Karim présente ses excuses, la pétition lancée par des membres du Meretz retirée
Rechercher

Karim présente ses excuses, la pétition lancée par des membres du Meretz retirée

Après les excuses du Col. Eyal Karim, les législateurs de gauche ont retiré l’obstacle qui empêchait sa nomination devant la Haute-Cour de Justice, saluant l’émission d’un message éthiquement clair de la part du rabbin

Le Rabbin Eyal Karim lors d'une réunion de la Commission de Contrôle de l'Etat le 13 septembre 2010 (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)
Le Rabbin Eyal Karim lors d'une réunion de la Commission de Contrôle de l'Etat le 13 septembre 2010 (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)

Trois parlementaires du Meretz ont retiré la pétition qu’ils avaient déposée à la Haute-Cour de Justice s’opposant à la nomination d’un candidat au poste de Grand Rabbin de l’armée israélienne.

Zehava Galon, Michal Rozin et Tamar Zandberg du Meretz ont annoncé dimanche qu’ils retiraient l’obstacle juridique qu’ils avaient posé face à la désignation du Colonel Eyal Karim après que ce dernier a présenté des excuses mercredi dernier pour des propos qui avaient été perçus comme pardonnant les agressions commises contre les femmes non-juives en tant de guerre.

Dans une déclaration écrite au Tribunal, Karim a présenté ses excuses la semaine dernière pour son discours et à ceux qui avaient pu se sentir heurtés par ses propos.

“J’ai fait une erreur lorsque j’ai donné une réponse courte à une question compliquée”, a-t-il écrit. « J’ai eu tort parce que je n’ai pas été précis dans le choix de mes mots par moment et certains ont trouvé ces propos offensants. Je demande pardon ».

Les législateurs de gauche ont salué Karim pour “les mots clairs qui ont été écrits et le message éthique important transmis aux soldats de l’armée israélienne, hommes et femmes”.

Le leader du parti de gauche du Meretz  Zahava Gal-On (à gauche) et le Parlementaire  Michal Rozin devant la Haute-Cour de Jérusalem pour rejeter la nomination du Rabbin Eyal Karim au poste de Grand Rabbin de Tsahal, le 21 novembre 2016 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader du parti de gauche du Meretz Zahava Gal-On (à gauche) et le Parlementaire Michal Rozin devant la Haute-Cour de Jérusalem pour rejeter la nomination du Rabbin Eyal Karim au poste de Grand Rabbin de Tsahal, le 21 novembre 2016 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le rabbin a souligné qu’il n’avait jamais exprimé l’opinion que le viol des femmes non-juives ait été autorisé par la loi juive. De son point de vue, a-t-il écrit, il est totalement interdit à un soldat de perpétrer un tel acte.

Karim a affirmé que c’était bien là sa position lorsqu’il avait répondu à la question originale sur un forum en ligne il y a plus d’une décennie, et que c’était encore son opinion aujourd’hui.

Immédiatement après que Karim a émis ses excuses et ses clarifications, Zandberg a répondu positivement.

“Le Rabbin Karim a présenté sa déclaration à la Haute-Cour”, a-t-elle écrit sur Twitter mercredi en hébreu. “C’est une déclaration honnête, sensible, qui admet ses erreurs passées. Il interdit complètement le viol et respecte tous les individus et déclare l’égalité pour les LGBT et autres.”

Ce retrait de la pétition auprès de la Haute-Cour supprime l’obstacle qui empêchait la nomination de Karim, qui avait été pour la première fois évoquée au mois de juillet.

“Les pétitionnaires espèrent que la déclaration éthiquement claire du Tribunal sera entendue et continuera à résonner dans l’armée en général et de manière plus spécifique chez les rabbins”, ont expliqué les trois parlementaires du Meretz dans un communiqué.

« La pétition a réalisé ses objectifs ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...