La Corse a marqué son premier allumage public de Hanoukka
Rechercher

La Corse a marqué son premier allumage public de Hanoukka

Cet événement est "un important message de tolérance," a déclaré Laurent Marcangeli, le maire d’Ajaccio, la plus grande ville de l’île

Pour la première fois en Corse, le candélabre de Hanoukka a été allumé, place Foch à Ajaccio. Le 17 décembre 2017. (Crédit photo : Jean-Pierre Belzit - Corse-Matin)
Pour la première fois en Corse, le candélabre de Hanoukka a été allumé, place Foch à Ajaccio. Le 17 décembre 2017. (Crédit photo : Jean-Pierre Belzit - Corse-Matin)

La Corse a connu la première célébration publique de Hanoukka de son histoire, a déclaré le seul rabbin de cette île méditerranéenne française.

L’événement s’est déroulé mardi sur la place centrale Foch de la capitale Ajaccio. Il s’agissait de l’allumage de la huitième bougie qui marque la fin de cette fête juive qui dure huit jours, et pendant lesquels les juifs allument des menorot [candélabres], a rapporté le quotidien Corse-Matin.

« C’est la première fois dans l’histoire de l’île de beauté que la menorah de Hanoukka est allumée en public » a déclaré le rabbin Levi Pinson à ce quotidien, ajoutant qu’il s’agit d’un « moment historique ».

Le rabbin Pinson, âgé de 27 ans, et son épouse, Mushky, ont ouvert l’année dernière le premier Beit Habad permanent de l’île, terme qui désigne un centre communautaire juif et une synagogue.

Le maire d’Ajaccio, Laurent Marcangeli, s’est déclaré « fier d’être le premier maire d’une ville corse à autoriser l’allumage des bougies en public », a-t-il déclaré. Ajoutant qu’il s’agissait d’un « important message de tolérance ».

Plusieurs centaines de personnes ont assisté à l’allumage des bougies, parmi lesquelles des juifs venus pour l’occasion depuis la ville de Nice, située dans le sud de la France, et distante d’environ 200 km d’Ajaccio.

« Je dois dire que je ne m’attendais à voir qu’une vingtaine de personnes ici ce soir » a déclaré Alain Schraub, un Niçois, à Corse-Matin. La communauté juive locale de quelques dizaines de personnes est « petite mais dynamique » a-t-il dit.

Yvonne Malka Cohen, dont les parents se sont installés en Corse en 1919, a déclaré que pour elle, l’allumage des bougies de Hanoukka était « la plus grande fête » qu’elle ait jamais vue sur cette place Foch.

Roni Barkats, coiffeur et membre de la communauté juive locale, a assisté à la cérémonie de mardi en portant une kippa et en chantant des chansons de Hanoukka. Il a déclaré au quotidien Corse-Matin que c’était une « expérience émouvante ».

Alors qu’en France métropolitaine les attaques antisémites sont régulières, avec des centaines d’incidents rapportés annuellement, « ici, vous n’avez jamais rien vu de pareil » a dit Barkats. « Les Juifs vivent ici en sécurité ».

La Corse a été la seule région de France dont les autorités, opérant sous le régime collaborationniste de Vichy, à refuser de se conformer aux ordres de rassembler et de déporter les Juifs afin d’être exterminés.

Des milliers de personnes ont été sauvées grâce aux autorités de l’île qui ont fermé les yeux sur la présence de réfugiés et juifs locaux, et en affirmant au quartier général que la Corse n’avait pas ou très peu de Juifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...