Italie : Polémique après une caricature représentant l’UE tel Auschwitz
Rechercher

Italie : Polémique après une caricature représentant l’UE tel Auschwitz

Le Premier ministre britannique Boris Johnson est lui caricaturé comme un prisonnier en fuite, et "Union européenne" est inscrit sur le portail du camp

La caricature de Mario Improta représentant l'Union européenne tel le camp d'extermination d'Auschwitz. (Crédit : Mario Improta / Twitter)
La caricature de Mario Improta représentant l'Union européenne tel le camp d'extermination d'Auschwitz. (Crédit : Mario Improta / Twitter)

Le dessin d’un caricaturiste de Rome a déclenché une vive polémique en Italie et à l’étranger depuis ce week-end.

L’œuvre représente l’Union européenne tel le camp d’extermination d’Auschwitz. Le Premier ministre britannique Boris Johnson est lui caricaturé comme un prisonnier en fuite, agitant le drapeau de son pays. « Union européenne » est inscrit sur le portail du camp, à la place de l’inscription « Arbeit macht frei » (« Le travail rend libre »).

Mario Improta, l’auteur du dessin, a publié celui-ci sur son compte Twitter samedi, alors que les conservateurs britanniques, menés par Johnson, ont remporté une vaste majorité aux élections britanniques. Johnson a promis d’effectuer le Brexit d’ici le 31 janvier prochain.

La comparaison que tire Improta entre l’UE et le camp d’extermination a déclenché de nombreuses critiques de la part de responsables politiques, de membres de la communauté juive de Rome ainsi que de certains followers du caricaturiste sur Twitter.

Le mémorial d’Auschwitz a expliqué sur Twitter que l’expression « Arbeit macht frei » était une « illusion cynique que les SS donnaient aux prisonniers d’Auschwitz. Ces mots sont devenus des icônes de la haine. Il est douloureux pour la mémoire d’Auschwitz et ses victimes de voir ce symbole utilisé avec honte et abus. »

L’artiste est célèbre en Italie pour avoir collaboré sur une campagne éducative représentant la maire de Rome, Virginia Raggi, en héros de manga. Raggi a depuis annoncé la fin de sa collaboration avec Improta suite à la caricature.

Improta a également publié une nouvelle version de son dessin, avec des toilettes à la place du camp. Il a expliqué sur Twitter que « représenter l’UE tel un camp de concentration » n’était pas correct. Il a néanmoins partagé de nombreux messages défendant sa caricature originale et a également publié une photo vierge de Johnson, sans fond, invitant ses followers à le dessiner.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...