Kakhol Lavan n’était pas au courant de l’accord avec Abou Dhabi
Rechercher
L’ACCORD POURRAIT AIDER A STABILISER LA COALITION

Kakhol Lavan n’était pas au courant de l’accord avec Abou Dhabi

Une requête des Etats-Unis, selon Netanyahu; un responsable de Kakhol Lavan affirme que c’est l’opposition du parti à l’annexion qui a rendu possible l’accord de normalisation

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Défense Benny Gantz assistent à la réunion hebdomadaire du cabinet du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Crédit : Marc Israel Sellem / Pool / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Défense Benny Gantz assistent à la réunion hebdomadaire du cabinet du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Crédit : Marc Israel Sellem / Pool / Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a admis jeudi que ses principaux partenaires de coalition de Kakhol lavan – dont le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et le ministre de la Défense Benny Gantz – avaient été tenus à l’écart des négociations sur l’accord de normalisation entre Israël et les Émirats arabes unis, mais il affirme l’avoir fait à la demande des États-Unis.

Un porte-parole de Netanyahu a déclaré que le Premier ministre avait informé les ministres de Kakhol Lavan juste avant que la nouvelle ne soit rendue publique dans un tweet du président américain Donald Trump jeudi après-midi. Les responsables américains ont reconnu que l’accord était en cours de négociations depuis des semaines.

Les médias en hébreu ont rapporté que Gantz, qui porte également le titre de Premier ministre en alternance, a eu connaissance de l’accord jeudi après-midi, lorsque Netanyahu a brusquement quitté une réunion du cabinet de coronavirus en déclarant : « Vous découvrirez bientôt pourquoi. » Dans une allocution télévisée ultérieure, il a expliqué qu’il avait eu un appel de 16 minutes avec Trump et le prince héritier des Émirats arabes unis Mohammed ben Zayed.

Après la conférence de presse de Netanyahu sur l’accord avec les EAU, plusieurs journalistes lui ont demandé pourquoi les ministres de Kakhol Lavan n’avaient pas été tenus au courant.

Le ministre de la Défense Benny Gantz s’entretient avec le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 31 mai 2020. (Crédit : Ronen Zvulun / Pool Photo via AP)

Netanyahu a répondu qu’il n’avait pas informé ses partenaires de coalition à la demande des États-Unis. « Ils ont demandé que cela reste entre nous pour ne pas compromettre l’accord », a-t-il déclaré. « Je pense que c’est légitime : nombreux sont ceux, notamment les Iraniens, qui feraient n’importe quoi pour le faire capoter. »

Un responsable de Kakhol Lavan a déclaré à la chaîne publique Kan que s’il est déplaisant d’avoir été tenu à l’écart, en revanche la direction du parti n’est pas inquiète des conséquences que cela aura sur la politique au niveau national. Netanyahu, estiment-ils, ne devrait pas gagner grand-chose dans son propre camp, car cet accord s’est fait au prix de la suspension du plan d’annexion.

Le responsable a également affirmé que le succès annoncé jeudi pouvait être en partie attribué aux efforts fructueux de Kakhol Lavan pour bloquer le plan d’annexion unilatérale de Netanyahu. Ils ont convaincu l’administration Trump que ce projet n’était pas très populaire en Israël, a-t-il estimé, ce qui a conduit Washington à changer de cap et à se concentrer sur la négociation d’accords de paix entre Israël et les États du Golfe.

L’établissement de relations formelles avec les Émirats arabes unis ouvre la voie « à d’autres accords de ce type », a déclaré Ashkenazi dans un communiqué. Dans une série de tweets, il s’est également félicité du fait que l’annexion unilatérale de la Cisjordanie avait été suspendue.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le ministre de la Défense Benny Gantz, dirigent une réunion hebdomadaire du cabinet du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 7 juin 2020. (Marc Israel Sellem)

Kan a également rapporté que des sources au sein de gouvernement ont affirmé que cette avancée diplomatique avec les Émirats arabes unis pourrait aider à stabiliser la coalition au pouvoir. En effet, cette décision fait consensus entre les deux principaux partis, alors qu’elle jette une pomme de discorde entre le Likud et la droite, le parti orthodoxe moderne Yamina, qui est en forte hausse dans les sondages, ce qui pourrait compromettre des sièges actuellement détenus par le parti de Netanyahu.

Le Likud et Kakhol Lavan sont en conflit au sujet du budget de l’État, qui doit être adopté avant le 25 août ; dans le cas contraire, Israël devra à nouveau organiser des élections générales.

Dans un communiqué jeudi, Kakhol Lavan a déclaré qu’il avait eu des discussions « positives » avec le Likud sur la conclusion d’un accord pour empêcher la coalition de s’effondrer. « Il y a eu des progrès et [les représentants] ont accepté de se rencontrer dans les prochains jours. »

Netanyahu a également déclaré jeudi qu’il y avait eu des « progrès » dans les pourparlers avec Kakhol Lavan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...