Israël : L’Iran aura assez d’uranium enrichi en 2020 pour fabriquer une bombe
Rechercher

Israël : L’Iran aura assez d’uranium enrichi en 2020 pour fabriquer une bombe

Téhéran aura besoin d'environ deux ans supplémentaires pour développer des missiles capables de transporter une telle bombe

Sur cette capture d'écran de l'IRIB (Islamic Republic Iran Broadcasting), la télévision d'Etat, trois versions de centrifuges fabriquées dans le pays dans un programme diffusé en direct depuis Natanz, une structure d'enrichissement d'uranium en Iran, le 6 juin 2018 (Crédit : IRIB via AP)
Sur cette capture d'écran de l'IRIB (Islamic Republic Iran Broadcasting), la télévision d'Etat, trois versions de centrifuges fabriquées dans le pays dans un programme diffusé en direct depuis Natanz, une structure d'enrichissement d'uranium en Iran, le 6 juin 2018 (Crédit : IRIB via AP)

L’Iran aura enrichi suffisamment d’uranium d’ici la fin de l’année pour disposer du matériel nécessaire à la confection de l’arme nucléaire, sans pour autant avoir l’intention d’en fabriquer une dans l’immédiat, selon des propos de responsables israéliens cités par des médias locaux et confirmés par l’AFP.

Selon les estimations des autorités israéliennes, citées par ces mêmes responsables, l’Iran enrichit à un taux de 4 % entre 100 et 180 kilos d’uranium par mois, ce qui, à ce rythme, permettra à Téhéran d’avoir d’ici la fin de l’année en sa possession près de 25 kilogrammes d’uranium hautement enrichi, seuil requis pour confectionner une bombe nucléaire.

Les Iraniens auront besoin d’un peu plus de six mois pour arriver à ce niveau, et auraient encore besoin d’environ deux ans supplémentaires pour développer des missiles capables de transporter une éventuelle bombe, selon des informations des médias israéliens qui citaient mardi soir le rapport 2020 de la direction des renseignements militaires de l’armée israélienne.

Selon des éléments de ce rapport, l’Iran ne se hâtera pas pour fabriquer concrètement une bombe, car Téhéran ne souhaite pas une guerre bien qu’une escalade militaire demeure possible.

« Nous savons exactement ce qui se passe dans le programme nucléaire iranien. L’Iran pense être en mesure de parvenir à l’arme nucléaire. Je le dis à nouveau : Israël ne permettra pas à l’Iran de parvenir à la bombe », a déclaré mardi soir dans un communiqué le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

« L’Iran est à deux ou trois ans d’avoir des capacités nucléaires », a commenté l’ancien chef de l’armée Benny Gantz et rival de Netanyahu pour les élections parlementaires du 2 mars prochain.

L’Etat hébreu appelle les pays européens à suivre l’exemple des Etats-Unis qui se sont retirés de l’accord en 2018 et ont imposé une série de sanctions économiques contre Téhéran.

Sans se retirer de l’accord, les pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, France) ont annoncé mardi avoir déclenché le mécanisme de règlement des différends (MRD) prévu par l’accord sur le nucléaire afin, selon eux, de contraindre Téhéran à revenir au respect de ses engagements.

« J’appelle tous les pays occidentaux à rétablir sur le champ des sanctions à l’ONU », ajouté M. Netanyahu, en réaction à la nouvelle initiative européenne.

Les Etats-Unis ont indiqué mardi « soutenir pleinement » la procédure engagée par les pays européens signataires de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien pour contraindre Téhéran à respecter ses engagements.

« Le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne ont fait ce qu’il fallait » face aux « provocations de l’Iran » en matière de politique nucléaire, a déclaré un porte-parole du département d’Etat américain, appelant à « augmenter encore la pression diplomatique et économique » sur la République islamique, déjà visée par de lourdes sanctions américaines.

Israël accuse aussi le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, allié de l’Iran, de chercher à convertir des roquettes en missiles de précision pouvant causer des dommages importants sur des sites stratégiques en sol israélien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...