Israël accorderait l’entrée aux participants étrangers des programmes éducatifs
Rechercher

Israël accorderait l’entrée aux participants étrangers des programmes éducatifs

Les ministères de l'Intérieur et de la Santé acceptent d'assouplir l'interdiction des non-nationaux sur le territoire ; des milliers de personnes pourraient ainsi arriver

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des Juifs ultra-orthodoxes étudient la Torah en petits groupes dans la yeshiva  Imrei Emes de la secte Gur, dans le quartier ultra-orthodoxe de Bnei Brak, le 16 juin 2020 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
Des Juifs ultra-orthodoxes étudient la Torah en petits groupes dans la yeshiva Imrei Emes de la secte Gur, dans le quartier ultra-orthodoxe de Bnei Brak, le 16 juin 2020 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, et le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, ont convenu de permettre aux étudiants étrangers qui suivent divers programmes d’entrer dans le pays, malgré l’interdiction en vigueur à l’encontre des non-nationaux en raison de la pandémie de coronavirus.

Ceux qui arriveront devront encore observer une quarantaine obligatoire de 14 jours, selon le site web Behadrei Haredim, qui s’adresse à la communauté ultra-orthodoxe.

Deri, du parti ultra-orthodoxe Shas, et Edelstein, du Likud, ont convenu d’ouvrir les frontières aux étudiants des yeshivas masculines et des séminaires féminins, à ceux qui participent aux voyages patrimoniaux du programme Masa, aux lycéens en échange dans le cadre du programme Naale et à d’autres programmes d’études secondaires à long terme.

L’assouplissement de la restriction pourrait permettre à des milliers d’étudiants de yeshiva et autres de commencer la prochaine année d’études.

Ceux qui arriveront devront être mis en quarantaine par groupes de six au maximum, selon les informations du site ultra-orthodoxe, le directeur de chaque établissement étant seul responsable du maintien des règles d’isolement.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri lors d’un entretien avec le site d’information ultra-orthodoxe Kikar HaShabbat, le 9 mai 2020. (Capture d’écran/Kikar HaShabbat)

« Nous faisons de grands efforts pour maintenir la routine malgré les limitations imposées par le coronavirus, et toute décision qui est prise l’est après de nombreuses délibérations, par un désir sérieux de permettre à la vie de continuer tout en respectant les directives strictes du ministère de la Santé », a commenté Deri dans une déclaration rapportée par le site web.

« Il est important pour nous de veiller fortement à prévenir la propagation du virus, ainsi que le désir de permettre une vie normale », a ajouté le ministre.

Lors d’une première vague épidémique au début de l’année, les visiteurs étrangers ont été identifiés comme l’une des principales sources de propagation du virus, ce qui a incité Israël à interdire en mars l’entrée aux non-ressortissants à moins qu’ils n’obtiennent une autorisation spéciale de l’Autorité de la population, de l’immigration et des frontières. Les Israéliens qui rentrent au pays sont tenus de se mettre en quarantaine pendant 14 jours.

En début de semaine, l’Autorité des aéroports israéliens a annoncé que l’interdiction d’entrée devait être prolongée jusqu’au début du mois de septembre.

La plupart des programmes scolaires commencent en septembre et les études dans les yeshivot pour l’année à venir commenceront vers la dernière semaine d’août.

Le mois dernier, le quotidien économique Calcalist a rapporté que l’annulation des voyages des jeunes et des jeunes adultes juifs en raison de la crise du coronavirus devrait coûter à l’économie israélienne environ 200 millions d’euros.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...