Israël teste un laser aéroporté pour abattre des drones
Rechercher

Israël teste un laser aéroporté pour abattre des drones

Ce nouveau système permet de viser n'importe quel objet volant, dont des "des obus, des roquettes, des missiles balistiques", selon le directeur R&D au ministère de la Défense

Israël a indiqué lundi avoir utilisé dans une série de tests un laser aéroporté pour abattre des drones, une « avancée technologique » devant permettre de renforcer son système de défense.

Ce nouveau système de laser, installé à bord d’un petit avion civil et testé « cette dernière semaine », permet de viser n’importe quel objet volant, dont des « drones, des obus, des roquettes, des missiles balistiques », a indiqué Yaniv Rotem, directeur Recherche et développement au ministère israélien de la Défense.

Le laser aéroporté est parvenu à abattre plusieurs drones, à une altitude de 900 mètres et dans un rayon d’un kilomètre, mais une fois perfectionné, il pourrait intercepter des cibles dans un rayon de 20 km, a affirmé Rotem lors d’une visioconférence.

Cette technologie, mise au point par le ministère de la Défense et la société israélienne Elbit Systems, utilise les techniques de détection aérienne de l’armée puis propulse un faisceau laser de 100 kilowatt en direction de la cible, a expliqué M. Rotem à des journalistes.

Un prototype opérationnel pourrait être mis au point d’ici « trois à quatre ans », selon lui.

« Nous effectuerons un test opérationnel d’ici la fin de l’année, et… quand il fonctionnera – d’ici trois ans – nous aurons un laser dans la zone de Gaza », a déclaré Rotem aux journalistes lundi.

L’essai, prévu pour la fin de l’année, permettra de tester la capacité du système à abattre des roquettes et des tirs de mortier à courte portée, à environ 8 à 10 kilomètres, ainsi que des drones. Le test devait avoir lieu plus tôt, mais les travaux sur le système ont été retardés à la fois par la pandémie de coronavirus et par « des problèmes techniques que nous avons rencontrés », a déclaré Rotem.

Selon le ministère de la Défense, l’avantage d’un tel laser, à la fois dans l’air et au sol, est que le prix par interception est négligeable par rapport à celui des missiles intercepteurs du système de défense aérienne du Dôme de fer. Tant qu’il y a une source d’énergie constante pour le laser, il n’y a pas non plus de risque de manquer de munitions.

Dans sa dernière confrontation meurtrière avec le Hamas en mai, le gouvernement israélien avait indiqué que son système de défense anti-aérien « Dôme de fer » avait intercepté 90 % des 4 300 roquettes tirées depuis l’enclave palestinienne de Gaza par le groupe terroriste islamiste.

Chaque missile du Dôme de fer, tiré pour abattre les roquettes de Gaza, coûte des dizaines de milliers de dollars.

L’inconvénient d’un système laser est qu’il ne fonctionne pas bien en cas de faible visibilité, lorsque la couverture nuageuse est importante et que le temps est mauvais. Le modèle de laser aéroporté est censé contourner en partie cette limitation en plaçant le système au-dessus des nuages.

Le système laser terrestre, qui est en cours de développement en collaboration avec le fabricant d’armes Rafael, n’est pas destiné à remplacer le Dôme de fer ou les autres systèmes de défense aérienne d’Israël, mais à les compléter, en abattant les petits projectiles et en laissant les plus gros pour les batteries de missiles plus robustes, a déclaré Rotem.

Un système laser haute puissance installé sur un avion Cessna crée un trou dans un drone au-dessus de la mer dans le cadre d’un test du système par le ministère de la Défense et le sous-traitant en armement Elbit Systems en juin 2021. (Crédit : Ministère de la défense)

Lors du test du système aéroporté, qui s’est déroulé la semaine dernière, le laser haute puissance a été installé dans un avion Cessna Grand Caravan et envoyé pour localiser et abattre un nombre non spécifié de drones – moins de 10, selon Rotem – à l’aide d’un système de détection et de suivi autonome.

« Nous avons réussi à intercepter plusieurs drones dans les airs, dans un rayon de plus d’un kilomètre. Il s’agit d’une prouesse technologique révolutionnaire et elle est essentielle pour la poursuite du développement de notre système laser aéroporté de haute puissance », a déclaré Rotem.

« C’est la première fois que nous réussissons à le faire en Israël. Et à ma connaissance, nous sommes l’un des rares au monde à l’avoir fait, si tant est que quelqu’un d’autre l’ait fait », a-t-il déclaré.

