Herzog à Netanyahu : C’est un cirque, pas un gouvernement
Rechercher

Herzog à Netanyahu : C’est un cirque, pas un gouvernement

Retour sur la cérémonie tendue de présentation de la coalition ; Le chef de l'opposition a prononcé un discours capable de faire taire les rumeurs d'un gouvernement d'union

Le député Isaac Herzog à Tel Aviv le 17 février 2015 (Crédit : Amir Levy/FLASh90)
Le député Isaac Herzog à Tel Aviv le 17 février 2015 (Crédit : Amir Levy/FLASh90)

La coalition du Premier ministre Benjamin Netanyahu a officiellement prêté serment jeudi soir après une session de la Knesset agitée, qui sous un chahut constant, a été témoin des accusations du chef de l’opposition, Isaac Herzog, à savoir que le gouvernement fraîchement inauguré était « un cirque ».

Le gouvernement Netanyahu, formé après des négociations ardues après les élections du 17 mars, a donc finalement pris ses fonctions près de deux mois après le jour du scrutin, avec une majorité parlementaire la plus étroite possible.

Le nouveau cabinet a été adopté 61 voix contre 59 – représentant l’équilibre des forces à la Knesset : La coalition de Netanyahu à cinq partis avec 61 membres (Likud : 30 ; Koulanou : 10 ; HaBayit HaYehudi : 8 ; Shas : 7 et Yahadout HaTorah : 6), et les 59 sièges de l’opposition (Union sioniste : 24 ; Liste arabe unie : 13 ; Yesh Atid : 11 ; Yisrael Beitenu : 6 et Meretz : 5).

Lorsqu’il se tenait sur la tribune du Parlement, Netanyahu a lancé un appel à la réforme électorale, et, dans un appel voilé au chef du parti de l’Union sioniste, Herzog, il a déclaré qu’il laissait la « porte ouverte » à l’expansion de son cabinet.

« Je laisse la porte ouverte à l’expansion du gouvernement pour deux raisons. La première : parce que je pense que l’Etat en a besoin. Et deuxièmement : parce que cela est le seul moyen de modifier ce [système politique] », a déclaré Netanyahu.

Ce tournant vers Herzog, il a poursuivi : « Je suppose que le chef de l’opposition n’entrera pas dans le gouvernement, mais il faut s’unir pour changer le système ».

Netanyahu a ensuite annoncé les membres de son cabinet. Il a ainsi révélé que le député Silvan Shalom serait ministre de l’Intérieur et vice-Premier ministre, que les députés Benny Begin et Ofir Akunis seraient des ministres sans portefeuille, et le député Yariv Levin aurait les ministères de la Sécurité publique et du Tourisme.

Il a également exhorté le député Gilad Erdan, numéro deux sur la liste du Likud, à reconsidérer sa décision de rester en dehors du cabinet. Erdan avait refusé l’offre de garder le poste de ministre de l’Intérieur, selon les déclarations des sources du Likud jeudi.

Dans son discours, Netanyahu a remercié Tzahi Hanegbi qui a accepté le poste de président de la coalition et de président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset.

Mais Hanegbi a déclaré dans un communiqué qu’il n’a pas accepté ces positions et que la déclaration du Premier ministre a été faite à son insu. Les responsables du Likud ont plus tard déclaré que Hanegbi remplacera Akunis en tant que ministre-sans-portefeuille dans un an.

Le bref discours du Premier ministre a été ponctué par les sifflets des membres de la Liste arabe unie, dans ce qui semblait être un effort coordonné. Au moins trois des membres de la Knesset ont été escortés hors de la session et le reste a quitté le Parlement peu plus tard.

Le député Jamal Zahalka sorti de la Knesset après avoir sifflé de manière répété pendant un discours du Premier ministre, Benjamin Netanyahu, le jeudi 14 mai 2015 (Crédit : Porte-parole de la Knesset)
Le député Jamal Zahalka sorti de la Knesset après avoir sifflé de manière répété pendant un discours du Premier ministre, Benjamin Netanyahu, le jeudi 14 mai 2015 (Crédit : Porte-parole de la Knesset)

La proposition apparente du Premier ministre faite à l’Union sioniste de se joindre à la coalition a été rejetée par Herzog.

« Vous n’avez pas formé un gouvernement, vous avez formé un cirque », a déclaré Herzog quand il est monté à la tribune après Netanyahu.

« Il s’agit d’un gouvernement sans vision, sans plan de travail, sans espoir », a-t-il ajouté.

Herzog a poursuivi en expliquant à Netanyahu que ses partenaires de la coalition l’avaient « volé » en lui arrachant des concessions de grande envergure sur la politique et dans les postes du Cabinet.

« Zeev Jabotinsky et Menahem Begin auraient eu honte de vous. Vous avez créé un gouvernement à n’importe quel prix. Juste pour que vous puissiez rester dans votre position [au pouvoir], plus longtemps, et de plus en plus longtemps », a accusé Herzog.

Jabotinsky est considéré comme le père du mouvement sioniste révisionniste, tandis que son élève Begin fondé le parti du Likud.

Herzog a conseillé à Netanyahu de donner le ministère des Affaires étrangères à l’un des membres de son parti, le Likud. Le Premier ministre a gardé se portefeuille, pour, selon les spéculations, tenter de séduire soit Herzog ou Avigdor Liberman d’Yisrael Beitenou et les convaincre à se joindre à la coalition.

« Je vous conseille, Monsieur le Premier ministre, de ne pas garder le ministère des Affaires étrangères. Donnez-le ce soir à un membre de votre parti », a insisté Herzog. « Aucun dirigeant honnête ne se joindrait au cirque Netanyahu que vous avez formé au dernier moment, à n’importe quel prix, seulement pour rester au pouvoir ».

Le dirigeant de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, a déclaré qu’il ne pouvait pas souhaiter la réussite du gouvernement, puisque son succès serait un désastre pour la population arabe.

« Le drapeau noir du racisme flotte au-dessus de ce gouvernement », a-t-il affirmé dans son discours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...