Khamenei : L’Iran souhaite la disparition d’Israël, pas du peuple juif
Rechercher

Khamenei : L’Iran souhaite la disparition d’Israël, pas du peuple juif

Le guide suprême iranien affirme que les fréquentes menaces concernent le gouvernement "de voyous" comme Netanyahu ; mais des gradés ont déjà menacé de raser Tel Aviv et Haifa

Le guide suprême iranien Ayatollah Ali Khamenei lors d'une rencontre à Téhéran en Iran, le 17 septembre 2019. (Crédit : Bureau du Guide suprême iranien via AP)
Le guide suprême iranien Ayatollah Ali Khamenei lors d'une rencontre à Téhéran en Iran, le 17 septembre 2019. (Crédit : Bureau du Guide suprême iranien via AP)

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a affirmé vendredi que les appels à l’anéantissement d’Israël, courants chez les responsables iraniens, ne visaient pas les juifs mais le « régime » israélien.

« L’anéantissement d’Israël (…) ne signifie pas l’anéantissement du peuple juif ; nous n’avons pas de problème avec lui », a déclaré l’ayatollah Khamenei lors d’une rencontre à Téhéran avec des responsables de pays islamiques, selon un communiqué diffusé sur son site internet.

Les appels en ce sens souhaitent « l’anéantissement du régime et de l’Etat (israéliens) imposés », pour que les Palestiniens puissent « choisir leur propre gouvernement et chasser des voyous comme (Benjamin) Netanyahu », le Premier ministre israélien, a ajouté le guide suprême iranien.“

Téhéran ne reconnaît pas l’existence d’Israël, appelé le « régime sioniste », et soutient des groupes islamistes palestiniens dans leur lutte contre l’Etat hébreu.

« Nous ne sommes pas antisémites. Des juifs vivent dans la plus grande sécurité dans notre pays », a assuré vendredi l’ayatollah Khamenei. « Nous soutenons seulement le peuple palestinien et son indépendance. »

Le guide suprême iranien a aussi appelé à l’unité face à « l’ennemi commun » qui cherche à semer la discorde entre les pays musulmans, avec aux commandes Israël et les Etats-Unis. « S’il y avait une unité dans le monde islamique, il n’y aurait pas de tragédie en Palestine. »

« Notre position vis-à-vis de la cause palestinienne est définitive », a-t-il dit. « Peu après la victoire de la Révolution [islamique de 1979], la République islamique a donné le centre sioniste de Téhéran aux Palestiniens. Nous avons aidé les Palestiniens, et nous continueront en ce sens. Le monde musulman entier devrait en faire de même. »

L’Iran menace régulièrement d’éradique Israël et considère le pays comme un ennemi puissant allié des Etats-Unis et des pays sunnites de la région, tous opposés à Téhéran et à ses ambitions nucléaires.

Contrairement aux propos de Khamenei, ces menaces font généralement référence à la destruction de villes israéliennes, et non pas au régime israélien.

En février, Yadollah Javani, commandant en chef des Gardiens de la Révolution islamique [IRGC], corps d’élite iranien, a menacé de détruire Haïfa et Tel Aviv si son pays était attaqué par les États-Unis.

En septembre,  le général de division Hossein Salami, commandant en chef des Gardiens de la Révolution, armée idéologique iranienne, avait déclaré que la destruction d’Israël « n’est plus un rêve mais un but à portée de main ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...