Israël en guerre - Jour 289

Rechercher

La construction d’un nouveau quartier d’implantation à l’ouest d’Ariel a commencé

Les plans pour 1 600 maisons à Amirim avaient été approuvés en 1991 ; pour "La Paix Maintenant", de par sa taille, le quartier équivaut à une nouvelle implantation

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Une vue de l'implantation israélienne d'Ariel en Cisjordanie, le 1er juillet 2020. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Une vue de l'implantation israélienne d'Ariel en Cisjordanie, le 1er juillet 2020. (Crédit : Jack Guez/AFP)

La construction d’un nouveau grand quartier à l’ouest d’Ariel, dans le nord de la Cisjordanie, a commencé, avec l’approbation du ministère du Logement et de la Construction et conformément à une décision prise il y a environ 33 ans.

Le nouveau quartier, appelé Amirim, avait été approuvé par le ministère du Logement en 1991, avant les accords d’Oslo, et est situé à quelque deux kilomètres à l’ouest de la zone bâtie existante d’Ariel, bien qu’il se situe toutefois dans les limites municipales de la ville.

L’ancien ministre du Logement et de la Construction, Zeev Elkin, avait poussé la construction d’Amirim pendant le mandat du gouvernement Bennett-Lapid en lançant des appels d’offres pour la construction en octobre 2021 et en avançant le processus bureaucratique d’approbation d’une route d’accès au nouveau quartier début 2022.

Le ministère du Logement a confirmé que la construction avait commencé, déclarant : « Au cours des dernières semaines, le ministère a commencé à effectuer les premiers travaux d’infrastructure dans le quartier par l’intermédiaire de la municipalité d’Ariel. »

Le développement d’Amirim a commencé avec l’approbation des plans de construction de quelque 1 600 unités de logement dans la zone proposée par le ministère du Logement et de la Construction en 1991, pendant le mandat du Premier ministre Yitzhak Shamir, sur ce qui avait été désigné comme terrain d’État, c’est-à-dire un terrain qui n’est enregistré au nom d’aucun propriétaire privé et qui est considéré comme n’étant ni cultivé ni utilisé à des fins agricoles.

Des bulldozers et autres engins de terrassement sur le site d’un nouveau quartier prévu à l’ouest d’Ariel en mars 2024. (Crédit : La Paix Maintenant)

La réalisation des plans de construction fut toutefois retardée par les élections de 1992, remportées par le Parti travailliste d’Yitzhak Rabin, ainsi que par le processus de paix d’Oslo qui s’en est suivi et qui a débuté en 1993.

Avec plus de 20 500 habitants en 2024, Ariel est aujourd’hui l’une des plus grandes implantations de Cisjordanie et l’une des quatre seules villes israéliennes officiellement désignées comme telles sur le territoire.

Le groupe La Paix Maintenant, qui fait campagne contre les implantations, a souligné que la construction à Amirim équivalait à l’établissement d’une nouvelle implantation en raison de sa taille et de sa distance par rapport au reste d’Ariel.

L’organisation a déclaré que cela constituait « une preuve supplémentaire, pour quiconque en douterait encore », que le gouvernement actuel « fait tout ce qu’il peut pour anéantir la possibilité d’une solution à deux États ».

« La construction d’une nouvelle implantation fait partie des initiatives récentes menées en pleine guerre visant à faire avancer des milliers d’unités de logement dans les territoires, à déclarer des milliers d’hectares comme terres d’État et à approuver un financement important pour les implantations dans le budget 2024 », a accusé La Paix Maintenant.

L’organisation a ajouté que la construction d’Amirim et de sa route d’accès couperait le village palestinien voisin de Salfit des autres centres de population palestiniens de la région, notamment Kifl Hares et Hares.

Un chantier de construction dans l’implantation de Maale Adumim, en Cisjordanie, le 29 février 2024. (Crédit : Menahem Kahana / AFP)

Un nombre record de logements prévus pour les implantations ont été avancés à différents stades du processus de planification en 2023, ce qui, selon La Paix Maintenant, constitue un record depuis la signature des Accords d’Oslo.

En outre, quinze avant-postes illégaux ont été légalisés ou ont progressé dans le processus de légalisation à la suite d’une décision prise par le cabinet de sécurité en février 2023.

La semaine dernière, des plans pour 3 426 maisons supplémentaires ont été approuvés par le sous-comité de planification de l’administration civile, une agence du ministère de la Défense largement contrôlée par le ministre des Finances Bezalel Smotrich, qui est également ministre délégué au ministère de la Défense.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.