Jérusalem : un missionnaire chrétien infiltré en rabbin
Rechercher

Jérusalem : un missionnaire chrétien infiltré en rabbin

La famille avait été soutenue par la communauté après la mort de la mère ; le père travaillait comme scribe et mohel et aurait fait semblant d'être Juif pour s'installer en Israël

Un homme accusé d'être un missionnaire chrétien sous couverture vivant comme un juif ultra-orthodoxe à Jérusalem (Capture d'écran Treizième chaîne)
Un homme accusé d'être un missionnaire chrétien sous couverture vivant comme un juif ultra-orthodoxe à Jérusalem (Capture d'écran Treizième chaîne)

La communauté ultra-orthodoxe du quartier de la Giva Hatsarfatit (Colline française) a été secouée dimanche après qu’un éminent membre de sa communauté aurait été démasqué comme étant un missionnaire chrétien sous couverture.

Beynenu, une organisation à but non-lucratif qui surveille les activités des missionnaires en Israël a déclaré dimanche qu’elle avait « enquêté sur le cas d’un missionnaire sous couverture dans la Giva Hatsarfatit depuis des années » mais qu’elle n’a décidé de le démasquer que maintenant « parce que l’un des enfants du missionnaire faisait du prosélytisme à l’école ».

Les médias israéliens ont déclaré que l’homme, un rabbin dont l’identité n’a pas été dévoilée, se présentait comme un cohen (un prêtre) et travaillait comme scribe et mohel, et pratiquait donc les circoncisions rituelles.

Cependant, il s’est avéré que sa famille n’était pas juive mais plutôt chrétienne, originaire du New Jersey et qu’il aurait falsifié des documents prouvant sa judéité afin d’immigrer en Israël en vertu de la Loi du retour.

« Nous sommes certains que les dirigeants juifs prendront des mesures strictes contre cette menace et instaurerons rapidement des mesures de protection pour garantir la sécurité de la communauté juive », a déclaré Beynenu.

Le journal ultra-orthodoxe Behadrei Haredim a rapporté que lorsque l’épouse de l’homme est tombée malade il y a quelques années – elle a succombé à un cancer – elle avait raconté certaines choses à des amis, qui semblaient étranges et qui ont donné le coup d’envoi de l’enquête.

La femme du missionnaire aurait déclaré, à tort, être une fille de survivants de la Shoah.

Les enquêteurs ont alors découvert que la famille des parents étaient des américains non-Juifs qui publiaient du contenu missionnaire sur les réseaux sociaux, selon le journal. Le défunt père de l’homme était enterré dans un cimetière non-Juif. Selon une nécrologie, il était membre d’une Eglise Evangéliste Mennonite.

Beyneny a déclaré que l’organisation « avait pris soin de vérifier chaque preuve avant de dévoiler l’affaire au public », mais n’a pas détaillé les preuves en question.

« Nous sommes restés silencieux jusqu’à maintenant parce que nous ne voulions pas que le père ne déménage vers un autre quartier (pour continuer son travail) et nous voulions tout faire pour que sa citoyenneté soit révoquée », a expliqué Yoni Kayman, membre de la communauté impliqué dans l’enquête, au site Behadrei Haredim.

Yoni Kayman (Capture d’écran Treizième chaîne)

Kayman a déclaré que l’homme avait également récemment tenté de faire disparaitre les preuves en effaçant certaines publications sur les réseaux sociaux et avait enlevé ses filles de l’école religieuse locale et ils ont donc décidé d’informer la communauté de ses activités.

La Treizième chaîne a publié des extraits datant de 2011 dans lequel l’homme parle à la télévision américaine de Jésus comme étant le Messie.

L’homme a déclaré à la Treizième chaîne qu’il n’était pas un missionnaire chrétien infiltré.

« C’est un mensonge. Je suis né Juif », a-t-il dit. Cependant, il a reconnu avoir travaillé comme missionnaire il y a 7 ou 8 ans, mais a assuré s’être « repenti ».

Les membres de la communauté ont faire part de leur émoi, soulignant que la famille était impliquée dans la communauté, et que celle-ci avait créé un fonds pour leur venir en aide après le décès de la mère.

« La famille avait l’air complètement ultra-orthodoxe, il avait une longue barbe et chapeau, les garçons avaient des papillotes, les filles fréquentaient les écoles Beth Yaakov », a raconté Kayman à la Treizième chaîne.

« Pendant cinq ans, nous avons subvenu à leurs besoins, payé leurs courses, leur transport scolaire, tout et ils nous ont trompés », a-t-il dit.

Israël bénéficie d’un soutien vigoureux de la part des mouvements évangélistes chrétiens des États-Unis, mais garde un œil sur le travail missionnaire en Terre Sainte.

Si la loi israélienne n’interdit expressément que le don d’argent ou de cadeaux pour encourager les conversions à une autre religion, les activités missionnaires, en général, sont étroitement surveillées par les autorités et sont offensantes aux yeux de nombreux Israéliens.

La loi interdit également « toute activité missionnaire ou prosélyte visant des mineurs sans l’autorisation de leurs parents. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...