Rechercher

Les deux terroristes de l’attaque d’Ariel arrêtés

Les deux armes à feu qui auraient été utilisées lors de l'attaque terroriste en Cisjordanie ont également été saisies

Du personnel de sécurité et de secours sur les lieux d'une fusillade à l'entrée d'Ariel, en Cisjordanie, le 30 avril 2022 (Crédit : Flash90) En haut à droite : Vyacheslav Golev.
Du personnel de sécurité et de secours sur les lieux d'une fusillade à l'entrée d'Ariel, en Cisjordanie, le 30 avril 2022 (Crédit : Flash90) En haut à droite : Vyacheslav Golev.

Après une chasse à l’homme de 20 heures, les forces anti-terroristes ont arrêté deux Palestiniens qui seraient à l’origine de l’attaque terroriste meurtrière menée à l’entrée de l’implantation d’Ariel en Cisjordanie vendredi soir, ont indiqué des responsables.

Les deux terroristes ont été arrêtés samedi soir dans la ville voisine de Qarawat Bani Hassan. Les deux armes utilisées lors de l’attaque ont également été saisies lors de l’arrestation, a indiqué l’agence de sécurité du Shin Bet.

Les deux hommes, qui ont été arrêtés chez eux et qui se seraient rendus sans s’opposer, ont été emmenés pour un interrogatoire. L’arrestation a été menée par l’unité de police Yamam, les troupes de l’armée israélienne et des officiers de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet.

Les médias palestiniens ont identifié les deux comme étant Sameeh Assi et Yahya Marei, tous deux dans la vingtaine.

Lors de l’attaque de vendredi soir, l’agent de sécurité de 23 ans – qui a été identifié samedi soir sous le nom de Vyacheslav Golev – a utilisé son corps pour protéger sa fiancée, lui sauvant la vie.

Golev, un ancien étudiant de 23 ans à l’Université d’Ariel, laisse dans le deuil ses parents et ses sept frères et sœurs à Beit Shemesh, ainsi que sa fiancée qui était également stationnée au poste de garde.

Des images montraient un véhicule Suzuki bleu se diriger vers un poste de garde, où un homme armé assis sur le siège du passager a ouvert le feu. Le tireur et le chauffeur sont alors tous les deux sortis et ont tous deux tiré en direction du poste de garde avant de prendre la fuite. L’agent de sécurité a été abattu et les secouristes du Magen David Adom l’ont déclaré mort sur les lieux.

Les terroristes auraient utilisé des mitraillettes Carlo improvisées, selon une image publiée samedi par la police. Plus tôt samedi, les médias palestiniens avaient rapporté qu’un véhicule incendié avait été retrouvé dans une zone dégagée à l’ouest d’Ariel, et qu’il pourrait s’agir de la voiture utilisée par les terroristes. La voiture aurait ensuite été saisie par les troupes israéliennes.

L’attaque a été revendiquée par les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, une coalition de groupes armés affiliés au Fatah, le parti au pouvoir de l’Autorité palestinienne.

« Nous revendiquons la responsabilité de l’opération héroïque dans la colonie d’Ariel dans laquelle un officier sioniste (israélien, ndlr) a été tué. Elle a été menée en réponse aux violations commises par le gouvernement d’occupation à Jérusalem », a déclaré un homme masqué dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Les victimes de l’attentat meurtrier de Bnei Brak le 29 mars 2022 dans le sens des aiguilles d’une montre à partir du haut à droite : Amir Khoury, Victor Sorokopot. Dimitri Mitrik, Avishai Yehezkel et Yaakov Shalom. (Crédit: Autorisation, Photos utilisées conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Le groupe terroriste était également à l’origine de l’attaque meurtrière à Bnei Brak le mois dernier.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a salué la fusillade, affirmant qu’il s’agissait d’une « opération héroïque » et d’une « réponse naturelle aux crimes de l’occupation et de ses colons ». Le groupe terroriste basé à Gaza a déclaré que ce ne serait pas la dernière attaque.

Ariel, une ville de plus de 20 000 habitants, et d’autres implantations de la région avaient demandé à leurs résidents de rester chez eux, de crainte que les hommes armés n’attaquent à nouveau peu de temps après l’attaque.

Samedi, les autorités ont placé des barrières en béton à côté du poste de garde où l’attaque a eu lieu. Les barrières sont destinées à protéger les gardes de sécurité lorsqu’ils opèrent à l’extérieur du poste de garde lui-même.

Le Premier ministre Naftali Bennett manipulant son masque lors d’une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 10 avril 2022. (Crédit : Ronen Zvulun/AP)

Alors que Shabbat se terminait samedi soir, le Premier ministre Naftali Bennett a publié sa première réponse à l’attaque, exprimant ses condoléances à la famille de l’agent de sécurité et soulignant comment il avait protégé sa fiancée.

« Il n’y a pas de terroriste que nous n’atteindrons pas et avec qui nous ne réglerons pas nos comptes », a déclaré le Premier ministre. « Notre guerre contre le terrorisme est longue. »

Le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid ont également félicité les forces de sécurité israéliennes pour les arrestations. « L’État d’Israël vainc toujours le terrorisme et fera tout ce qui est nécessaire… pour le vaincre maintenant également », a déclaré Gantz.

Pour sa part, le leader de l’opposition, Benjamin Netanyahu, a réclamé « un gouvernement fort ».

« Nous ne pouvons pas nous contenter d’attendre le prochain attentat », a dit l’ancien Premier ministre qui a renforcé ses appels en faveur d’un nouveau gouvernement depuis que la coalition au pouvoir a perdu sa majorité, au début du mois d’avril, ajoutant qu’il avait transmis ses condoléances à la famille du gardien de la sécurité assassiné.

L’attaque est intervenue alors que les tensions ont fortement augmenté entre Israël et les Palestiniens ces dernières semaines sur fond d’attaques terroristes répétées dans des villes israéliennes qui ont fait 14 morts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...