Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Irak : Deux attaques de drones contre la coalition internationale antijihadistes

Les drones n'ont pas fait de dégâts ; la coalition est confrontée à un regain d'attaques depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas

L'aéroport international d'Erbil, la capitale de la région kurde irakienne autonome , le 23 novembre 2015. Illustration. (Crédit : Safin Hamed/AFP)
L'aéroport international d'Erbil, la capitale de la région kurde irakienne autonome , le 23 novembre 2015. Illustration. (Crédit : Safin Hamed/AFP)

Deux attaques infructueuses menées avec des drones ont visé mardi matin au Kurdistan irakien une base militaire à l’aéroport d’Erbil abritant des troupes de la coalition internationale antijihadistes, ont rapporté les autorités locales.

Interrogé par l’AFP, un responsable du département de la Défense américain a assuré, sous couvert de l’anonymat, que les « attaques d’aujourd’hui » n’avaient « pas fait de victimes ou de dommages aux infrastructures ».

Le nombre d’attaques visant les forces américaines et de la coalition internationale antijihadiste déployées en Irak et en Syrie a bondi depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent sur le sol israélien du groupe terroriste palestinien, au pouvoir dans la bande de Gaza et soutenu par l’Iran.

Mardi matin, « à deux moments différents, trois drones ont attaqué la coalition internationale », ont annoncé dans un communiqué les services antiterroristes de la région autonome du Kurdistan irakien.

Lors de la première attaque « contre la base militaire à l’aéroport d’Erbil, deux drones ont été abattus alors qu’ils étaient dans les airs », souligne le communiqué. Par la suite, un troisième drone a chuté au sol sans avoir explosé, selon la même source.

Les attaques de mardi contre une base « à l’aéroport d’Erbil » ont été revendiquées par un groupe baptisé « Résistance islamique en Irak » sur des canaux Telegram affiliés aux factions irakiennes proches de l’Iran. C’est ce même groupe qui s’est dit responsable des attaques similaires de ces dernières semaines.

En visite surprise à Bagdad, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a jugé dimanche « totalement inacceptables » les attaques menées contre les troupes américaines. « Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour protéger les nôtres », a-t-il martelé.

Depuis le 17 octobre, les forces américaines et leurs alliés basés en Irak et en Syrie ont été la cible de 38 attaques de drones ou de roquettes qui ont blessé 45 Américains, a déclaré lundi le Pentagone.

Les États-Unis accusent Téhéran d’être impliqué par procuration dans ces attaques.

Elles ont été condamnées par le Premier ministre irakien Mohamed Chia al-Soudani, porté au gouvernement par une coalition de partis pro-Iran, qui a promis des « enquêtes » pour en connaître les auteurs.

Washington compte environ 2 500 soldats en Irak et près de 900 en Syrie qui combattent l’organisation État islamique (EI), dans le cadre d’une coalition internationale antijihadistes ayant vu le jour en 2014.

Aujourd’hui, la coalition assure que son engagement en Irak se limite à un rôle d’assistance et de conseils apportés aux forces locales.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.