La candidate arabe musulmane du Likud rejetée par sa famille
Rechercher

La candidate arabe musulmane du Likud rejetée par sa famille

Dima Tayeh se présentera aux primaires du parti au pouvoir et défend la loi controversée de l'État-nation considérée par certains comme discriminatoire envers la minorité arabe

L'Arabe israélienne Dima Tayeh qui se présente comme candidate aux primaires du Likud, lors d'une interview accordée à Hadashot News le 8 janvier 2019. (Capture d'écran)
L'Arabe israélienne Dima Tayeh qui se présente comme candidate aux primaires du Likud, lors d'une interview accordée à Hadashot News le 8 janvier 2019. (Capture d'écran)

La famille d’une femme arabe musulmane qui se présente comme candidate aux primaires du parti au pouvoir, le Likud, l’a dénoncée mercredi comme déloyale envers son peuple et a déclaré qu’elle serait rejetée jusqu’à ce qu’elle se retire.

Dima Tayeh, du village de Kafr Manda en Galilée, a fait la une des journaux télévisés de Hadashot, mardi, lorsqu’elle a annoncé dans une interview qu’elle se présentait aux primaires du parti de droite, faisant l’éloge du Premier ministre Benjamin Netanyahu et défendant la loi controversée de l’État-nation, que des opposants estiment discriminante envers la minorité arabe d’Israël.

Si elle est élue, elle deviendra la première députée arabo-musulmane du Likud.

Mercredi, ses proches ont publié un communiqué disant qu’ils la « rejettent » et que ses opinions ne les représentent pas.

« En raison de ses déclarations, nous n’aurons aucun contact avec elle ou ne lui donnerons aucune assistance jusqu’à ce qu’elle se rétracte et déclare sa loyauté envers son peuple et sa foi », dit le communiqué.

Tayeh, qui a fait partie d’un groupe d’Arabes israéliens qui ont fait une tournée aux États-Unis pour faire campagne contre le mouvement BDS qui cherche à boycotter Israël, a déclaré qu’elle était fière d’être membre du Likud depuis six ans.

Israeli Arab Activist Dima Tayeh Defends Participation in Anti-BDS Delegation: Israel Is My Country and I Am Proud of ItIsraeli Arab activist Dima Tayeh, who recently participated in an Israeli anti-BDS delegation to the U.S., said in an interview with the Arab-Israeli Musawa TV channel that Israel was a democracy and not an apartheid state. Tayeh said that she was proud of her country. "I wish that all the Arab countries would adopt a democratic system like Israel's," said Tayeh, in response to the Musawa TV interviewer, who said that Israel treats its minorities as "fourth, fifth, or sixth degree" citizens. Tayeh recently participated in a delegation of six members of various Israeli minority groups, organized by the Reservists on Duty non-governmental organization to counter the BDS movement on U.S. college campuses. The interview aired on October 13.

Posted by The Middle East Media Research Institute (MEMRI) on Monday, 23 October 2017

« Je suis convaincue que le Likud peut assurer la sécurité de la nation, une économie florissante et une diversité d’opinions et de cultures », a-t-elle dit à Hadashot.

« Je suis fière de me présenter aux primaires du Likud, en tant qu’Arabe, en tant que femme, en tant que musulmane qui tend la main à sa communauté et essaie de l’aider, elle et l’État d’Israël, et d’améliorer son image ».

Au cours de l’entretien, elle a défendu la loi sur l’État-nation récemment adoptée, déclarant qu’elle avait lu chaque phrase et « n’avait rien trouvé de raciste ou de discriminatoire ».

« Je ne pense pas que cela nuit aux minorités ou aux citoyens », a-t-elle dit. « Israël est un État juif et démocratique et il n’y a pas d’autre pays au Moyen Orient qui respecte ses citoyens et leur donne autant d’égalité que possible et la démocratie pour tous ».

De multiples plaintes contre la loi ont été déposées devant la Cour suprême de justice par des dirigeants druzes, arabes et bédouins, des ONG de défense des droits, des universitaires, et les partis politiques Meretz et Liste arabe unie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...