Israël en guerre - Jour 141

Rechercher

Joe Biden ouvre son « Sommet pour la démocratie »

Pas moins de 121 pays de la planète ont été invités au sommet, soit huit de plus qu'il y a deux ans

Photo d'illustration : Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken après son allocution au "Sommet pour la démocratie" au département d'État américain, à Washington, le 29 mars 2023. (Crédit : ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)
Photo d'illustration : Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken après son allocution au "Sommet pour la démocratie" au département d'État américain, à Washington, le 29 mars 2023. (Crédit : ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)

Le président américain Joe Biden ouvre mercredi son « Sommet pour la démocratie », qu’il estime être à un « point d’inflexion » face aux autoritarismes, au cours duquel il annoncera près de 700 millions de dollars pour appuyer le « renouveau démocratique » à travers le monde.

Cette deuxième édition, co-organisée par les Etats-Unis, le Costa Rica, les Pays-Bas, la Zambie et la Corée du Sud — représentant les cinq continents –, intervient en pleine guerre en Ukraine et sur fond de craintes face à la montée en puissance de la Chine.

Les démocraties sont elles aussi sous pression, des Etats-Unis à Israël par exemple où une réforme de la justice divise profondément le pays et a provoqué des manifestations massives avant que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne déclare finalement une « pause ».

« Ils ne peuvent pas continuer sur cette voie et je pense que je me suis fait comprendre », a déclaré mardi soir le président américain, précisant par ailleurs n’avoir pas prévu d’inviter « à court terme » le Premier ministre israélien à la Maison Blanche.

Parmi les annonces attendues au sommet, qui débutera à 06H00 locale (10H00 GMT) et sera largement virtuel, le président Biden entend investir 690 millions de dollars pour appuyer le « renouveau démocratique » dans le monde, a indiqué à des journalistes un haut responsable américain sous couvert d’anonymat.

Cette enveloppe doit servir à promouvoir la tenue d’élections justes et libres, la défense des droits humains et la liberté de la presse, ainsi que la lutte contre la corruption, a-t-il dit, en précisant qu’elle s’ajoutera aux 400 millions débloqués lors du premier sommet qui s’était tenu sous les auspices du président Biden en 2021.

Les menaces posées par les nouvelles technologies devraient aussi occuper une large part des débats, a précisé le responsable américain, citant en particulier les logiciels espions.

Les dirigeants de chacun des cinq pays hôtes présideront une séance plénière virtuelle lors du sommet mercredi, celle du président américain étant consacré à la « réponse des démocraties aux défis mondiaux » à laquelle a été conviée le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Photo d’illustration : Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s’exprimant par vidéoconférence lors du sommet DealBook du New York Times, le 30 novembre 2022. (Crédit : Twitter)

121 pays invités

Et jeudi, au deuxième jour du sommet, des évènements auront lieu dans les capitales de chacun des pays hôtes.

Pas moins de 121 pays de la planète ont été invités au sommet, soit huit de plus qu’il y a deux ans.

Les nombreuses séances de travail, pour la plupart virtuelles, réunissent des responsables et acteurs de la société civile pour parler des défis posés à la démocratie à travers le monde y compris dans le domaine technologique, au moment où les Occidentaux accusent notamment le réseau TikTok de servir d’outil à Pékin.

Si le président Biden a tenu ses promesses de campagne sur ce sommet et renoué les alliances des Etats-Unis après les années Trump, il a déçu nombre d’observateurs en se rapprochant de dirigeants accusés de dérives autoritaires et aux bilans contestés en matière de droits humains.

M. Biden s’est ainsi rendu l’année dernière en Arabie saoudite et en Egypte pour participer à la COP27 et il a retissé des liens de travail avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Mais aucun de ces trois pays n’a été convié à participer à cette grand-messe.

Parmi les autres pays boudés, la Hongrie du dirigeant nationaliste Viktor Orban, ainsi que Singapour et le Bangladesh.

Le département d’Etat américain s’est refusé à parler de critères ayant déterminé l’invitation ou pas de certains pays, tout en évoquant une répartition socio-économique et régionale « représentative ».

« Nous ne cherchons pas à définir quels pays sont ou ne sont pas des démocraties », a déclaré un porte-parole.

L’Inde, qualifiée de plus grande démocratie dans le monde, a été invitée, quelques jours après que le dirigeant d’opposition Rahul Gandhi a été banni du parlement indien.

Le Pakistan voisin a lui décliné l’invitation disant vouloir, selon un porte-parole, « oeuvrer de manière bilatérale » avec les pays hôtes.

Pour Freedom House, un groupe de recherche sur la démocratie soutenu par le gouvernement américain, 2022 a vu un recul de la démocratie un peu partout dans le monde, selon son rapport annuel.

La Corée du Sud a offert d’organiser la troisième édition de ce sommet à un moment indéterminé, selon le responsable américain.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.