Kushner: La normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite est « inévitable »
Rechercher

Kushner: La normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite est « inévitable »

Suite à l'accord conclu avec les EAU, le gendre et conseiller du président US estime que Jérusalem et Ryad feront "de grandes choses ensemble", malgré le silence des Saoudiens

Jared Kushner, conseiller supérieur à la Maison Blanche, fait une conférence de presse dans la salle James Brady à la Maison Blanche à Washington, le jeudi 13 août 2020, après que le président Donald Trump a annoncé que les Émirats arabes unis et Israël avaient convenu d'établir des relations diplomatiques complètes. (Photo AP / Andrew Harnik)
Jared Kushner, conseiller supérieur à la Maison Blanche, fait une conférence de presse dans la salle James Brady à la Maison Blanche à Washington, le jeudi 13 août 2020, après que le président Donald Trump a annoncé que les Émirats arabes unis et Israël avaient convenu d'établir des relations diplomatiques complètes. (Photo AP / Andrew Harnik)

Jared Kushner, gendre du président américain Donald Trump qui est aussi l’un de ses plus proches conseillers, a déclaré vendredi que la normalisation des liens entre Israël et l’Arabie saoudite était inévitable suite à l’accord conclu jeudi entre les Emirats Arabes unis et Israël – un accord qui a été négocié par les Etats-Unis.

Les pays arabes amicaux à l’égard de l’Etat juif ont salué cet accord historique, mais l’Arabie saoudite, puissance régionale, a conservé un silence manifeste suite à l’annonce de la conclusion de ce pacte.

L’Arabie saoudite, comme c’est le cas également d’Israël et des EAU, considère l’Iran comme son pire ennemi et entretient des liens étroits avec Washington.

Kushner, qui aurait joué un rôle dans la négociation de cet accord entre Israël et les Emirats, a déclaré lors d’un entretien accordé à la CNBC, vendredi, que la jeune génération saoudienne admirait l’Etat juif, avec lequel elle était désireuse de créer des relations.

« Ces jeunes voient en Israël la Silicon Valley du Moyen-Orient et ils veulent pouvoir entretenir des liens avec ce pays en tant que partenaire commercial, en tant que partenaire technologique, en tant que partenaire sécuritaire », a affirmé Kushner lors de l’interview.

Les générations plus anciennes, a-t-il ajouté, « sont encore bloquées dans des conflits du passé » et, malgré les efforts récents livrés pour tenter d’avancer vers la modernisation du pays, « on ne peut pas régler ce passif en une nuit ».

Malgré l’opposition de certains issus de la vieille génération, Kushner a prédit que l’accord historique qui a été conclu jeudi servirait de catalyseur pour l’ouverture des liens entre Israël et les autres Etats arabes – notamment l’Arabie saoudite.

« Je pense que nous avons d’autres pays qui s’intéressent véritablement à pouvoir faire avancer la normalisation et, avec les progrès qui seront réalisés dans ce domaine, je pense qu’il est inévitable qu’à terme, les relations entre l’Arabie saoudite se normalisent pleinement et que ces deux pays soient capables de faire ensemble de grandes choses », a continué Kushner.

Vendredi soir, la Treizième chaîne a cité des sources arabes non-identifiées qui auraient fait savoir que les Saoudiens « renforceraient probablement » la coopération avec Israël suite à la signature de l’accord avec les Emirats – mais que la signature officielle d’un pacte de normalisation, à ce stade, n’était pas d’actualité.

Le président Donald Trump serre la main du Prince héritier saoudien et ministre de la Défense Mohammed ben Salmane à Riyadh, le 20 mai 2017. (AP Photo/Evan Vucci)

La chaîne a aussi noté que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et celui des Emirats, Mohammed bin Zayed, avaient tous deux travaillé aux côtés du président Trump sur l’accord entre les Emirats arabes unis et Israël.

Le président américain Donald Trump serre la main du prince héritier d’Abu Dhabi, Sheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, à la Maison-Blanche, à Washington, le 15 mai 2017 (Crédit :AP/Andrew Harnik, File)

Jeudi, après l’annonce de la conclusion de l’accord, Kushner avait estimé que ce dernier aiderait probablement à « briser la glace » pour les autres pays et que l’administration était en pourparlers avec d’autres Etats arabes concernant la normalisation des liens avec l’Etat juif.

Il avait déclaré que d’autres informations seraient rendues publiques dans les 90 jours à venir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...