Rechercher

L’hélicoptère s’est crashé sans avertissement avant de couler – armée

"Il a disparu des écrans", a expliqué le général Amir Lazar, qui a ajouté que les deux pilotes tués ont été retrouvés par les plongeurs lors d'une opération complexe

La police recherche des débris de l'hélicoptère qui s'est abîmé en mer près de Haïfa, dans le nord d'Israël, le 3 janvier 2021. (Crédit : Roni Ofer/Flash90)
La police recherche des débris de l'hélicoptère qui s'est abîmé en mer près de Haïfa, dans le nord d'Israël, le 3 janvier 2021. (Crédit : Roni Ofer/Flash90)

L’hélicoptère militaire qui s’est écrasé au large du littoral israélien de Haïfa, lors d’un exercice lundi soir – entraînant la mort de deux pilotes – a disparu soudainement et sans avertissement, a déclaré un officier de l’armée de l’Air.

Les deux pilotes de l’appareil sont morts dans l’accident et un officier naval qui se trouvait à bord a survécu après avoir réussi à quitter l’hélicoptère, a dit le général Amir Lazar de l’armée de l’Air aux médias lors d’une visioconférence qui a eu lieu mardi, avant l’aube.

« C’est un accident difficile et douloureux », a-t-il déclaré.

Les pilotes ont été retrouvés dans le cockpit de l’appareil au cours d’une opération complexe menée dans l’obscurité par les plongeurs. Les secours ont tenté de ranimer les victimes, qui souffraient d’une grave hypothermie, en vain.

Les deux victimes étaient le lieutenant-colonel Erez Sachyani et le major-général Chen Fogel. Les familles des défunts ont été averties, a précisé Tsahal.

Le lieutenant-colonel Erez Sachyani, à droite, et le major Chen Fogel, tués dans un accident d’hélicoptère le 3 janvier 2022. (Crédit : porte-parole de l’armée israélienne)

Les responsables de Tsahal ont dit ne pas connaître les causes du crash, qu’ils ont néanmoins qualifié « d’accident ».

Selon Lazar, il n’y a pas eu d’appel de détresse à la tour de contrôle avant le crash et les secours n’ont pas trouvé d’informations à bord susceptibles d’expliquer la chute de l’appareil.

« Il n’y a eu aucun appel radio avant l’accident. L’hélicoptère a disparu de l’écran de contrôle, puis l’information qu’il était tombé dans la mer a circulé. Ce qui a activé tous les systèmes de secours », a-t-il continué.

Il a précisé que l’appareil se trouvait dans les airs depuis approximativement une heure et demie, pour un exercice, et qu’il est tombé alors qu’il retournait à la base aérienne de Ramat David. Les deux pilotes étaient encore en service actif et « très expérimentés », a-t-il précisé.

Illustration : Un hélicoptère Eurocopter AS565 Panther de l’armée de l’air israélienne atterrit à bord de l’USS Laboon le 13 mai 2015. (Photo de l’U.S. Navy par Spécialiste en communication de masse de 3e classe Desmond Parks/ Libre de droit)

L’hélicoptère, un AS565 Panther fabriqué par Eurocopter, que l’armée de l’Air israélienne a baptisé Atalef (« chauve-souris » en hébreu), est principalement utilisé pour des opérations maritimes et il est donc équipé d’un mécanisme lui permettant de flotter sur l’eau.

« Nous ne savons pas s’il a été activé mais l’hélicoptère a coulé », a poursuivi Lazar.

Les pilotes ne sont pas parvenus à s’extraire de l’appareil et des plongeurs ont sorti de l’épave leurs corps sans vie.

Le chef de l’armée de l’Air, Amikam Norkin, a immobilisé toute sa flotte d’hélicoptères AS565 Panther au sol, annulé tous les vols d’entraînement et lancé une enquête sur le crash.

Une fusée éclairante de l’armée israélienne illumine le ciel pendant les recherches après le crash d’un hélicoptère militaire au large de Haïfa, dans la nuit du 3 janvier 2021. (Crédit :Alon Nadav/Flash90)

« Ces hélicoptères sont très utilisés, ils sont très fiables et ils travaillent en permanence aux côtés de la marine. Une enquête minutieuse va avoir lieu sur les aspects techniques », a dit Lazar.

Le survivant a été emmené à l’hôpital Rambam de Haïfa, totalement conscient. Selon un responsable de l’hôpital, il présenterait des traumatismes osseux superficiels et il a été traité en urgence pour hypothermie. Il est actuellement dans un état « très stable », a dit le responsable.

Les militaires ont fermé la ligne côtière où le crash s’est produit et des dizaines de soldats examinent actuellement le secteur, à la recherche de débris de l’hélicoptère. Certains débris sont rapidement arrivés sur le rivage après l’accident, apportés par les vagues.

L’accident a eu lieu suffisamment près de la côte pour que les résidents de Haïfa voient des flammes depuis la rive et contactent la police. Les secours ont retrouvé l’officier qui a survécu à environ 1,5 kilomètre de la côte.

Les débris d’un hélicoptère militaire au sol après un crash au large de la côte de Haïfa, dans la nuit du 3 janvier 2021. (Crédit : Alon Nadav/Flash90)

Dans une vidéo filmée juste après l’accident qui a été rapidement partagée sur les réseaux sociaux, on peut voir l’épave en feu, pas très loin du rivage.

Sur d’autres images, il semble que l’hélicoptère a pris feu avant de tomber dans l’eau. On peut entendre un témoin oculaire dire voix : « Il y a une météorite qui est en train de tomber. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...