Israël et Bahreïn signent un accord de voyage « sans précédent » pour les vaccinés
Rechercher

Israël et Bahreïn signent un accord de voyage « sans précédent » pour les vaccinés

Les détenteurs d’un "passeport vert" seront libres de voyager entre les deux pays sans quarantaine ; le ministre des Affaires étrangères Ashkenazi envisage d’intégrer d'autres pays

Voyageurs à l'aéroport international Ben Gurion près de Tel Aviv le 18 avril 2021. (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)
Voyageurs à l'aéroport international Ben Gurion près de Tel Aviv le 18 avril 2021. (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)

Israël et le Bahreïn sont parvenus jeudi à un accord précurseur de reconnaissance mutuelle des vaccinations et du « passeport vert » accordé aux vaccinés ou rétablis des deux pays, suite aux campagnes de vaccination réussies des deux pays.

L’accord a été négocié entre le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et son homologue bahreïni Abdullatif al-Zayani lors de pourparlers ces dernières semaines.

Les personnes vaccinées des deux pays seront exemptées de quarantaine à leur arrivée dans l’un ou l’autre des pays, et pourront entrer dans les lieux qui demandent le passeport vert.

« L’accord sans précédent entre Israël et le Bahreïn illustre le changement historique qui s’est produit au Moyen-Orient ces derniers mois », a déclaré Ashkenazi, prédisant que, « dans les prochains jours », Israël conclura des accords similaires avec d’autres pays.

Le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, à droite, accueille son homologue du Bahreïn Abdullatif al-Zayani au ministère israélien des Affaires étrangères, le 18 novembre 2020. (Crédit : Miri Shimonovich / MFA)

Ashkenazi a ajouté : « La reconnaissance par le Bahreïn du certificat de vaccination ouvre la voie à d’autres pays pour la reconnaissance du passeport vert, et entraînera une augmentation du tourisme et de la croissance économique. »

Plus de 5 millions d’Israéliens, soit plus de la moitié de la population totale, ont déjà reçu les deux doses du vaccin contre la COVID-19.

Mardi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a reçu à son bureau de Jérusalem le ministre britannique en charge de la lutte contre la pandémie du Royaume-Uni, Michael Gove, dans le but d’établir un accord similaire entre les pays.

La compagnie aérienne nationale bahreïni Gulf Air a annoncé dimanche qu’elle commencerait à proposer des vols directs entre Manama et Tel Aviv le 3 juin.

Une affiche au Musée d’art de Tel Aviv, explique les règles aux visiteurs, à l’entrée de l’auditorium du musée, réservé aux détenteurs du passeport vert, et les réglementations concernant les masques, la distanciation sociale et la nourriture. (Crédit : Jessica Steinberg / Times of Israel)

L’accord sur les vols et la vaccination est la plus récente d’une série de mesures reliant Israël au Golfe depuis que les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont établi des relations diplomatiques complètes avec l’État juif dans le cadre des accords d’Abraham, un pacte négocié sous l’ancien président américain Donald Trump.

Le Maroc et le Soudan ont également normalisé leurs relations avec Israël.

Les accords ont rompu avec la position arabe de longue date selon laquelle il ne devrait pas y avoir de normalisation avec Israël tant qu’un accord de paix global n’aurait pas été conclu avec les Palestiniens.

L’Arabie saoudite, acteur régional le plus important, s’est jusqu’à présent abstenu de formaliser ses relations avec Israël, mais a donné son feu vert aux survols de son territoire par des avions en provenance de l’État juif, dans un signe implicite d’approbation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...