Rechercher

Idit Silman porte plainte pour menaces et agressions

Naftali Bennett soutient sa collègue de Yamina suite au harcèlement qu'elle a subi mais ne mentionne pas l'attaque physique présumée dans une station-service

La députée (Yamina) Idit Silman s'exprime devant les caméras de la Treizième chaîne dans une interview depuis son domicile, le 8 juin 2021. (Capture d'écran)
La députée (Yamina) Idit Silman s'exprime devant les caméras de la Treizième chaîne dans une interview depuis son domicile, le 8 juin 2021. (Capture d'écran)

Dimanche, Idit Silman, députée et présidente de la coalition, a déposé une plainte formelle auprès de la Garde de la Knesset, organisation responsable de la protection des membres du Parlement.

Une déposition motivée par plusieurs actes d’agressions.

Parmi elles, une agression physique survenue début octobre dans une station-service de Modiin et commise par un homme dans le cadre d’une campagne en ligne cinglante qui a duré des mois pour protester contre l’entrée de la députée dans le nouveau gouvernement qui a évincé Benjamin Netanyahu.

Idit Silman affirme que les menaces proférées à son encontre se sont multipliées depuis le 25 septembre et tout au long du mois d’octobre, à l’approche du vote sur l’adoption du budget de l’État, qui a eu lieu jeudi dernier. Pour appuyer ses dires, elle a réuni plusieurs preuves telles que des captures d’écran de messages, précise le site d’information Ynet.

Dans un communiqué, la Knesset a annoncé que la plainte sera remise ce lundi au chef adjoint de la Garde de la Knesset « pour plus de clarification et une vérification par la police israélienne. »

Le Premier ministre Naftali Bennett s’exprime lors de la conférence du Jerusalem Post, tenue à Jérusalem, le 12 octobre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Pour soutien, Idit Silman a pu compter sur le Premier ministre. Naftali Bennett a tweeté qu’au cours des derniers mois, et en particulier avant le vote du budget, Idit Silman et sa famille ont fait face à « des pressions extrêmement sévères, des calomnies et des attaques que peu d’élus ont connues. »

Naftali Bennett n’a fait aucune référence spécifique à l’incident de la station-service.

La législatrice avait évoqué l’attaque lors d’une interview la veille sur la Douzième chaîne israélienne alors qu’elle parlait des menaces et des intimidations auxquelles sa famille avait été confrontée.

Un témoignage remis en question par certains qui ont jugé qu’elle n’avait pas donné suffisamment de détails sur l’incident et que s’il avait été vrai, elle aurait déposé une plainte officielle.

« Parce que ce qui est inquiétant n’est pas le fait que je sois suivie et que mes enfants reçoivent des souhaits de mort, mais plutôt la résolution exacte du harcèlement et des menaces, » a-t-elle déploré sur Facebook, Idit Silman.

Samedi soir, interviewée sur la Douzième chaîne, elle détaillait : « Un homme m’a attrapé après que j’ai fait le plein dans une station-service à Modiin et m’a physiquement poussée contre la voiture. »

La députée a écrit que lors de sa réunion avec la sécurité de la Knesset, elle a fourni des détails sur l’agression à la station-service. Elle a noté qu’elle avait déposé « plus d’une plainte » auprès de la Garde de la Knesset.

Les législateurs du parti d’opposition Shas ont écrit à la Garde de la Knesset, en demandant une enquête sur l’incident et une sécurité supplémentaire pour elle si elle est exacte. La démarche a été perçue par beaucoup comme une tentative visant à embarrasser Idit Silman, au cas où aucune séquence de vidéosurveillance ou autre preuve de l’attaque ne serait trouvée.

La membre du parti Yamina a fait l’objet de protestations et de menaces au début de l’année lorsque sa faction s’est associée à une coalition hétéroclite de partis pour former le gouvernement d’unité qui a renversé Benjamin Netanyahu après 12 années consécutives au pouvoir. Le Likud et les factions alliées ont accusé Yamina de trahir la droite en rejoignant une coalition comprenant d’autres partis de droite, centristes et de gauche, ainsi qu’une faction islamiste.

En juin, alors que les derniers détails de l’accord de coalition étaient en cours de négociation, Idit Silman a affirmé avoir été suivie par un autre véhicule alors qu’elle était au volant de sa voiture.

À l’époque, Naftali Bennett et la numéro 2 de Yamina, Ayelet Shaked, actuelle ministre de l’Intérieur, ont tous deux bénéficié d’une sécurité renforcée à la suite de menaces.

Tamar Zandberg, membre du parti Meretz et ministre de la Protection de l’environnement, a été contrainte de fuir son domicile à la suite de menaces proférées à son encontre et à l’encontre de sa fille.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...