Hamas : L’OLP ne changera pas, la réconciliation est « pratiquement impossible »
Rechercher

Hamas : L’OLP ne changera pas, la réconciliation est « pratiquement impossible »

Mahmoud al-Zahar a déclaré à la TV iranienne que les rivaux du groupe à Ramallah ont "lié leur destin à Israël", dénonçant la coordination sécuritaire entre l'AP et l'État juif

Le chef adjoint du Hamas à Gaza, Mahmoud al-Zahar, réprimande l'Autorité palestinienne pour avoir "lié son destin à l'occupation israélienne" dans une interview à la télévision iranienne Al-Alam, 27 octobre 2020. (Capture d'écran : YouTube)
Le chef adjoint du Hamas à Gaza, Mahmoud al-Zahar, réprimande l'Autorité palestinienne pour avoir "lié son destin à l'occupation israélienne" dans une interview à la télévision iranienne Al-Alam, 27 octobre 2020. (Capture d'écran : YouTube)

Un haut responsable du groupe terroriste palestinien du Hamas, Mahmoud al-Zahar, a exprimé un vif scepticisme quant à la possibilité que son groupe se réconcilie avec le mouvement rival du Fatah dans un avenir proche lors d’une interview mardi, en rupture publique avec la rhétorique amicale qui a dominé les récentes déclarations des deux camps.

Le chef adjoint du groupe terroriste Hamas à Gaza a déclaré à la télévision iranienne Al-Alam que l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) dominée par le Fatah avait « lié leur destin et leur existence à l’occupation ».

« Si vous demandez si l’OLP va changer d’orientation, la réponse est non. Ils se sont lancés dans ce projet, ou il leur est tombé dessus, et ils ne changeront pas. Ils ne peuvent pas changer. S’ils changent, l’occupation israélienne les achèvera », a déclaré M. al-Zahar.

« Cette organisation, qui dépend d’Israël et d’acteurs extérieurs pour son soutien financier, peut-elle se passer d’un tel soutien », a demandé M. al-Zahar de façon rhétorique.

De hauts responsables du Hamas et du Fatah ont affirmé fin septembre avoir fait de grands progrès pour combler le fossé qui les sépare. Les deux factions palestiniennes sont en désaccord depuis une lutte sanglante pour le contrôle de la bande de Gaza en 2007, qui a conduit le Hamas à expulser le Fatah de l’enclave côtière.

Mahmoud Al-Zahar (photo credit: Wissam Nassar/ Flash90)
Le haut dirigeant du Hamas Mahmoud al-Zahar lors d’une conférence de presse en 2008. (Crédit : Wissam Nassar/Flash90)

Depuis les luttes intestines, le Hamas dirige la bande de Gaza, tandis que le Fatah a consolidé son contrôle sur les institutions de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie. De nombreux cycles de discussions dans différentes capitales arabes n’ont jamais permis de résoudre la tension entre les deux mouvements.

Mais les négociations menées à Istanbul fin septembre par le secrétaire général du Fatah, Jibril Rajoub, ont abouti à la promesse de nouvelles élections générales palestiniennes dans les six prochains mois. Le président de l’AP, Mahmoud Abbas, a ensuite réitéré la même promesse dans un discours à l’Assemblée générale des Nations unies.

Les deux parties ont loué à plusieurs reprises ce qu’elles ont considéré publiquement comme une ère de bons sentiments entre les deux groupes.

« L’atmosphère positive du dialogue à Istanbul… fait renaître l’espoir de parvenir à la réconciliation et de tourner la page de la division », avait déclaré à l’époque le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh.

Le chef de la branche politique du Hamas Ismail Haniyeh avait à l’époque passé un appel téléphonique relativement rare au président de l’AP Mahmoud Abbas, lui disant : « Le Fatah et le Hamas et toutes les factions palestiniennes sont dans la même tranchée… Nous sommes tous fiers de votre confiance, et nous vous en remercions ».

Mais malgré des réunions à Beyrouth et au Caire visant à faire avancer la réconciliation, Abbas n’a toujours pas ordonné de nouvelles élections. Après les promesses initiales d’un passage rapide aux élections et d’un gouvernement d’unité nationale, le processus semble au point mort.

Lorsqu’on lui a demandé si les pourparlers de réconciliation étaient une « perte de temps », M. al-Zahar ne l’a pas nié.

« C’est une tentative [du Fatah] de créer quelque chose qui ne les humilie pas. Après Trump et la normalisation, c’était une humiliation pour ceux qui croyaient au projet d’Oslo. Alors maintenant ils sont à nos côtés, qui n’ont jamais été aussi humiliés », a déclaré al-Zahar, en référence au traité de paix des années 1990 qui a créé l’AP.

Le haut responsable du Hamas a également sévèrement critiqué l’historique de l’AP en matière de coordination sécuritaire avec Israël. Les forces de sécurité de l’AP ont régulièrement travaillé pour prévenir les actes de terrorisme contre les Israéliens en communiquant les noms de ceux qui, selon elle, prévoient de commettre de telles attaques.

Une unité de sécurité palestinienne surveille un point de contrôle à l’entrée de la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 2 juillet 2020. (Nasser Nasser/AP)

Abbas a suspendu la coordination avec Israël pour protester contre un projet israélien déclaré visant à annexer des parties de la Cisjordanie. Si l’annexion a depuis été officiellement suspendue en raison des accords de normalisation avec les Émirats arabes unis, Ramallah n’a pas encore annoncé officiellement la reprise de la coordination.

Les militants du Hamas ont souvent été arrêtés en raison de la coordination sécuritaire entre Israël et l’Autorité palestinienne. Et jusqu’à présent, aucun des réchauffements publics des liens entre le Fatah et le groupe terroriste Hamas n’a changé cette réalité, a affirmé al-Zahar.

« Notre relation avec le Fatah était empreinte d’inimitié… alors comment pouvons-nous la corriger ? Juste avec des réunions à Beyrouth, avec un haut fonctionnaire qui parle à tour de rôle ? Et la réalité sur le terrain ? Donnez-moi quelque chose sur le terrain ! Allez-vous laisser les gens armés de Cisjordanie, ou ceux qui ont des pierres, résister à l’occupation ? Lorsque l’appareil de sécurité du Fatah entendra parler d’agresseurs potentiels, informera-t-il Israël à leur sujet ou non », a déclaré M. al-Zahar avec une nette irritation.

Al-Zahar a affirmé que l’AP continuait à coopérer secrètement avec Israël malgré ses déclarations publiques de ne pas le faire.

« Il y a une différence entre ce que nous espérons obtenir avec eux et ce qui est possible. J’espérais vraiment qu’ils arrêteraient. Le peuvent-ils ? A mon avis, non, ils ne peuvent pas », a déclaré M. al-Zahar. « Ce sera difficile, pratiquement impossible. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...