Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Israël à la traine en matière de réduction des gaz à effet de serre

La baisse des émissions atteint 12 %, loin des 27 % d’ici 2030 promis à l'ONU. Les énergies renouvelables ne représenteront que 19 % du mix énergétique, et non les 30 % prévus

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

La décharge de Dudaim, la plus grande de tout Israël, près de Rahat, dans le sud du pays, le 10 août 2016. (Crédit : Yaniv Nadav/Flash90/File)
La décharge de Dudaim, la plus grande de tout Israël, près de Rahat, dans le sud du pays, le 10 août 2016. (Crédit : Yaniv Nadav/Flash90/File)

Selon une information publiée lundi, Israël devrait réduire ses émissions de gaz a effet de serre de 12 % seulement d’ici 2030, bien en deçà des 27 % promis à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Selon le document du ministère de la Protection de l’environnement, si la tendance actuelle se confirme, 19 % seulement de l’énergie sera issue de sources renouvelables d’ici la fin de la décennie, contre un objectif officiel de 30%.

Le rapport annuel, remis au gouvernement lundi, passe en revue les progrès réalisés jusqu’à la fin 2021 par rapport aux objectifs officiels de réduction des émissions, dans l’ensemble de l’économie et dans certains secteurs spécifiques.

La référence des réductions est le taux de gaz à effet de serre de 2015.

La plupart de ces objectifs – globaux et sectoriels – ont été soumis en août 2021 à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Le document annonce des écarts significatifs entre les objectifs et les résultats attendus sur la quasi-totalité des promesses faites par le gouvernement.

En ce qui concerne les déchets solides, par exemple, l’ONU s’attend à ce que les émissions israéliennes diminuent d’au moins 47 % d’ici la fin de la décennie, par rapport à 2015, mais elles ne diminueront probablement que de 19 %, selon le rapport.

La quantité de déchets municipaux envoyés dans les décharges devrait être réduite de 71 % par rapport à 2018, où elle s’élevait à 4,5 millions de tonnes. De manière plus réaliste, on estime que le chiffre tombera à 3,4 millions de tonnes, soit une réduction de 24 % seulement.

Un adolescent cherche des canettes dans un conteneur à ordures dans le centre de Jérusalem, le 2 septembre 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le secteur de l’électricité devrait connaître une baisse de 30 % des émissions d’ici 2030, par rapport à 2015, mais la réalité devrait avoisiner les 21 %.

De la même manier, l’industrie est supposée réduire ses émissions de 30 %, mais 17 % semble bien plus réaliste.

Toujours selon le rapport publié lundi, l’essentiel de la baisse des émissions enregistrée en 2021 provient du secteur de l’électricité ( avec une baisse de 10 % par rapport à 2015), en raison d’une moindre utilisation du charbon.

Un paddle boarder passe devant la centrale électrique d’Orot Rabin près de Hadera, dans le centre d’Israël, le 6 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/ Ariel Schalit)

Les émissions provenant des déchets ont diminué de 4 % au cours de cette année, mais ont augmenté de 13 % dans l’industrie et de 2 % dans les transports.

Israël est non seulement à la traîne par rapport à ses propres objectifs, mais il est également beaucoup moins ambitieux que les autres pays développés, montre le rapport.

Il établit ainsi que le pays n’a réduit ses émissions totales, en 2020, que de l’ordre de 2 %, contre 11 % à 20 % dans d’autres pays occidentaux.

L’année 2021 a enregistré une baisse de 3 % supplémentaires, mais selon le rapport, ce rythme est loin d’être suffisant pour atteindre 27% d’ici 2030.

Gil Proaktor, responsable de la politique sur le changement climatique au ministère de la Protection de l’environnement. (Crédit : Ministère de la protection de l’environnement)

Les résultats ont été présentés par Gil Proaktor, responsable du changement climatique au ministère de la Protection de l’environnement, aux côtés de la ministre, Idit Silman, et d’autres responsables. Il a déclaré que les décideurs devaient prendre conscience du fait que la réduction des émissions était profitable à l’économie.

Les réductions d’émissions réalisées en 2021 ont en effet permis d’économiser 2,7 milliards de shekels, a-t-il précisé, sans parler des économies indirectes sur les dommages causés par la pollution en matière d’environnement et de santé publique. Le montant serait de 10 milliards de shekels si le gouvernement atteignait ses objectifs en 2030.

Mais pour ce faire, il faudrait adopter une loi sur le climat, qui obligerait le gouvernement à atteindre ses objectifs, définir les infrastructures nécessaires et donner un cadre pérenne au marché.

Cela impliquerait également l’adoption d’une taxe sur le carbone, a poursuivi Proaktor, rappelant que si les fabricants et exportateurs israéliens n’étaient pas obligés de payer la taxe en Israël, ils seraient facturés aux frontières d’autres pays, ce qui affecterait leur compétitivité.

Le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières de l’Union européenne, par exemple, entrera en vigueur en octobre.

Le rapport énumère les mesures que le gouvernement devrait prendre pour remplir ses engagements.

Le bétail est une source d’émissions de méthane qui réchauffent la planète. (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)

Il s’agit notamment de convertir le méthane des usines de traitement des eaux usées en énergie, d’élaborer et de mettre en œuvre des programmes visant à réduire les émissions dans l’agriculture et à promouvoir l’efficacité énergétique en général, fermer les industries pétrochimiques de Haïfa, dans le nord du pays, d’ici 2030 et remplacer beaucoup plus rapidement que prévu les combustibles fossiles par des énergies renouvelables pour produire de l’électricité.

Des mesures supplémentaires prévoient la fermeture des centrales au charbon, l’obligation d’installer des panneaux solaires sur les nouveaux bâtiments (les entrepreneurs peuvent actuellement choisir entre le gaz solaire et le gaz fossile), l’adaptation du réseau de distribution d’électricité afin qu’il puisse faire face à davantage d’énergies renouvelables et la fourniture de liquidités pour encourager l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques et de panneaux solaires sur les sites déjà utilisés, par exemple, en tant que parkings.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.