza de Jérusalem, le 14 janvier 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/FLash90)
A gauche, le rabbin Rafi Peretz, chef d’HaBayit HaYehudi, s’exprimant à la convention du parti à Ramat Gan le 4 février 2019. A droite, Bezalel Smotrich célèbre son élection à la tête du parti Union nationale, à l’hôtel Crown Plaza de Jérusalem, le 14 janvier 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/FLash90)

HaBayit HaYehudi a approuvé un projet d’accord de fusion avec le parti Union nationale et attend désormais une réponse, a fait savoir le parti mardi.

Mais l’Union nationale affirme qu’aucun accord n’a été trouvé, ajoutant : « il n’y a pas de progrès. Les négociations sont au point mort, » a indiqué le site d’information Walla.

Cet accord augmenterait les chances des deux partis d’atteindre le seuil électoral requis pour entrer à la Knesset en avril prochain.

HaBayit HaYehudi a annoncé que son dirigeant, le rabbin Rafi Peretz, attendait que l’Union nationale approuve le projet pour qu’ils signent l’accord final plus tard dans la journée.

Rafi Peretz occuperait la première place sur la liste et le dirigeant de l’Union nationale, Bezalel Smotrich, la deuxième, avec une contrepartie pour compenser, d’après la Treizième chaîne.

HaBayit HaYehudi et Union nationale sont deux des quatre partis de droite religieux.

« Nous vous informons que nous irons ensemble, » avait déclaré Bezalel Smotrich mardi à la conférence annuelle des médias de droite Besheva organisée à Jérusalem. « L’information à savoir est que nous nous y efforçons. »

Il a assuré qu’un accord quadripartite serait conclu entre sa formation et HaBayit HaYehudi ; Otzma Yehudit, dirigé par des personnalités d’extrême droite associées au mouvement Kach interdit ; et Yahad, dirigé par Eli Yishai, ancien dirigeant du Shas.

La décision d’unir leurs forces augmenterait les chances des factions d’entrer à la Knesset. Sinon, aucun d’entre eux ne franchirait le seuil électoral de 3,25 %.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a de cesse d’appeler les factions à s’unir afin d’avoir un autre partenaire potentiel de coalition à droite en cas de victoire le 9 avril.

Les deux partis se sont déjà présentés ensemble par le passé, mais HaBayit HaYehudi est considéré comme la formation principale, ce qui lui permet de prétendre à la direction de l’alliance, à plus de places sur la liste et plus de postes au sein du gouvernement. Des dispositions que Smotrich souhaiterait renégocier.

HaBayit HaYehudi avait subi un revers en décembre dernier, lorsque son illustre dirigeant Naftali Bennett a quitté le navire, entraînant avec lui la numéro 2 du parti, la ministre de la Justice Ayelet Shaked. Ensemble, ils ont fondé le parti HaYamin HaHadash et plongé leur ancienne formation dans la dette.

Mercredi, le parti dirigé par l’ancien grand rabbin de l’armée a annoncé que l’écrivaine et journaliste d’investigation Yifat Erlich avait rejoint sa liste pour les prochaines élections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...