Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

Kamala Harris appelle Israël à préserver un système judiciaire indépendant

Dans un discours de 14 minutes très élogieux à l'égard de l'État juif, la vice-présidente a fait allusion à l'opposition de l'administration Biden à la refonte judiciaire

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

La vice-présidente américaine Kamala Harris prend la parole à une réception organisée par l'ambassade d'Israël pour célébrer le 75e anniversaire de la fondation de l'État d'Israël, au National Building Museum à Washington, DC, le 6 juin 2023. (Crédit : SAUL LOEB / AFP)
La vice-présidente américaine Kamala Harris prend la parole à une réception organisée par l'ambassade d'Israël pour célébrer le 75e anniversaire de la fondation de l'État d'Israël, au National Building Museum à Washington, DC, le 6 juin 2023. (Crédit : SAUL LOEB / AFP)

La vice-présidente américaine Kamala Harris a une nouvelle fois appelé Israël à garantir l’indépendance de son système judiciaire, après des mois de manifestations contre la réforme de la justice voulue par le gouvernement de Benjamin Netanyahu.

Mme Harris a pris la parole lors du gala organisé par l’ambassade d’Israël dans un musée de Washington à l’occasion des 75 ans de la proclamation de l’indépendance de l’Etat d’Israël.

Cette allusion à l’opposition de l’administration Biden aux efforts déployés par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour réduire radicalement le pouvoir de la Haute Cour de justice a été incluse dans un discours de 14 minutes, au ton très élogieux à l’égard de l’État juif.

La vice-présidente a dit faire preuve d' »un engagement sans faille en faveur de la sécurité d’Israël », tout en faisant allusion à la réforme judiciaire de M. Netanyahu.

« Sous l’égide du président Joe Biden et de notre administration, l’Amérique continuera à défendre les valeurs qui ont été le fondement des relations entre les Etats-Unis et Israël, notamment la poursuite de la consolidation de notre démocratie », a-t-elle déclaré.

Les valeurs des deux pays sont « fondées sur des institutions fortes, des contre-pouvoirs et, j’ajouterai, un système judiciaire indépendant », a souligné Mme Harris, sous les applaudissements des 2 000 personnes présentes dans l’auditorium du National Building Museum, dont Shirin Herzog, l’épouse de l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Michael Herzog, qui était assise sur la scène derrière la vice-présidente.

La vice-présidente américaine Kamala Harris (C) et son mari, le second gentleman Doug Emhoff (gauche), aux côtés de l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis Michael Herzog (droite), à une réception organisée par l’ambassade d’Israël pour célébrer le 75e anniversaire de la fondation de l’État d’Israël, au National Building Museum à Washington, DC, le 6 juin 2023. (Crédit : SAUL LOEB / AFP)

Le législateur d’extrême droite Simcha Rothman, l’un des architectes de la réforme judiciaire, qui se trouve aux États-Unis depuis plusieurs jours et qui a été invité à l’événement, n’a pas applaudi.

Dans le discours qu’il a prononcé avant celui de Mme Harris, l’ambassadeur Herzog a brièvement évoqué la controverse entourant la réforme du système judiciaire et s’est montré optimiste quant au caractère démocratique d’Israël.

« Israël est une démocratie imparfaite et nous avons, comme vous, notre propre série de défis internes. En tant que jeune nation âgée de 75 ans seulement, nous sommes encore aux prises avec des questions importantes relatives à notre système démocratique. Mais permettez-moi de vous assurer que je suis convaincu qu’Israël restera une démocratie dynamique », a-t-il déclaré sous les applaudissements.

Selon le gouvernement israélien, l’un des plus à droite de son histoire, la réforme du système judiciaire vise entre autres à rééquilibrer les pouvoirs en diminuant les prérogatives de la Cour suprême, que l’exécutif juge politisée, au profit du Parlement.

Mais ses détracteurs estiment notamment qu’elle risque d’ouvrir la voie à une dérive autoritaire.

Après d’immenses manifestations contre ce projet de réforme, M. Netanyahu a annoncé fin mars une « pause » pour donner une « chance (…) au dialogue », mais la mobilisation ne s’est pas essoufflée jusqu’ici.

