Iran : L’UE condamne « dans les termes les plus forts » l’exécution d’un lutteur
Rechercher

Iran : L’UE condamne « dans les termes les plus forts » l’exécution d’un lutteur

Navid Afkari était accusé du meurtre d'un fonctionnaire lors de manifestations contre le gouvernement en 2018

Une femme tient un portrait du lutteur iranien Navid Afkari lors d'une manifestation sur la place du Dam à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 13 septembre 2020, contre son exécution dans la ville de Shiraz, dans le sud de l'Iran, et contre le gouvernement iranien. (Evert Elzinga / ANP / AFP)
Une femme tient un portrait du lutteur iranien Navid Afkari lors d'une manifestation sur la place du Dam à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 13 septembre 2020, contre son exécution dans la ville de Shiraz, dans le sud de l'Iran, et contre le gouvernement iranien. (Evert Elzinga / ANP / AFP)

L’Union européenne a condamné lundi l’exécution samedi par Téhéran d’un jeune lutteur, Navid Afkari, accusé du meurtre d’un fonctionnaire lors de manifestations contre le gouvernement en 2018.

« L’UE condamne dans les termes les plus forts cette exécution », a déclaré un porte-parole de la Commission européenne, Peter Stano, dans un communiqué.

« Les droits de l’homme restent un élément central de notre engagement avec l’Iran. Nous continuerons à dialoguer avec les autorités iraniennes sur cette question, notamment par l’intermédiaire de la représentation locale de l’UE à Téhéran, ainsi que sur des cas individuels tels que cette récente exécution », a-t-il ajouté.

« L’UE est opposée à la peine de mort en toutes circonstances et dans tous les cas sans exception », a rappelé M. Stano. « Il s’agit d’un châtiment cruel et inhumain, qui n’a aucun effet dissuasif et qui représente un déni inacceptable de la dignité et de l’intégrité humaines », a-t-il estimé.

Le lutteur iranien Navid Afkari. (Capture d’écran)

À Berlin, une porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, a fait remarquer « qu’il y avait des doutes considérables sur l’état de droit dans la procédure ». « Nous prenons également très au sérieux les allégations selon lesquelles Navid Afkari n’aurait avoué des faits que sous la torture », a-t-elle ajouté.

L’organisation de défense des droits humains Amnesty International avait dénoncé samedi l’exécution « secrète » de Navid Afkari, la qualifiant de « parodie de justice » après un procès « manifestement inéquitable ».

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo s’était également indigné contre cette exécution « cruelle ».

Le hashtag en persan #Navid_Afkari avait été largement partagé sur Twitter pour soutenir le jeune homme et s’opposer à son exécution.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...