Rechercher

Immigration: Zemmour veut un « mur » aux « frontières européennes »

Le polémiste fait débat en estimant que "les pays qui ont fait un mur comme la Hongrie sont ceux qui défendent la civilisation européenne".

Éric Zemmour, candidat à l’élection présidentielle, au JT de TF1 dans les studios de la chaine à Boulogne-Billancourt, en région parisienne, le 30 novembre 2021. (Crédit : Thomas COEX / POOL / AFP)
Éric Zemmour, candidat à l’élection présidentielle, au JT de TF1 dans les studios de la chaine à Boulogne-Billancourt, en région parisienne, le 30 novembre 2021. (Crédit : Thomas COEX / POOL / AFP)

Le candidat d’extrême droite Eric Zemmour a réclamé mercredi soir la construction d’un « mur » à « toutes les frontières » extérieures de l’Union européenne pour lutter contre l’immigration et veut soutenir financièrement les pays prêts à en bâtir.

« J’y suis favorable, la France et l’Allemagne refusent. La commissaire européenne suédoise (Ylva) Johansson refuse », mais « moi je ferai basculer la majorité européenne en faveur du mur, qui sera financé sur fonds européens », a-t-il lancé sur BFMTV.

« Les pays qui ont fait un mur comme la Hongrie défendent la civilisation européenne », a estimé le candidat Reconquête! à la présidentielle. Favorable à « l’immigration zéro », Eric Zemmour veut un mur à « toutes les frontières européennes » extérieures terrestres. La France, du fait de sa géographie, ne serait pas concernée, a-t-il précisé.

Et « on fera une police spéciale » avec des « garde-frontières aux frontières françaises »‘, a-t-il ajouté, sans préciser le coût de la mesure.

Fin janvier, la Pologne avait indiqué entamer la construction d’une nouvelle clôture à sa frontière avec le Bélarus pour bloquer la pénétration de migrants illégaux, à l’origine d’une crise entre Varsovie et Minsk l’an dernier. Le mur doit coûter quelque 353 millions d’euros et doit être achevé au mois de juin.

Le président américain de l’époque Donald Trump lors d’un rassemblement de campagne de candidats républicains au sénat à Valdosta, en Géorgie, le 5 décembre 2020. (Crédit : AP Photo/Evan Vucci, File)

Réclamer un mur aux frontières européennes rappelle aussi la politique de l’ancien président américain Donald Trump, avec l’érection d’un mur à la frontière mexicaine.

Durant l’émission sur BFMTV, un échange tendu a en outre eu lieu entre Eric Zemmour et une habitante d’Aubervilliers. L’ancien polémiste a fustigé la « société multiculturelle », « ça veut dire la guerre de civilisations et ça veut dire que ce sont les plus nombreux qui gagnent, en l’occurrence l’islam », a-t-il lancé.

« Arrêtons de stigmatiser une population, arrêtez avec l’islam », a réagi son interlocutrice.

« Madame, je dis ce que je veux, vous dites ce que vous voulez, maintenant ça suffit, OK… », s’est agacé M. Zemmour. « Si vous m’interrompez tout le temps, il n’y a pas de dialogue possible ».

Cette émission d’échange avec des Français était organisée à Saint-Denis et pas à Montreuil, où l’équipe du studio envisagé s’est opposée à la venue du candidat d’extrême droite. Un rassemblement contre Eric Zemmour avait d’ailleurs lieu à Montreuil mercredi.

Le candidat a par ailleurs évoqué le pass vaccinal face au Covid-19 et l’espoir du gouvernement de pouvoir le lever « fin mars-début avril ». Eric Zemmour a ironisé sur ce « hasard » de calendrier avant la présidentielle des 10 et 24 avril.

« Je ne suis pas du tout suspicieux mais je soupçonne quand même le gouvernement d’avoir inventé cette machine qui ne sert à rien, parce qu’on savait qu’Omicron (le variant) était un virus de fin d’épidémie, si j’ose dire, pour pouvoir faire ce cadeau électoral. Mais vous allez dire que j’ai mauvais esprit », a-t-il conclu sur ce point.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...