La frontière de Gaza fermée en direction de l’Egypte
Rechercher

La frontière de Gaza fermée en direction de l’Egypte

Le ministère de l'Intérieur à Gaza, contrôlé par le Hamas a été informé par l'Egypte que le poste-frontière de Rafah ne fonctionnerait que pour les personnes entrant dans l'enclave

Le poste-frontière de Rafah, entre le sud de la bande de Gaza et l'Egypte, le 17 juin 2014. Illustration. (Crédit : Abed Rahim/Flash90)
Le poste-frontière de Rafah, entre le sud de la bande de Gaza et l'Egypte, le 17 juin 2014. Illustration. (Crédit : Abed Rahim/Flash90)

Le point de passage de Rafah vers l’Egypte était fermé mardi pour les Palestiniens souhaitant sortir de Gaza, a indiqué un des responsables du poste-frontière, sur fond de tensions entre le Hamas, groupe terroriste au pouvoir dans l’enclave et l’Autorité palestinienne.

Les Gazaouis cherchant à revenir d’Egypte vers l’enclave palestinienne sont en revanche autorisés à passer, a affirmé à l’AFP Waël Abou Omar, un des porte-parole du groupe terroriste islamiste palestinien en charge du point de passage.

« Pour l’instant, c’est uniquement pour une journée, rien ne permet de savoir si cela sera prolongé », a-t-il ajouté.

La ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, est le seul point de passage entre le territoire et le monde extérieur à ne pas être contrôlé par Israël.

Après des années de fermeture quasiment continue, l’Egypte a autorisé ces derniers mois l’ouverture régulière de Rafah, offrant une bouffée d’oxygène aux deux millions de Gazaouis qui se débattent avec la pauvreté, le chômage, les pénuries et l’enfermement.

Cette ouverture est considérée comme un moyen significatif pour diminuer les tensions dans la bande de Gaza, qui a frôlé une nouvelle guerre avec Israël en 2018.

Elle est cependant remise en cause depuis que les fonctionnaires de l’Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas qui gérait ce poste-frontière s’en sont retirés dimanche. Le Hamas a repris lundi le contrôle du point de passage pour ne pas laisser les lieux vides, selon un responsable de ce mouvement.

Entité reconnue par la communauté internationale, l’Autorité palestinienne dominée par le Fatah, à couteaux tirés avec le Hamas, a justifié son retrait de Rafah par les « pratiques brutales » du groupe terroriste et l’arrestation de ses employés.

Le Hamas, infréquentable pour une partie de la communauté internationale malgré sa victoire aux législatives palestiniennes de 2006, a évincé le Fatah de Gaza en 2007.

Depuis, toutes les tentatives de réconciliation entre les deux mouvements ont échoué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...