Inde: Israël va tester une technique de détection de virus « en quelques minutes »
Rechercher

Inde: Israël va tester une technique de détection de virus « en quelques minutes »

Un avion avec une vingtaine de responsables et scientifiques israéliens, des respirateurs et de nouveaux appareils non encore produits à grande échelle, partira bientôt pour Delhi

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Boîtes de matériel médical dans la salle de stockage du ministère des Affaires étrangères, en attente d'être envoyées en Inde, juillet 2020. (Avec l'aimable autorisation du ministère des Affaires étrangères)
Boîtes de matériel médical dans la salle de stockage du ministère des Affaires étrangères, en attente d'être envoyées en Inde, juillet 2020. (Avec l'aimable autorisation du ministère des Affaires étrangères)

Israël prévoit d’apporter des équipements médicaux vitaux en Inde dans les prochaines semaines, notamment des « technologies révolutionnaires » qui, selon les responsables, pourraient contribuer à faire progresser le développement des moyens pour lutter plus efficacement contre la pandémie de coronavirus.

Un avion transportant une délégation d’une vingtaine de fonctionnaires et de scientifiques israéliens et des tonnes de matériel – notamment des respirateurs et de nouveaux appareils qui ne sont pas encore produits à grande échelle – doit partir pour Delhi « dans les prochaines semaines », ont déclaré jeudi des responsables israéliens.

Cette livraison « sans précédent » est un projet commun des ministères de la Santé, de la Défense et des Affaires étrangères et du bureau du scientifique en chef de l’Inde, et a été réalisée en plusieurs semaines, a déclaré le ministère de la Défense dans un communiqué de presse.

Outre l’acheminement d’aides conventionnelles telles que des respirateurs, l’avion spécial pour Delhi permettra également d’apporter en Inde des technologies actuellement en phase de développement afin qu’elles puissent être testées sur des Indiens ayant contracté le virus.

La Direction de la recherche et du développement de la Défense du ministère a été le fer de lance du projet destiné à « réaliser les dernières étapes de la recherche sur les technologies avancées pour le diagnostic rapide du coronavirus », selon le communiqué de presse.

Le matériel qui sera expédié en Inde comprendra quatre « technologies israéliennes révolutionnaires » offertes par le ministère des Affaires étrangères et le secteur privé pour aider le pays à faire face à la pandémie, dont une qui vise à détecter le virus par l’analyse de la voix d’un patient suspect.

« Les quatre systèmes technologiques qui seront testés sont : le test vocal, le test de l’alcootest basé sur les ondes terra-hertz, le test isotherme et le test des polyaminoacides », selon le communiqué de presse.

« Ce qu’ils ont tous en commun, c’est la capacité de détecter rapidement la présence du virus dans l’organisme – généralement en quelques minutes », est-il précisé. « Le développement des capacités de diagnostic est un objectif pour l’État d’Israël et pour de nombreux autres pays dans le monde. C’est le moyen le plus efficace de couper les « chaînes d’infection », d’empêcher une quarantaine prolongée et de permettre la réouverture de l’économie mondiale ».

La Direction de la Recherche et du Développement de la Défense, connue sous son acronyme hébreu MAFAT, a développé avec succès ces dernières semaines des dizaines de technologies qui permettraient de réduire considérablement le temps nécessaire à la détection du coronavirus chez les porteurs suspects, a déclaré le ministère de la Défense.

Certains d’entre eux sont actuellement testés cliniquement en Israël, « mais afin d’achever les recherches et de prouver leur efficacité », ils doivent être testés à plus grande échelle et avec un grand nombre de patients atteints de coronavirus, indique le communiqué de presse.

Comme il n’est pas possible de procéder à des essais massifs avec de nombreux porteurs de la maladie en Israël, les technologies sont apportées en Inde, qui compte un nombre beaucoup plus important de patients atteints de coronavirus. « La coopération entre Israël et l’Inde permettra à la délégation de collecter des dizaines de milliers d’échantillons en seulement 10 jours, et de les amener en Israël pour les déchiffrer dans des systèmes informatiques basés sur l’intelligence artificielle », selon le communiqué de presse.

« L’ensemble du ministère de la Défense est mobilisé pour lutter contre le coronavirus », a déclaré le ministre de la Défense Benny Gantz. « Nous espérons que les efforts de recherche et de développement menés par le MAFAT, en collaboration avec nos excellentes universités et industries, conduiront à une percée qui changera la façon dont nous diagnostiquons et combattons le virus ».

L’Inde est le troisième pays le plus touché, avec plus de 1,2 million de personnes infectées. Près de 30 000 Indiens sont morts de la maladie.

Des proches organisent des funérailles pour une victime décédée du coronavirus COVID-19, avant l’enterrement dans un cimetière de New Delhi, le 6 juillet 2020. (Sajjad HUSSAIN / AFP)

Lors d’un briefing téléphonique avec des journalistes diplomatiques, l’ambassadeur israélien en Inde, Ron Malka, a déclaré que toutes les autorisations nécessaires avaient été obtenues pour y mener les essais.

Il ne pouvait pas dire si les patients indiens atteints de coronavirus étaient payés pour leur participation ou s’ils étaient volontaires, et a reconnu qu’il n’avait pas vérifié si des violations des droits de l’homme pouvaient être impliquées dans la manière dont les autorités indiennes sélectionnaient les patients pour le projet.

« L’Inde est la plus grande démocratie du monde – c’est un pays ami et une démocratie », a-t-il estimé.

M. Malka, qui sera dans l’avion pour Delhi, a également déclaré que le projet était en partie destiné à remercier l’Inde d’avoir envoyé du matériel médical vital à Israël pendant la première vague de la pandémie.

Le ministre des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, a déclaré qu’il était « extrêmement important » de coopérer avec l’Inde dans la lutte pour endiguer la pandémie.

« Cette opération transmet un message d’amitié et de solidarité et constitue une opportunité de coopération scientifique et technologique unique qui peut aider Israël, l’Inde et le monde entier à faire face à l’épidémie et à la crise économique qui l’accompagne », a-t-il déclaré.

Le 10 juin, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu au téléphone avec le Premier ministre indien Narendra Modi pour exprimer sa solidarité avec le peuple indien dans sa lutte contre la pandémie. « Les deux dirigeants se sont mis d’accord sur les moyens d’accroître et d’étendre la coopération dans différents domaines », selon un communiqué du bureau du Premier ministre. C’était leur troisième conversation depuis que le virus a commencé à se propager dans le monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...