Jason Greenblatt arrive en Israël pour rencontrer le Quartet
Rechercher

Jason Greenblatt arrive en Israël pour rencontrer le Quartet

Le représentant pour les négociations internationales œuvrera à la « poursuite notre engagement pour faire avancer la paix », a déclaré un responsable de la Maison Blanche

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

L'envoyé du président américain Donald Trump au Moyen-Orient, Jason Greenblatt, rencontre le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 25 mai 2017. (Crédit : FLASH90)
L'envoyé du président américain Donald Trump au Moyen-Orient, Jason Greenblatt, rencontre le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 25 mai 2017. (Crédit : FLASH90)

WASHINGTON – Après la décision diplomatique du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et un discours belliqueux du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dénonçant les efforts de paix de son gouvernement, Jason Greenblatt, représentant spécial pour les négociations internationales de Trump, arrivera dans la région mercredi pour rencontrer les envoyés du Quartet du Moyen Orient pour faire avancer un accord israélo-palestinien.

« Jason assistera à une réunion régulière des représentants du Quartet pour échanger des informations et poursuivre notre engagement en faveur de la paix », a déclaré mardi un officiel de la Maison Blanche au Times of Israel.

Greenblatt, qui arrivera en Israël le 17 janvier, devrait rester jusqu’à la visite du vice-président américain Mike Pence, prévue du 22 au 23 janvier.

Le Quartet est composé de représentants des États-Unis, de la Russie, des Nations Unies et de l’Union européenne. Il a été créé à Madrid en 2002 pour tenter de résoudre le différend vieux de plusieurs décennies entre Israéliens et Palestiniens.

La prochaine réunion intervient alors que les Palestiniens ne décolèrent pas concernant la décision de Trump sur Jérusalem.

Dimanche soir, Abbas a prononcé un discours violent devant les dirigeants de l’OLP à Ramallah, dans lequel il nie tout lien historique juif avec la région et qualifie la reconnaissance du président américain sur Jérusalem comme « la claque du siècle », une allusion à la promesse de Trump de parvenir à la paix israélo-palestinienne, qui, selon lui, serait « l’affaire du siècle. »

Depuis l’annonce du 6 décembre, Abbas et d’autres hauts dirigeants palestiniens ont également refusé de rencontrer des responsables américains. Greenblatt ne devrait donc pas rencontrer les responsables de l’AP cette semaine.

Le négociateur en chef palestinien, Saeb Erekat, a déclaré que l’Autorité palestinienne refusera tout pourparlers de paix parrainés par les Etats-Unis jusqu’à ce que Trump revienne sur sa reconnaissance de Jérusalem.

Le haut-conseiller à la Maison Blanche Jared Kushner, à gauche, Ivanka Trump se rendent à une conférence de presse organisée à la résidence du président à Jérusalem le 22 mai 2017 (Crédit : Thomas Coex/ AFP Photo)

Avec le gendre de Trump et conseiller principal Jared Kushner, Greenblatt, un ancien avocat de l’organisation Trump, a mis la pression sur son équipe de paix pour faire redémarrer les négociations entre les parties.

En dépit de la rhétorique que les dirigeants palestiniens et arabes ont utilisée depuis la décision de Trump le mois dernier, la Maison Blanche insiste sur le fait qu’elle continue à avancer dans la présentation d’un plan de paix à l’avenir.

« Le président reste toujours aussi attaché à la paix », a déclaré un responsable le mois dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...