Selon le responsable du ministère de la Défense, le système aéroporté est censé pouvoir, à terme, abattre des drones à des dizaines de kilomètres de distance, voire à des distances encore plus grandes.

Le laser aéroporté a été développé dans le cadre d’un effort conjoint de la direction de la recherche et du développement du ministère de la Défense et de l’entreprise d’armement Elbit Systems. Le test a été mené par les deux groupes, en coordination avec l’armée de l’air israélienne et son unité de test des missiles.

Un système laser haute puissance installé sur un avion Cessna provoque l’écrasement d’un drone dans la mer dans le cadre d’un test du système par le ministère de la Défense et le sous-traitant en armement Elbit Systems en juin 2021. (Crédit : Ministère de la défense)

Rotem a toutefois souligné que si l’essai a été couronné de succès et a représenté une « étape importante et critique », il ne s’agissait que d’un test initial du système, des années de travail supplémentaires étant nécessaires avant que le laser aéroporté ne soit pleinement opérationnel.

Le responsable du ministère de la Défense a déclaré que le laser utilisait un « système de ciblage optique très avancé, avec des capacités de suivi et une intelligence artificielle » pour localiser une cible « à des niveaux de précision très élevés ».

Dans une vidéo de l’un des tests (ci-dessus), on peut voir le laser se verrouiller sur le drone cible, le transpercer en quelques secondes et le faire s’écraser dans la mer.

Si le système laser est actuellement destiné à être utilisé de manière défensive sur de plus gros avions, Rotem a reconnu qu’il pourrait également être employé comme arme offensive dans les avions de combat.

« Le plan sur lequel nous travaillons avec Elbit est destiné à un avion de la taille d’un Boeing, et nous prouverons qu’il fonctionne bien sur cet appareil. À l’avenir, nous pourrons le rendre plus petit et, si nous le voulons, nous pourrons le placer sur une plate-forme plus dynamique. Actuellement, nous parlons d’une formation défensive. Mais au fur et à mesure que le temps passe et que nous disposons de plus de capacités, nous pourrions également l’utiliser pour l’attaque », a-t-il déclaré.

Le test a eu lieu un an après que le ministère de la Défense a annoncé qu’il avait fait une percée majeure dans le développement du système laser, après des années d’investissement dans les efforts de recherche des entrepreneurs de la défense et des scientifiques universitaires.

.

Un modèle informatique d’un système de défense aérien à base de laser que le ministère israélien de la Défense met au point, le 8 janvier 2020. (Ministère de la Défense)

Israël travaille depuis des décennies à la mise au point d’un système basé sur le laser pour intercepter les projectiles entrants, mais n’a pas réussi jusqu’à présent à produire une option viable, en raison de problèmes de coûts et de limites technologiques.

En décembre 2018, le journal financier israélien Globes a rapporté que l’ancien ministre de la Défense Avigdor Liberman avait ordonné au ministère de la Défense de commencer à investir massivement dans la technologie laser, tant en termes de financement que d’attention, afin d’accélérer la production d’un prototype viable.

Le ministre de la Défense Benny Gantz a salué lundi « une avancée technologique ». « Le système laser (permettra d’)affronter une diversité de menaces, sécurisant l’Etat d’Israël tout en économisant les coûts d’interception », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Je tiens à féliciter la Direction de la R&D de la défense, Elbit Systems et l’armée de l’air israélienne pour la percée technologique qu’ils ont réalisée. Aujourd’hui, vous nous avez rapprochés d’une autre étape importante dans le développement du dispositif de défense à plusieurs niveaux de l’État d’Israël, et c’est significatif à la fois en termes de rentabilité et de capacités de défense », a-t-il déclaré.

« Le système laser ajoutera une nouvelle couche de protection à de plus grandes distances et face à une variété de menaces, sécurisant l’État d’Israël tout en économisant les coûts d’interception », a ajouté M. Gantz.

Le groupe terroriste du Hezbollah libanais disposerait d’un arsenal de quelque 130 000 roquettes, missiles et obus de mortier qui, selon l’armée, pourraient être utilisés contre Israël dans une guerre future. Les deux principaux groupes terroristes de la bande de Gaza, le Hamas et le Jihad islamique palestinien, posséderaient également chacun des milliers de roquettes et d’obus de mortier, même après avoir tiré plus de 4 000 projectiles sur Israël au cours de la bataille de 11 jours du mois dernier.

Face à ces menaces et à d’autres, Israël dispose d’un dispositif de défense aérienne à plusieurs niveaux, composé du Dôme de fer à courte portée, de la fronde de David à moyenne portée et des systèmes Arrow et Patriot à longue portée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...