Herzog recommande Livni comme cheffe de l’opposition pour lui succéder
Rechercher

Herzog recommande Livni comme cheffe de l’opposition pour lui succéder

Le président-élu de l'Agence juive soutient l'ancienne ministre des Affaires étrangères, mais le chef du parti travailliste Avi Gabbay étudie d'autres pistes

Isaac Herzog et Tzipi Livni pendant la réunion du groupe parlementaire de l'Union sioniste à la Knesset, le 27 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Isaac Herzog et Tzipi Livni pendant la réunion du groupe parlementaire de l'Union sioniste à la Knesset, le 27 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le président-élu de l’Agence juive Isaac Herzog a recommandé lundi que la numéro 2 de l’Union sioniste Tzipi Livni soit nommée cheffe de l’opposition à la Knesset, pour le remplacer.

Dans une interview sur la radio israélienne, Herzog, qui renoncera à son siège à la Knesset avant d’endosser le rôle de chef de l’Agence juive cet été, a déclaré que l’ancienne ministre des Affaires étranères Livni devrait reprendre son rôle parlementaire, invoquant un accord de rotation qu’ils avaient mis en place avant les élections de 2015.

Quand son parti Hatnua a fusionné avec le parti travailliste d’Herzog, pour former l’Union sioniste, Livni avait initialement accepté d’endosser à tour de rôle, tous les deux ans, la fonction de Premier ministre, si l’Union sioniste devait former la coalition. Cependant, 12 heures avant les élections de 2015, elle a annoncé qu’elle renonçait à cette rotation.

La recommandation d’Herzog est controversée parce qu’Hatnua ne détient que 5 des 24 sièges de l’Union sioniste.

Le leader de l’Union sioniste, Avi Gabbay, prend la parole lors d’une conférence organisée par l’Institut israélien de la démocratie à Jérusalem le 11 mars 2018. (Yonatan Sindel / Flash90)

Dans la plupart des cas, le chef du plus grand parti d’opposition de la Knesset est le chef de l’opposition, mais Avi Gabbay, qui a remporté les élections de la direction du parti travailliste face à Herzog en 2017, ne peut pas endosser cette responsabilité, parce qu’il n’est pas député.

Gabbay a entamé des discussions lundi pour nommer le chef de l’opposition. Selon la Dixième chaîne, Shelly Yachimovich et Amir Peretz, anciens députés travaillistes, sont également pressentis pour le rôle.

Gabbay est chargé de choisir un membre de la Knesset pour ce rôle et de soumettre sa demande au président de la Knesset. Le remplaçant doit avoir le soutien de plus de la moitié des 54 membres de l’opposition.

Dimanche, le conseil d’administration de l’Agence juive a élu à l’unanimité Isaac Herzog, ancien ministre du cabinet et actuel chef de l’opposition, pour succéder à Natan Sharansky, en tant que président.

Dans l’interview de lundi, Herzog a indiqué que le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui aurait voulu que Yuval Steinitz, ministre de l’Energie, soit nommé, ne l’avait pas encore félicité.

Le président sortant de l’Agence juive Natan Sharansky et le président-élu Isaac Herzog, à Jérusalem, le 24 juin 2018. (Crédit : Nir Kafri pour l’Agence juive)

Herzog a également appelé le gouvernement israélien et les autorités religieuses à faciliter le processus de conversion au judaïsme.

Un fossé s’est creusé entre les communautés, notamment sur l’absence d’accès aux courants non-orthodoxes du judaïsme au mur Occidental, et le refus du rabbinat israélien à reconnaître de nombreuses conversions réalisées par des rabbins américains.

« Nous devons faire en sorte que quiconque souhaite devenir Juif puisse le devenir facilement », a-t-il dit.

« Comme l’a dit Ruth [dans la Bible], ‘votre peuple est mon peuple et votre terre est ma terre’. » Peu après, sur les réseaux sociaux, Herzog a fait l’objet de critiques sur sa citation, qui était inexacte – aucune mention de la terre n’est faite – et pour avoir omis la phrase principale : ‘votre dieu est mon dieu’.

Dans son discours d’acception dimanche, Herzog, dont le grand-père Yitzhak HaLevi Herzog était grand-rabbin d’Israël, a également souligné que tous les Juifs doivent être acceptés par l’Etat d’Israël.

« Nous devons renforcer la centralité d’Israël dans le cœur de chaque Juif, et particulièrement dans la jeune génération ; de lutte contre le mouvement BDS [Boycott, Désinvestissement et Sanction] ; d’instruire, de favoriser l’alyah [l’immigration] et de rapprocher encore davantage de Juifs en Israël », a ajouté Herzog.

« Un Juif est un Juif, indépendamment du courant auquel il est affilié ou de ce qu’il porte sur la tête », a poursuivi Herzog. « Nous sommes tous un peuple, et c’est ce que nous devons faire pour préserver et cultiver l’histoire des Juifs, l’histoire de l’Etat d’Israël, qui est le cœur du peuple juif. »

Le président sortant Natan Sharansky démissionnera le mois prochain après avoir passé neuf ans à ce poste.

Raphael Ahren a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...