Rechercher

« Il a donné sa vie pour moi » : La fiancée endeuillée revient sur l’attentat d’Ariel

Je ne me souciais que de la blessure de mon Slava" : Victoria Fligelman décrit les moments où son fiancé, Golev, a été tué alors qu'il la protégeait des balles des terroristes

Une photo non datée de Vyacheslav Golev, tué dans une fusillade près d’Ariel le 29 avril, et sa fiancée, Victoria Fligelman. (Crédit : Autorisation)
Une photo non datée de Vyacheslav Golev, tué dans une fusillade près d’Ariel le 29 avril, et sa fiancée, Victoria Fligelman. (Crédit : Autorisation)

Une femme dont le fiancé a été tué alors qu’il la protégeait d’une fusillade terroriste en Cisjordanie la semaine dernière a raconté comment l’attaque s’est déroulée.

Vyacheslav Golev, un agent de sécurité de 23 ans, a été abattu par deux terroristes à l’entrée de l’implantation d’Ariel le vendredi 29 avril. Il a utilisé son corps pour protéger sa fiancée, Victoria Fligelman, de la pluie de balles, lui sauvant ainsi la vie.

Le couple travaillait comme agents de sécurité dans l’implantation et faisait régulièrement des gardes ensemble.

« Nous étions tous les deux dans la cabine de garde. J’ai vu une silhouette noire qui me regardait ; il a tiré quatre fois et c’était fini », a déclaré Fligelman dans une interview accordée à la station de radio 103FM, mercredi.

« J’ai entendu une explosion et des cris et j’ai été éjectée. Je ne comprenais pas ce qui se passait », a déclaré Fligelman.

« Je ne pouvais pas me lever, je ne comprenais pas pourquoi », a-t-elle ajouté.

« J’ai vu Slava se lever et crier puis il s’est mis à tirer », a-t-elle dit, désignant Golev par son surnom. « J’ai tiré une fois mais ils étaient partis. J’ai regardé derrière moi et j’ai hurlé à l’aide. »

« Je ne me souciais que de mon Slava qui était blessé et j’essayais de chercher des gens qui pourraient le soigner. Je n’arrivais pas à le sortir de là. »

Une fenêtre brisée d’un poste de garde visé par une fusillade, à l’entrée d’Ariel, en Cisjordanie, le 30 avril 2022. (Crédit : Flash90).

Fligelman n’a pas été blessée lors de l’attaque.

« Slava m’a protégée », a-t-elle déclaré. « J’ai quelques égratignures mais elles sont superficielles. »

Les secours du Magen David Adom ont déclaré son décès sur place.

« L’ambulancier m’a dit qu’il n’avait pas survécu », a-t-elle dit. « Je lui tenais la main. »

« Il a donné sa vie pour moi », a dit Fligelman. « Mon nom est Victoria, qui signifie victoire. Slava, c’est la gloire. J’ai battu la mort et il a eu la gloire de me sauver. »

« Je suis en vie ; je sais que je dois continuer parce qu’il a donné sa vie pour moi. »

Interrogée sur sa relation avec la famille de Golev, elle a déclaré qu’ils étaient très proches. « J’ai été chez ses parents toute la semaine. Ce sont aussi mes parents et les personnes les plus merveilleuses que j’ai jamais rencontrées », a-t-elle dit.

Golev laisse derrière lui ses parents et sept frères et sœurs. Il a été enterré dimanche dans sa ville natale de Beit Shemesh.

La fiancée de Vyacheslav Golev, au centre, lors de ses funérailles à Bet Shemesh, le 1er mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

Les deux suspects à l’origine de l’attaque ont été arrêtés en moins de 24 heures à leur domicile dans la ville palestinienne de Qarawat Bani Hassan en Cisjordanie, située à seulement 10 kilomètres du lieu de l’attaque.

L’attaque est intervenue alors que les tensions ont fortement augmenté entre Israël et les Palestiniens ces dernières semaines sur fond d’attaques terroristes répétées dans des villes israéliennes qui ont fait à ce jour 19 morts.

L’escalade a eu lieu pendant le mois sacré musulman du Ramadan, qui est souvent une période de forte tension en Israël et en Cisjordanie.

L’armée a intensifié ses activités en Cisjordanie afin de tenter de réprimer la spirale de la violence. Les raids qui ont suivi ont déclenché des affrontements qui ont fait au moins 26 morts parmi les Palestiniens, dont beaucoup avaient pris part aux affrontements, tandis que d’autres semblaient être des civils non impliqués.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...