Israël s’engage à protéger des réfugiés syriens, notamment druzes
Rechercher

Israël s’engage à protéger des réfugiés syriens, notamment druzes

Les dirigeants de la communauté druze ont appelé Israël à venir en aide à leurs frères syriens en danger

Les Syriens fuyant la guerre en se rendant au point de passage de la frontière Akcakale, dans la province de Sanliurfa, le 15 juin 2015. La Turquie a annoncé qu'elle prenait des mesures pour limiter le flux de réfugiés syriens sur son territoire après un afflux de milliers d'autres au cours des derniers jours en raison des combats entre les Kurdes et les djihadistes. En vertu d'une politique de « porte ouverte », la Turquie a accueilli près de 1,8 million de réfugiés syriens depuis le bébut du conflit en Syrie en 2011 (Crédit : AFP PHOTO / BULENT KILIC)
Les Syriens fuyant la guerre en se rendant au point de passage de la frontière Akcakale, dans la province de Sanliurfa, le 15 juin 2015. La Turquie a annoncé qu'elle prenait des mesures pour limiter le flux de réfugiés syriens sur son territoire après un afflux de milliers d'autres au cours des derniers jours en raison des combats entre les Kurdes et les djihadistes. En vertu d'une politique de « porte ouverte », la Turquie a accueilli près de 1,8 million de réfugiés syriens depuis le bébut du conflit en Syrie en 2011 (Crédit : AFP PHOTO / BULENT KILIC)

Israël s’est engagé mardi à protéger des Syriens fuyant leur pays en guerre vers les territoires sous contrôle israélien, au cas où des violences y menaceraient notamment la minorité druze.

Cette déclaration intervient alors que les dirigeants de la communauté druze en Israël ont appelé le gouvernement à aider leurs coreligionnaires en Syrie à la suite de récentes violences contre cette communauté dans le nord-ouest.

Sans mentionner explicitement les Druzes, le chef d’état-major, le général Gadi Eisenkot, a affirmé mardi qu’Israël devait se préparer à un éventuel afflux de réfugiés syriens.

« La réalité sur le plateau du Golan, où se déroulent des affrontements près de la frontière avec Israël, constitue un motif de grande inquiétude qui porte notamment sur la possibilité que nous soyons confrontés avec l’afflux de réfugiés de Syrie arrivant à la frontière », a affirmé le général Eisenkot à la commission de la Défense et des Affaires étrangères du Parlement, a indiqué un porte-parole de la Knesset.

« Nous prendrons des mesures pour empêcher une situation dans laquelle des réfugiés sont massacrés. Notre action sera dans ce cas humanitaire », a précisé le général Eisenkot.

Selon le porte-parole, le chef d’état-major faisait référence aux secteurs proches de la ligne de cessez-le-feu sur la partie du plateau du Golan israélien.

La communauté druze compte 110 000 membres dans le nord d’Israël mais aussi 20 000 autres sur le plateau du Golan, dont la majorité se considèrent comme syriens.

Environ 510 km2 restent sous contrôle syrien qui compte une population druze dans le sud, près de la frontière.

Bien qu’Israël et la Syrie soient officiellement en état de guerre, la ligne de cessez-le-feu était considérée jusqu’à présent comme relativement calme depuis l’armistice de 1974. Les tensions se sont toutefois accentuées avec le début de la guerre en Syrie en 2011.

Le porte-parole de l’armée, le général Moti Almoz, a affirmé que la situation dans la partie du Golan israélien est « calme » et « totalement sous contrôle ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...