Israël n’a pas l’intention d’attaquer la Syrie mais tolérance zéro, prévient Liberman
Rechercher

Israël n’a pas l’intention d’attaquer la Syrie mais tolérance zéro, prévient Liberman

Le ministre de la Défense a rejeté l'idée pourtant répandue d'un conflit imminent au nord comme au sud, malgré les récents affrontements

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Avigdor Liberman, président de Ysrael Beytenu et ministre de la Défense, lors d'une réunion de son groupe parlementaire à la Knesset, le 8 mai 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Avigdor Liberman, président de Ysrael Beytenu et ministre de la Défense, lors d'une réunion de son groupe parlementaire à la Knesset, le 8 mai 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a déclaré lundi qu’Israël « n’a pas l’intention de lancer une opération militaire » contre la Syrie ni contre les groupes rebelles, malgré l’escalade de la tension ces derniers jours.

À la Commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense, Liberman a rejeté les prédictions de certains membres de la hiérarchie politique israélienne qui estiment que le prochain conflit avec le Hezbollah au nord ou le Hamas au sud est imminent.

« Si vous lisez les journaux, il semblerait que de nombreux prophètes prédisent un été brûlant », a déclaré le ministre de la Défense. « Laissez-moi être clair une fois de plus : nous n’avons aucunement l’intention de lancer une opération militaire, que ce soit au nord ou au sud. »

Mais Liberman a déclaré que bien que l’armée espère que le calme s’installera aux frontières d’Israël, elle ne tolérera aucune provocation, ni des tirs perdus accidentels des conflits voisins.

« Nous ne nous gênerons pas si nécessaire, et quand il le faudra, nous répondrons avec force », a-t-il assuré, avant d’ajouter qu’Israël ne tolérera pas que la Syrie devienne une base d’attaques contre Israël.

« Celui qui veut faire de la Syrie une base iranienne contre Israël devrait y réfléchir à deux fois nous ne laisserons pas la Syrie devenir un autre front anti-Israël », a-t-il dit.

Ces trois derniers jours, des obus perdus ont atterri en Israël. L’armée a répondu avec force et ciblant des bases de l’armée syrienne, à qui Israël attribue tous les incidents émanant du sol syrien.

Près de 10 tirs de mortiers lancés depuis la Syrie ont atteint le plateau du Golan samedi, et l’armée israélienne a rapidement réagi et a tué deux soldats syriens. Dimanche, d’autres projectiles ont atteint Israël. Pour l’armée, il s’agissait de tirs perdus entre le régime syrien et les rebelles.

Dimanche, l’armée a à nouveau répondu à des tirs perdus et a confirmé avoir touché un véhicule de l’armée syrienne. Selon les médias arabes, 5 personnes ont été blessées par le tir israélien.

Lundi matin, l’armée a déclaré qu’un autre tir perdu de Syrie a touché une base des Nations unies dans le plateau du Golan. Aucun blessé n’a été signalé. L’armée a lancé des recherches après que des médias ont signalé que deux tirs de mortiers ont atterri en Israël, mais aucun signe de tir n’a été trouvé.

Au lieu de cela, « des impacts de balles de mitrailleuse ont été identifiés dans un poste de la Force des Nations unies chargée d’observer le dégagement (FNUOD) près de Zivanit, sur la frontière », a déclaré l’armée.

La Force des Nations unies chargée d’observer le dégagement contrôle l’application du cessez-le-feu de 1974 entre Israël et la Syrie dans le plateau du Golan.

La Syrie a répliqué dimanche aux tirs d’Israël en signe d’avertissement.

Le site Ynet a relayé les propos de l’armée syrienne : « le chef d’État-major de l’armée syrienne met en garde contre les dangers des actions agressives et tient l’ennemi Israël pour responsable des conséquences graves de ces actions répétées, quelque que soient les excuses ».

Le chef d’État-major syrien a également publié des photos de trois hommes, qui auraient été tués par des frappes israéliennes. Il n’a fourni ni de date ni d’information sur l’endroit de leur mort.

Le ministre de la Défense syrien Fahd Jassem al-Freiji s’est rendu dimanche dans le sud de la Syrie pour célébrer avec les troupes la fin du mois de jeûne du Ramadan et s’est engagé à ce que le régime continue à lutter jusqu’à ce qu’il ait conquis « chaque parcelle de leur patrie ».

Israël est resté à l’écart de la guerre civile syrienne, qui fait rage depuis mars 2011, mais au fil des ans, a reconnu qu’il aidait à soigner des Syriens blessés qui arrivaient à la frontière et qu’il fournissait une aide humanitaire.

Israël a également affirmé que plusieurs des frappes en Syrie étaient destinées à empêcher le groupe terroriste Hezbollah à acquérir des armes modernes fournies par l’Iran via Daman. Israël a plusieurs fois confirmé qu’il cherchait à mettre fin à la contrebande d’armes du Hezbollah en Syrie et au renforcement des capacités de l’allié syrien dans le plateau du Golan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...