Jacob Lew plaide pour un accord sur le nucléaire avec l’Iran
Rechercher

Jacob Lew plaide pour un accord sur le nucléaire avec l’Iran

"Une issue diplomatique est la meilleure solution," a déclaré le secrétaire au Trésor américain ; Lew a aussi déploré que "le fléau de l'antisémitisme reste parmi nous"

Jacob Lew (Crédit : AFP)
Jacob Lew (Crédit : AFP)

Le secrétaire au Trésor Jacob Lew a plaidé pour la signature d’un accord sur le nucléaire avec l’Iran dans une ambiance chahutée dimanche devant une association de soutien à Israël à New York.

« Nous ne sommes qu’à quelques semaines de la date limite pour un accord final » visant à garantir la nature pacifique du programme nucléaire iranien, a rappelé le ministre des Finances américain devant quelque 1 500 participants à la conférence annuelle du Jerusalem Post, dans un grand hôtel new-yorkais.

« Une issue diplomatique est la meilleure solution », a ajouté M. Lew, interrompu dans son discours par des huées.

Evoquant les négociations avec l’Iran et la levée des sanctions, le secrétaire au Trésor a assuré que Téhéran avait « cessé et réduit des éléments-clés de son programme nucléaire ».

« Certains ont dit que l’Iran allait tricher, que nos sanctions s’écrouleraient pendant l’accord provisoire et que ce processus permettrait à l’Iran d’avoir bientôt la bombe nucléaire. Mais il n’en a rien été », a affirmé le ministre sous des sifflets, l’organisateur demandant au public « d’écouter le ministre ».

« Je demande seulement que vous m’écoutiez comme nous vous écoutons », a ajouté M. Lew devant un public constitué notamment d’anciens hauts responsables et militaires israéliens, selon le site du Jerusalem Post.

Concernant l’Iran, il a assuré que l’architecture des sanctions serait maintenue « pour qu’il soit possible de les ré-appliquer rapidement si l’Iran viole l’accord ».

Celles-ci ont privé Téhéran de 160 milliards de dollars de revenus pétroliers et contribué au recul du PIB irakien de 9 % entre 2012 et 2014, a rappelé le ministre des finances.

M. Lew, qui est de confession juive orthodoxe, a rappelé l’amitié entre les Etats-Unis et Israël, assurant « qu’aucune administration n’avait autant fait pour la sécurité d’Israël » que l’administration Obama.

Il a affirmé que, sous le président Obama, les Etats-Unis avaient fourni pour 20 milliards de dollars d’aide militaire à Israël, citant notamment la livraison cette année d’avions de combat F-35.

« Avec ce chasseur furtif, Israël sera l’unique pays au Proche-Orient à disposer de la nouvelle génération technologiquement avancée de ces avions de combats », a-t-il affirmé.

Rappelant par ailleurs sa visite en Europe en janvier pour le 70e anniversaire de la libération du camp d’extermination nazi d’Auschwitz, M. Lew a déploré que « le fléau de l’antisémitisme reste parmi nous ».

« Les violences contre les juifs ont augmenté dans bien des parties du monde avec des communautés juives qui ont été prises pour cibles à Bruxelles, Copenhague et même ici aux Etats-Unis », a-t-il affirmé rappelant également l’attaque de l’épicerie juive à Paris « qui a tué quatre juifs innocents ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...