Smotrich : les partis nationalistes religieux feront liste commune
Rechercher

Smotrich : les partis nationalistes religieux feront liste commune

Bezalel Smotrich dit que HaBayit HaYehudi, Otzma Yehudit, Yahad et son propre parti ne peuvent se permettre d'être divisés ; accuse Bennett de quitter le camp sioniste religieux

Le chef du parti Ihoud Leoumi, le député Bezalel Smotrich, prend la parole lors d'un événement du Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël, à Modiin, le 4 février 2019. (Hadas Parush/Flash90)
Le chef du parti Ihoud Leoumi, le député Bezalel Smotrich, prend la parole lors d'un événement du Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël, à Modiin, le 4 février 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Le dirigeant du parti Ihoud Leoumi, Bezalel Smotrich, a annoncé mardi que les partis religieux de droite uniraient leurs forces pour les prochaines élections d’avril.

S’exprimant lors d’une conférence à Jérusalem, il a ainsi déclaré qu’il était « temps de faire des concessions pour que nous puissions nous unir et nous présenter ensemble », y compris avec Yisrael Beytenu, le parti d’extrême droite Otzma Yehudit et la formation d’Eli Yishai.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre du temps avec nos différences d’approche », a-t-il expliqué.

Smotrich s’en est également pris à l’ancien leader de Yisrael Beytenu Naftali Bennett, l’accusant d’avoir « quitté le camp sioniste religieux ».

Ses déclarations contredisaient les remarques des représentants du Ihoud Leoumi et de HaBayit HaYehudi qui, au cours de la fin de semaine, ont déclaré que les pourparlers au sujet d’une entente entre leurs partis avaient échoué.

« La nouvelle, c’est que nous nous présenterons ensemble », a déclaré M. Smotrich lors de la conférence annuelle du groupe de presse de droite Besheva à Jérusalem. « La nouvelle, c’est que nous mettrons tout en œuvre. »

Il a déclaré qu’un accord quadripartite serait conclu entre sa faction et son ancien partenaire, HaBayit HaYehudi ; Otzma Yehudit, dirigé par des personnalités d’extrême droite associées au mouvement Kach interdit ; et Yahad, dirigé par Eli Yishai, ancien dirigeant du Shas.

L’accord devrait être conclu dans les heures ou les jours à venir, a-t-il précisé.

Le rabbin Rafi Peretz, chef du parti HaBayit HaYehudi, arrive aux primaires du parti à Ramat Gan le 4 février 2019. (Flash90)

La décision d’unir leurs forces augmenterait les chances des factions d’entrer à la Knesset. Sinon, aucun d’entre eux ne franchirait le seuil électoral de 3,25 %.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de prendre des risques et de perdre un seul vote », a-t-il ajouté. « Il est temps de faire des concessions pour qu’on puisse s’unir et se présenter ensemble ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait poussé les factions à s’unir afin d’avoir un autre partenaire potentiel de coalition à droite s’il était chargé de former un gouvernement après le vote du 9 avril.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...