M. Biden avait estimé que le gouvernement israélien ne pouvait pas « continuer sur cette voie » et espéré que le gouvernement « renonce » à cette réforme.

L’administration Biden a largement atténué ses critiques à l’égard de la réforme judiciaire depuis que Netanyahu a gelé le processus législatif afin d’entamer des négociations de compromis avec l’opposition. Ces négociations, menées sous les auspices du président Isaac Herzog, visent à obtenir un consensus sur une version plus modérée que les propositions initiales dévoilées par le ministre de la Justice Yariv Levin en janvier, qui ont déclenché des manifestations de masse et une vive réaction de la part de l’opinion publique.

En avril, Levin a admis qu’un élément clé de la législation initiale aurait mis en péril la démocratie israélienne, mais il a depuis accepté d’assouplir la proposition à la suite du tollé.

Un compromis n’étant apparemment toujours pas à portée de main, l’administration Biden n’a pas invité M. Netanyahu à se rendre à la Maison Blanche, et le président Herzog pourrait bien le devancer.

Il a envoyé un message vidéo aux participants mardi, dans lequel il a déclaré qu’il se réjouissait de se rendre « dans un avenir proche » aux États-Unis, où il prononcerait un discours devant une session conjointe du Congrès et rendrait visite à « mes bons amis la Maison Blanche ».

Dans son discours de mardi, Mme Harris a surtout félicité Israël à l’occasion de son 75e anniversaire, tout en vantant les antécédents de l’administration Biden en matière de soutien à Israël et à la communauté juive.

Lors du gala, Mme Harris était accompagnée de son époux, Doug Emhoff, premier conjoint juif d’un président ou d’un vice-président des Etats-Unis.

Elle a fait remarquer que son partenariat a conduit à la fixation de la première mezouzah sur la porte d’entrée de la résidence du vice-président, au premier allumage des bougies Hanoukka et au premier Seder de Pessah dans cette résidence.

Elle a raconté — comme elle le fait souvent devant un auditoire juif — que dans sa jeunesse, elle collectait des dons pour le Fonds national juif (KKL), destiné à aménager des terrains pour les communautés israéliennes.

Elle a vanté les quelque 4 milliards de dollars d’aide annuelle à la sécurité que les États-Unis fournissent à Israël, ainsi que les efforts déployés par l’administration pour renforcer les liens entre Jérusalem et ses voisins arabes.

« Ce faisant, l’administration Biden-Harris continuera à œuvrer en faveur d’un monde où Israéliens et Palestiniens pourront vivre en sécurité et jouir d’une liberté, d’une prospérité et d’une démocratie égales. Et nous pensons que le meilleur moyen d’atteindre cet objectif est de créer deux États », a-t-elle déclaré sous les applaudissements, qui n’auraient peut-être pas eu lieu si cette phrase avait été prononcée lors d’un autre événement organisé par le gouvernement israélien.

Mme Harris a également mis l’accent sur la stratégie de lutte contre l’antisémitisme récemment publiée par la Maison Blanche.

« Lorsque les Juifs sont pris pour cible en raison de leurs croyances ou de leur identité, et lorsqu’Israël est pointé du doigt, en raison de la haine antijuive, il s’agit d’antisémitisme, et c’est inacceptable », a déclaré la vice-présidente, citant le document sous un tonnerre d’applaudissements.

Elle a conclu en citant une ligne du Talmud, précisant qu’elle en avait discuté lors du récent Seder de Pessah qu’elle avait organisé dans sa résidence. « Il n’est pas de votre devoir de terminer le travail. Mais vous n’avez pas non plus la liberté de le négliger ».

« Si Israël et les États-Unis ont accompli tant de choses ensemble, il reste encore beaucoup à faire. Les générations précédentes ont fait du rêve d’Israël une réalité et ont établi des liens durables entre nos nations et nos peuples. Aujourd’hui, c’est notre génération qui tient le bâton dans la longue course de relais de l’histoire, et c’est à nous de renforcer encore ces liens », a déclaré Mme Harris.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.